Il recouvre la vue après s'être frotté les yeux avec l'eau de la Chapelle de Remonot

Publié le 06/03/2013 - 18:22
Mis à jour le 07/03/2013 - 22:30

Dans le secteur de Gilley et de Morteau dans le Haut-Doubs, Jean Cairey Remonay, 79 ans, fait beaucoup parler de lui depuis que la presse a dévoilé son étrange histoire avec l'eau "miraculeuse" dans la grotte de Remonot dédiée à la Vierge. 

 ©
©

Miracle ?

Ancien chimiste au sein de l'usine familiale Fabi à Morteau, Jean Cairey-Remonnay souffre de graves troubles de la vue depuis l'enfance après un accident avec une mine d'après-guerre. Jean avait perdu un oeil et était très limité de l'autre. En novembre dernier un "trou rétinien" le rend presque aveugle. Il consulte un spécialiste à Paris qui devait l'opérer. Pour se rassurer avant l'intervention, il rend visite le 19 janvier 2013 à la communauté religieuse des "Filles de l'Espérance" puis entre dans la chapelle de la Grotte de Remonot dans laquelle sa grand-mère l'emmenait souvent petit. L'eau aurait en effet la réputation de guérir les maladies oculaires depuis le VIIe siècle. 

Il se frotte les yeux avec l'eau de la source de la grotte. Rien ne se passe immédiatement, mais trois heures plus tard, lorsqu'il rentre chez lui, la vue lui revient progressivement. "Je pouvais relire les petites lignes, les bandeaux au bas de l'écran de la télévision (...) moi qui venais de me résigner aux romans audio. Depuis, je vois assez pour lire le journal ou même les petites lettres sur les boites de médicaments» explique-t-il au Figaro qui s'est inspiré de l'histoire dans les colonnes de l'Est Républicain. 

La consultation chez le spécialiste confirme la guérison. Le trou rétinien s'est rebouché, définitivement semble-t-il. L'oeil quasi aveugle est revenu à 7/10e contre 3/10e auparavant. L'opération est donc annulée. 

Du côté de l'église,même si l'archevêque Mgr Lacrampe se réjouit pour cette vue "retrouvée", on se veut très prudent. La reconnaissance d'un miracle nécessite de longues années d'enquête avec une commission scientifique. 

Pour le Pr Gilles Renard, directeur scientifique à la Société française d'ophtalmologie, il se peut, que le vitré responsable du "trou rétinien" se décolle spontanément, ce qui est rare, mais pas exceptionnel. 

Jean Cairey Remonay ne demande pas à être considéré comme un miraculé, il a recouvré la vue et c'est bien pour lui l'essentiel... 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Religion

Confinement et absence de quêtes : une perte de plusieurs milliers d’euros pour le Diocèse de Besançon

Fermées lors du premier confinement et une grande partie du second, les églises ont subi de lourdes pertes financières suite à l'absence de quêtes. En France, on estime à plus de 60 millions d'euros de préjudice cette année. Le Diocèse de Besançon, malgré plusieurs généreux donateurs, a lui aussi été impacté à hauteur de plusieurs milliers d'euros, explique Monseigneur Jean-Luc Bouilleret ce mardi 22 décembre.

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.29
couvert
le 24/07 à 0h00
Vent
0.58 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
100 %

Sondage