Grève des agents de santé : entre 200 et 280 manifestants à Besançon

Publié le 15/10/2020 - 15:01
Mis à jour le 15/10/2020 - 15:20

Une journée blanche de grève et de mobilisation nationale des agents de santé (sanitaire, médico-social, social des secteurs publics et privés) est organisée ce  jeudi 15 octobre 2020. A Besançon, plus de 200 professionnels de santé, dont de nombreux agent de l'hôpital, se sont rassemblés vers 14h devant l'hôpital St Jacques. Le cortège s'est ensuite rendu devant l'agence régionale de santé où une délégation a été reçue...

Manque de personnels. Manque de moyens. A l'heure ou une seconde vague de patients "Covid" est redoutée, les sections Sud Santé Sociaux etCGT de l'hôpital de Besançon appelaient à la grève ce jeudi 15 octobre 2020. Ils étaient environ 200 selon un journaliste sur place et 285 selon les syndicats.

"La Covid-19 est venu mettre en lumière les problèmes de fond de notre système de santé" estime en tête de cortège Marc Paulin, infirmier au CHRU de Besançon et représentant du syndicat Sud Santé. "Usagers en danger, hospitaliers épuisés" pouvaient-on lire sur un cercueil noir déambulant dans les rues de la ville.

Les manifestants se sont rendus ensuite devant l'agence régionale de santé où ils étaient invités à jeter leurs blouses blanches.

Communiqué :

En cette période, les sujets de mobilisations liés à la Santé ne manquent pas et ne cessent de “s’empiler“ :
La structure de notre système régionale de Santé se dégrade, sans qu’aucune solution pérenne ne pointe le bout de son nez :
=> Au CHU de Besançon, 30 lits de Soins sont perdu définitivement ou pour très longtemps (total de 30 lits depuis la descente vers St Jacques en 2018, du service du SSR (Soins de Suite et de Réadaptation))
=> près de 80 lits de supprimés ces dernières années sur notre secteur pour les structures type SSR
=> des lignes de SMUR (anciennement SAMU de Lons Le Saunier, Lure-Luxeuil, Dole, Gray, etc), maternité (St Claude), chirurgie (Dole, Lure, Pontarlier etc), partout, des compétences locales ferment ou sont en danger …
Conclusion : Les lits et les compétences manquent, les inégalités territoriales progressent ...
La conjoncture Covid nous interpelle avec très peu de visibilité :
=> depuis juin, pour rattraper le “temps perdu“ pendant le confinement, l’activité dans nos structures hospitalières est au maximum de ses capacités.
=> la crise Covid pointant le bout de son nez, comment gérer, ne serait-ce qu'une mini-vague dans un système qui tourne déjà et c’est tout à fait “normal“ parce que les besoins sont immenses, à plein régime ?
=> la charge de travail est désormais constante, lourde et donc épuisante, au sein de toutes les structures de Santé.
=> les mesures de prévention, de dépistage, les procédures diverses, changeantes au “gré du vent“ épuisent psychologiquement et émotionnellement chaque agent hospitalier …
Conclusion : Le quotidien des hospitaliers ne s’améliore pas, bien au contraire ! (Jamais les hôpitaux du secteur n’ont connu autant d’arrêts de travail qu’en cette période …)
Les incohérences des “pseudo-solutions“ du Ségur éclatent au grand jour :
=> les agents des secteurs médico-sociaux et sociaux sont exclus des revalorisations salariales promises. Une HONTE absolue due à des accords signés à la “vitesse de la lumière“ et en toute connaissance de cause par des organisations syndicales … à minima “complaisantes“.
=> aucune solution venant du Ségur n’est en mesure de répondre au défi sanitaire. Désormais, nous le savons touTEs ; Pas de lits + pas d’embauches = pas de solution !
Conclusion : “Devons-nous accepter que “l’après“ soit pire que “l’avant“ ?“
 
Les “fausses bonnes solutions“ pour sortir notre système de santé de sa crise actuelle, proposées dans le cadre du PLFSS (Projet de Loi de Finance de la Sécurité Sociale) sont extrêmement dangereuses : 
=> “faire payer 18 euros par passage aux urgences“ ne répondra aucunement aux problématiques sanitaires, c’est même tout le contraire !
=> la création “à la demande“ de 4 000 lits de soins (O.Véran le 9 octobre à Bavilliers), ne répond absolument pas aux problèmes de fond : nous avons besoin de lits pérennes en surtout, en nombre suffisant !
=> aucun plan de formation à la hauteur des enjeux, pour les futures professionnels de la santé : nous avons besoin de 200 000 agents pour les EHPAD et 100 000 pour les Hôpitaux.
Conclusion : Si rien ne change, “l’après“ sera bien … bien pire que “l’avant“ ; La carte Vitale du future sera notre carte bleue !
Pour toutes ces raisons, et parce qu’une refonte de notre système de santé est possible et souhaitable (sur le modèle des origines de la SS, voulu par le CNR), nous convions la population du secteur qui nous a tellement soutenu et applaudit tous les soirs, à 20 heures, les usagers de la Santé, les professionnels de tous secteurs de la santé, du médico social et du social à venir, en tenue de travail, ce 15 octobre à 14 heures devant St Jacques, avec pancartes et slogans, bonne humeur mais détermination.
Les sections SUD Santé Sociaux et CGT du CHU de Besançon
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Etat d’urgence sanitaire et couvre-feu dans le Jura : ce qui est autorisé et ce qui est interdit

Lors du conseil de défense et de sécurité nationale du 21 octobre 2020, le président de la République a décidé le passage en état d’urgence renforcé de 38 départements, dont les taux d’incidence du covid-19 sont supérieurs à 150 pour 100 000 habitants. Le Jura figure parmi ces départements, comme le ministre de la santé en a fait l’annonce le lendemain.

