Jacques Grosperrin : "oui à une « smart city » responsable"

Publié le 20/12/2013 - 17:42
Mis à jour le 20/12/2013 - 18:23

Réagissant par un communiqué à la polémique née de sa première proposition de campagne sur le prix des PV, Jacques Grosperrin, candidat de l’Union de la Droite et des Centres aux municipales de Besançon, en profite pour lancer le slogan : « Non à la surenchère coercitive, oui à une « smart city » responsable« . 

 ©
©

Municipales 2014

Justifiant les atouts de la proposition du député Filleul de dépénaliser les PV de stationnement, Jacques Grosperrin argumente que "l’uniformité territoriale du montant des amendes alors que les tarifs de stationnement diffèrent par commune entraîne des situations inéquitables : excessif à Besançon, dérisoire à Paris", que "l’impossible couverture des rues par les ASVP (agents de service sur la voie publique) créé une injustice puisque les mauvais payeurs, sont rarement sanctionnés" et que "les pannes des horodateurs, les modes de paiement trop obsolètes, et le nombre insuffisant de places de stationnement découragent les Bisontins"
 

Des "parkings intégrés au centre-ville"

Le candidat UMP aux municipales de Besançon indique se baser sur le récent rapport du Commissariat général à la stratégie et à la prospective, précisant que celui-ci "montre qu’il existe deux logiques pour faciliter le stationnement et gérer la mobilité : 
  • Multiplier les parcs relais en périphérie et privilégier les déplacements en mode doux dans un objectif environnemental. La municipalité sortante a fait ce choix du « no auto » ; 
  • Créer des parkings intégrés au centre-ville afin de faciliter l’accès automobile en zone urbaine dense pour soutenir le développement économique. C’est là ma proposition !"
"Comment relancer les commerces de notre centre-ville ? Comment recréer de l’accessibilité à notre hyper-centre ? Doit-on toujours avoir une politique coercitive et ne pas faire confiance au bon sens bisontin ? Quel service cohérent offrir aux citoyens, consommateurs et actifs en contrepartie des impôts locaux et des sanctions pécuniaires ?", s’interroge ensuite l’ancien député, déclarant "Je ne pense pas qu’opposer de « méchants » consommateurs à de « bons » citoyens, comme le suggère notre député écologiste, soit à la hauteur des enjeux !"
 

"Smart city" et "cluster industriel culturel et créatif"

Jacques Grosperrin indique proposer un "parking intelligent" : "nouveau service aux citoyens qui alerte des disponibilités de stationnement, qui propose des modes de paiement sans contact, une progressivité du coût calculé à la minute, la verbalisation à distance à 11€. Il ne s’agit en aucun cas de raser les bâtiments de St Jacques pour créer des parkings. Il ne s’agit pas de modifier le tarif de sanction des infractions (35€ pour arrêt gênant ou 135€ et 3 points pour arrêt dangereux).  Il s’agit de travailler à un autre modèle de mobilité urbaine, qui préserve les activités et l’attractivité de Besançon."
 
Il poursuit : "Osons aller plus loin : Lorsque je parle de « parking intelligent », je propose que Besançon devienne une « smart city », intelligente et responsable. Il est temps que Besançon entre dans l’ère de l’ « open data » et l’ouverture totale des données afin de responsabiliser les citoyens en leur donnant toute l’information utile pour faire leur choix. 
 
Osons encore : L’open data permet de faire de la ville un lieu de convergence entre les ingénieurs, les scientifiques, les artistes, les créatifs, les développeurs, les communicants, les designers afin de libérer créativité et innovation. Proposons-leur des salles, des ateliers, des résidences d’artistes et d’étudiants, des lieux de conférence. Mettons-leur à disposition des ateliers de prototypage, des lieux de télétravail, des bâtiments numériques, des boutiques high-tech et des salles d’exposition." Selon lui, ce rassemblement des "talents et savoir-faire au sein d’un cluster industriel culturel et créatif" pourrait se faire sur le site de l’hôpital Saint-Jacques. 
 

Appel à s'indigner

Jacques Grosperrin  annonce ensuite "un grand projet de la Droite et des Centres qui redonnera sa place à Besançon comme pôle attractif. La vision d’une nouvelle ville, plus ouverte, innovante et responsable quant à son développement", ajoutant "Ces explications qui livrent par anticipation des principes forts de mon programme donneront sans doute encore matière à critique de la part des thuriféraires de la liste « Tous pour Lui », ou de Monsieur le député du « Là pour 2020 !! », qui n’hésite pas à en appeler à la Nation sur papier à entête de l’Assemblée afin de sauver Besançon et ses écotaxes. Des attaques mais aucun bilan et aucun programme ! »
 
Et de conclure : "Bisontines, Bisontins, indignez-vous de ce système sclérosé, Osons l’alternance !"
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Élections européennes : plusieurs partis politiques se réunissent pour sensibiliser les jeunes à Besançon

Les élection européennes sont délaissées par bon nombre de citoyennes et de citoyens en France et à travers l’union. C’est pourquoi sept partis de gauche se réuniront pour sensibiliser les jeunes électeurs à ce temps démocratique jeudi 15 février 2024 à la faculté des lettres, rue Mégevand à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.7
partiellement nuageux
le 23/02 à 9h00
Vent
4.67 m/s
Pression
1000 hPa
Humidité
94 %