Intoxication au monoxyde de carbone en hiver : les conseils du lieutenant-colonel Bringout

Publié le 02/01/2020 - 14:55
Mis à jour le 02/01/2020 - 14:57

Avec le froid qui persiste depuis plusieurs jours en Franche-Comté, on a tendance à allumer les radiateurs à fond, faire un feu dans la cheminée, brancher des appareils pour se réchauffer, etc. Avec tout ça, attention aux intoxications au monoxyde carbone et aux incendies ! Voici les conseils du lieutenant-colonel Frédéric Bringout, sapeur-pompier du Doubs pour prévenir des risques…

Qu'est-ce que le monoxyde de carbone ?

Il s'agit d'un gaz asphyxiant indétectable : il est invisible, inodore et non irritant. Il se diffuse très rapidement dans l'environnement et peut être mortel en moins d'une heure.

L'intoxication au monoxyde de carbone se produit après l'inhalation de ce gaz, issu de la combustion des matières organiques dans des conditions d'apport insuffisant en oxygène, ce qui empêche l'oxydation complète en dioxyde de carbone (CO2).

Le monoxyde de carbone provoque l'intoxication en se fixant sur les globules rouges (via la respiration et les poumons) et en empêchant ces globules de véhicule correctement l'oxygène dans l'organisme. 

Attention aux feux de cheminée 

Allumer la cheminée après plusieurs mois d'inutilisation peut être un risque d'intoxication au monoxyde de carbone. Le lieutenant-colonel Bringout invite à faire ramoner et vérifier le conduit pour s'assurer qu'aucune fissure ni tout autre problème ne perturbe le fonctionnement de la cheminée. "Il est impératif de faire vérifier le conduit par un professionnel deux fois par an", souligne le sapeur-pompier. De plus, ce que les professionnels appellent des "feux nus", comme celui de la cheminée, ne doivent pas être laissés sans surveillance. 

Attention au chauffage au gaz

La combustion du gaz est susceptible de dégager du monoxyde de carbone. Un appareil de chauffage, mais aussi une cuisinière, un convecteur, un poêle, un appareil de production d'eau chaude, ou encore un groupe électrogène peuvent devenir dangereux. "Il est donc extrêmement important de contrôler régulièrement l'état des appareils utilisant une énergie combustible", insiste le lieutenant-colonel Bringout. 

Attention aux appareils branchés sur les multiprises

Le sapeur-pompier du Doubs nous explique qu'en cas de froid dans les habitations, les usagers ont tendance à brancher plusieurs appareils tels que des radiateurs électriques ou des bains d'huile sur des multiprises. "Attention à ne pas chauffer la prise : ce sont des appareils très énergivores. Cela peut conduire à un incendie", précise le sapeur-pompier.

Attention au chauffe-eau encrassé

Avant l'utilisation d'un chauffe-eau n'ayant pas servi depuis quelque temps, il est impératif de s'assurer qu'il n'est pas "encrassé", nous précise le lieutenant-colonel Bringout, "cela produit beaucoup de monoxyde de carbone et est très dangereux dans un lieu clos".

On ne fait pas de barbecue dans le garage !

Durant sa carrière de sapeur-pompier, le lieutenant-colonel Bringout a rencontré des situations plutôt "insolites" d'intoxications au monoxyde de carbone. En exemples : un barbecue dans un garage fermé, une brasérade dans une maison ou encore l'utilisation d'une mobylette dans couloir fermé. Bien sûr, toutes ces activités sont à proscrire.

Les conseils en cas d'intoxication au monoxyde de carbone 

Le sapeur-pompier invite d'abord les usagers à :

  • ne pas boucher les ventilations de leur habitation (même si cela apporte du froid)
  • entretenir les appareils
  • se munir d'un détecteur de monoxyde carbone (environ 20 euros en supermarché, magasins de bricolage...)

Les premiers symptômes en cas d'intoxication au monoxyde de carbone sont des maux de tête et des vertiges. "Si des personnes dans un même lieu ressentent ce type de maux, il faut penser que c'est sans doute dû au monoxyde de carbone", indique le lieutenant-colonel Bringout, "il faut alors dans premier temps ouvrir les fenêtres pour ventiler les lieux et contacter le 18 en cas de doute".

Par ailleurs, les maux de tête et les vertiges peuvent conduire à une perte de connaissance et une impotence musculaire.

Infos +

  • Le lieutenant-colonel Bringout invite les utilisateurs à acheter des appareils de qualité de norme CE : "le mode d'emploi est en langue française, les consommateurs peuvent donc connaître les risques des appareils et leur entretien."
  • En France, 6 000 victimes sont été hospitalisées chaque année à cause du monoxyde de carbone.
  • Dans le Doubs, les sapeurs-pompiers interviennent une dizaine de fois par an.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Comment garder le moral et éviter la déprime en ce moment ?

Cette semaine, le lundi 18 janvier 2021 était le jour du "Blue Monday", soit le jour le plus triste de l'année... S'ajoute à cela l'épidémie de Covid-19, les confinements, le couvre-feu, la fermetures des salles de concerts, de spectacle et de tous les lieux culturels, l'actualité internationale peu réjouissante, nos problèmes de la vie quotidienne, sans parler du soleil qui se fait rare en ce moment, garder le moral n'est pas chose évidente pour tout le monde. Voici quelques idées pour éviter la déprime…

Covid-19 : la Bourgogne Franche-Comté affiche le meilleur taux de vaccination en France

Selon les derniers chiffres en date du 21 janvier de CovidTracker, le Bourgogne Franche-Comté est la région où le taux de vaccination est le plus élevé en France avec 1,88% de sa population, soit 52.195 habitants vaccinés. Rappelons que notre région est l'une des plus impactées par l'épidémie.

Université de Franche-Comté : « une profonde inquiétude » de la part d’enseignants sur la réussite et la santé de leurs étudiants

Le Département de Mathématiques à l'université de Franche-Comté a adopté une motion faisant part de sa "profonde inquiétude concernant les conséquences de l'enseignement à distance" et demandant la réouverture de l'université aux étudiants, apprend-on dans un communiqué du 20 janvier 2021.

Plus de 4 % d’inflation en 2021 des complémentaires santé : l’UFC Que choisir demande au gouvernement d’agir

Alors que ce début d’année est marqué par le déploiement du 100 % santé aux audioprothèses, l’UFC-Que Choisir dénonce dans un communiqué du 21 janvier 2021 une nouvelle forte hausse des tarifs des complémentaires santé en 2021, "difficile à justifier alors que la crise sanitaire leur a paradoxalement été favorable". Pour permettre aux consommateurs de tirer pleinement profit de la résiliation à tout moment, l’association demande au gouvernement d’agir "pour améliorer la comparabilité des offres, toujours défaillante."

Stations de ski, étudiants : le statu-quo

Ni restrictions supplémentaires, ni allégements: la France choisit le statu-quo des mesures déjà en place pour freiner l'épidémie de Covid-19, au grand dam des stations de ski, qui ne rouvriront pas le 1er février, ou des étudiants, qui protestent contre leurs conditions de vie.

Les autocollants sur les plaques d’immatriculation, c’est interdit !

Vous avez un autocollant représentant votre département, votre club de foot, une carte miniature de votre département, le drapeau à tête de Maure, ou tout autre symbole de votre lieu d'immatriculation ? Vous devez le retirer parce que c'est contraire au Code de la route… C'est ce qu'a confirmé la Cour de cassation dans arrêt du 16 décembre 2020.
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.51
chutes de neige
le 25/01 à 3h00
Vent
5.02 m/s
Pression
1002 hPa
Humidité
95 %

Sondage