Sondage – Pensez-vous qu’un couvre-feu dans le département du Doubs soit nécessaire pour limiter la propagation de la Covid-19 ?

De plus en plus de villes françaises doivent respecter un couvre-feu chaque soir de 21 heures à 6 heures pour limiter la propagation du virus et ainsi ne pas submerger les hôpitaux. Le département du Doubs pourrait subir cette mesure à partir de ce week-end : pensez-vous qu'il serait nécessaire pour limiter la transmission du virus ? C'est le sondage de la semaine...

Où en est la CPAM du Doubs sur le contact tracing alors que l’épidémie à Covid-19 s’accélère ?

PUBLI-INFO • Depuis la mise en place du dispositif de "contact tracing" le 13 mai dernier, l’Assurance Maladie s’adapte continûment afin de faire évoluer les moyens, tant humains qu’organisationnels, alloués au traçage des chaînes de contamination pour la gestion de la crise sanitaire dans le cadre du triptyque "Tester - Alerter - Protéger".

Besançon : priorisation renforcée sur le drive de dépistage du Covid-19 rue du Dr Mouras

Face à la reprise marquée de l'épidémie SARS-CoV2 dans le département du Doubs, et notamment sur Besançon, la préfecture du Doubs, l'ARS Bourgogne-Franche-Comté et la ville de Besançon en lien avec les laboratoires LPA et CBM25 ont convenu de prioriser les tests aux personnes de priorité 1 à l'exception des personnes symptomatiques sans prescription afin d'apporter la réponse la plus efficace possible face à la progression du virus, apprend-on dans un communiqué du 24 octobre 2020.

Hacking Health 2020 à Besançon : 13 défis, 13 solutions

Malgré le contexte, et grâce au respect d’un protocole sanitaire exigeant, la 4e édition du Hacking Health de Besançon a réuni le week-end dernier un peu plus de 200 participants à l’UFR Santé. Les 13 équipes, rassemblées autour de leurs porteurs de défis, sont toutes parvenues à des solutions. Elles ont su tirer le meilleur des ressources mises à leur disposition : profusion de matière grise, variété des compétences chez les participants comme les coaches, imprimantes 3D et capteurs électroniques du fablab... 

Covid-19 : quelles nouvelles mesures dans le Doubs à partir de ce samedi 24 octobre ?

Au vu de la dégradation du contexte sanitaire et comme suite à la promulgation d’un nouveau décret du Premier ministre, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a pris ce samedi 24 octobre 2020 un nouvel arrêté fixant des mesures complémentaires à celles déjà en vigueur dans le département afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Covid-19 : « La situation épidémiologique de la région se reporte sur le système hospitalier »

La situation épidémiologique de la région se reporte sur le système hospitalier, qui doit faire face à un flux continu de patients. Si trois départements sont désormais concernés par la règle du couvre-feu, tous les habitants de Bourgogne-Franche-Comté sont appelés à "prendre une part active à la lutte contre le virus", explique l'ARS Bourgogne Franche-Comté ce 23 octobre 2020.

Interdiction de consommation de l’eau : communes de Cornot, Etobon, Percey-le-Grand, Champlitte et Clairegoutte

Mise à jour • Pour la commune de Cornot et de Clairegoutte, l'ARS Bourgogne Franche-Comté a relevé des contaminations bactériennes et pour Etobon, une teneur "excessive en arsenic", apprend-on ces 22 et 23 octobre 2020. Les femmes enceintes et nourrissons ont également interdiction de consommer l'eau des communes de Percey-le-Grand et Champlitte.

Mois sans tabac 2020 en Bourgogne Franche-Comté : pas de stand de sensibilisation, mais une campagne virtuelle

Cette année, le contexte de l'épidémie de Covid-19 ne permet pas à l'association Tab'agir d'installer des stands de sensibilisation au tabac dans le cadre de Mois dans tabac. En revanche, l'opération pourra se dérouler sur internet durant le mois de novembre 2020 en Bourgogne Franche-Comté.

Covid-19 : en quoi consiste le plan blanc déclenché au CHU de Besançon ?

Compte tenu de l’aggravation significative de la situation sanitaire en Bourgogne Franche- Comté, et bien que le nombre de patients Covid accueillis au CHU de Besançon reste pour l’heure modéré, il a été décidé de déclencher le plan blanc depuis jeudi 22 octobre 2020 afin d’anticiper l’augmentation des prises en charge. 
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.04
nuageux
le 27/10 à 18h00
Vent
2.32 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
65 %

Sondage