Intoxication au monoxyde de carbone en hiver : les conseils du lieutenant-colonel Bringout

Publié le 02/01/2020 - 14:55
Mis à jour le 02/01/2020 - 14:57

Avec le froid qui persiste depuis plusieurs jours en Franche-Comté, on a tendance à allumer les radiateurs à fond, faire un feu dans la cheminée, brancher des appareils pour se réchauffer, etc. Avec tout ça, attention aux intoxications au monoxyde carbone et aux incendies ! Voici les conseils du lieutenant-colonel Frédéric Bringout, sapeur-pompier du Doubs pour prévenir des risques…

Qu'est-ce que le monoxyde de carbone ?

Il s'agit d'un gaz asphyxiant indétectable : il est invisible, inodore et non irritant. Il se diffuse très rapidement dans l'environnement et peut être mortel en moins d'une heure.

L'intoxication au monoxyde de carbone se produit après l'inhalation de ce gaz, issu de la combustion des matières organiques dans des conditions d'apport insuffisant en oxygène, ce qui empêche l'oxydation complète en dioxyde de carbone (CO2).

Le monoxyde de carbone provoque l'intoxication en se fixant sur les globules rouges (via la respiration et les poumons) et en empêchant ces globules de véhicule correctement l'oxygène dans l'organisme. 

Attention aux feux de cheminée 

Allumer la cheminée après plusieurs mois d'inutilisation peut être un risque d'intoxication au monoxyde de carbone. Le lieutenant-colonel Bringout invite à faire ramoner et vérifier le conduit pour s'assurer qu'aucune fissure ni tout autre problème ne perturbe le fonctionnement de la cheminée. "Il est impératif de faire vérifier le conduit par un professionnel deux fois par an", souligne le sapeur-pompier. De plus, ce que les professionnels appellent des "feux nus", comme celui de la cheminée, ne doivent pas être laissés sans surveillance. 

Attention au chauffage au gaz

La combustion du gaz est susceptible de dégager du monoxyde de carbone. Un appareil de chauffage, mais aussi une cuisinière, un convecteur, un poêle, un appareil de production d'eau chaude, ou encore un groupe électrogène peuvent devenir dangereux. "Il est donc extrêmement important de contrôler régulièrement l'état des appareils utilisant une énergie combustible", insiste le lieutenant-colonel Bringout. 

Attention aux appareils branchés sur les multiprises

Le sapeur-pompier du Doubs nous explique qu'en cas de froid dans les habitations, les usagers ont tendance à brancher plusieurs appareils tels que des radiateurs électriques ou des bains d'huile sur des multiprises. "Attention à ne pas chauffer la prise : ce sont des appareils très énergivores. Cela peut conduire à un incendie", précise le sapeur-pompier.

Attention au chauffe-eau encrassé

Avant l'utilisation d'un chauffe-eau n'ayant pas servi depuis quelque temps, il est impératif de s'assurer qu'il n'est pas "encrassé", nous précise le lieutenant-colonel Bringout, "cela produit beaucoup de monoxyde de carbone et est très dangereux dans un lieu clos".

On ne fait pas de barbecue dans le garage !

Durant sa carrière de sapeur-pompier, le lieutenant-colonel Bringout a rencontré des situations plutôt "insolites" d'intoxications au monoxyde de carbone. En exemples : un barbecue dans un garage fermé, une brasérade dans une maison ou encore l'utilisation d'une mobylette dans couloir fermé. Bien sûr, toutes ces activités sont à proscrire.

Les conseils en cas d'intoxication au monoxyde de carbone 

Le sapeur-pompier invite d'abord les usagers à :

  • ne pas boucher les ventilations de leur habitation (même si cela apporte du froid)
  • entretenir les appareils
  • se munir d'un détecteur de monoxyde carbone (environ 20 euros en supermarché, magasins de bricolage...)

Les premiers symptômes en cas d'intoxication au monoxyde de carbone sont des maux de tête et des vertiges. "Si des personnes dans un même lieu ressentent ce type de maux, il faut penser que c'est sans doute dû au monoxyde de carbone", indique le lieutenant-colonel Bringout, "il faut alors dans premier temps ouvrir les fenêtres pour ventiler les lieux et contacter le 18 en cas de doute".

Par ailleurs, les maux de tête et les vertiges peuvent conduire à une perte de connaissance et une impotence musculaire.

Infos +

  • Le lieutenant-colonel Bringout invite les utilisateurs à acheter des appareils de qualité de norme CE : "le mode d'emploi est en langue française, les consommateurs peuvent donc connaître les risques des appareils et leur entretien."
  • En France, 6 000 victimes sont été hospitalisées chaque année à cause du monoxyde de carbone.
  • Dans le Doubs, les sapeurs-pompiers interviennent une dizaine de fois par an.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Seul, un militant pour le climat bloque la circulation au centre-ville de Besançon

Pendant une vingtaine de minutes ce samedi 12 juin vers 16 heures, un militant d'Extinction Rébellion s'est assis sur le pont de la République à Besançon bloquant momentanément la circulation des véhicules. Seul, il portait un panneau : "Je suis terrifié par la violence engendrée par la crise climatique et écologique."

Covid-19 : l’épidémie recule nettement en Bourgogne Franche-Comté !

Ces 7 derniers jours l'épidémie a nettement reculé dans tous les départements de Bourgogne Franche-Comté, y compris la Côte-d’Or, qui affichait en début de semaine l’incidence la plus élevée de métropole. L’indicateur est repassé en-dessous de 100 pour 100.000 habitants comme dans l’ensemble des départements, la moyenne régionale s’établissant autour de 65 pour 100.000 habitants, le taux de positivité des tests à 2,5%.

Cinq hectares pour développer le concept d’écologie intégrale sur le terrain de Claire Combe…

Le terrain de Claire Combe, situé sur la colline des Buis, a été cédé en novembre 2020 par le diocèse et la paroisse du centre-ville de Besançon au secours catholique. Depuis, une expérience est mise en place afin de créer un lieu de vie particulier permettant d'accueillir aussi bien des personnes en situation de précarité que des acteurs associatifs...

Risque de noyade dans le Doubs : les sapeurs-pompiers invitent à la prudence

Suite au décès d'un jeune homme suite à une noyade à la Gare d'eau à Besançon vendredi dernier, les sapeurs-pompiers du Doubs rappellent, dans un communiqué du 3 juin, qu'il est strictement interdit de se baigner dans les lacs et rivières du département du Doubs, hors zones de baignades référencées et autorisées, le risque de noyade étant toujours présent.

Covid-19 : « Ce sera difficile de porter le masque après le 30 juin »

C'est la question que beaucoup se posent : jusqu'à quand devrons-nous porter le masque contre la Covid-19 ? Pour Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique, sur RTL sur mardi 8 juin, avec les chaleurs estivales et la situation épidémique qui s'améliore, "ce sera difficile de porter le masque après le 30 juin".

Journées nationales de l’agriculture : des rendez-vous en Bourgogne Franche-Comté du 18 au 20 juin

Cette année, à l’instar de nombreux grands pays agricoles, la France organise, elle aussi et pour la première fois, ses Journées Nationales de l’Agriculture. Cette première édition, qui se tiendra les 18, 19 et 20 juin prochains sur l’ensemble du territoire, proposera à chaque citoyen de découvrir son patrimoine agricole et alimentaire, en visitant des sites de production, d’enseignement agricole, d’expérimentation, de recherche et des sites de transformation.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 25.25
peu nuageux
le 14/06 à 12h00
Vent
2.54 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
30 %

Sondage