Jusqu'à 40.000 euros d'indemnisation pour des victimes du "dentiste de l'horreur"

Publié le 08/09/2016 - 11:55
Mis à jour le 08/09/2016 - 11:55

La commission d'indemnisation des victimes d'infractions (Civi) a accordé mercredi de 5.000 à 40.000 euros à 17 victimes du "dentiste de l'horreur" de la Nièvre, condamné pour avoir mutilé ses patients, a-t-on appris jeudi auprès de leur avocat.

dentist-748154_960_720.jpg
© pixabay CC
PUBLICITÉ

« Ce sont des indemnisations correctes qui permettent aux gens de se sentir réparés », s’est félicité auprès de l’AFP Me Charles Joseph-Oudin, précisant que ces 17 premières victimes ont obtenu 4.000 euros chacune au titre du « préjudice permanent exceptionnel ».

« Le préjudice permanent exceptionnel a été reconnu pour tous par la Civi qui a considéré la spécificité de ces dossiers car ce n’est pas la même chose d’être victime après un accident et à la suite d’un acte de soin », a souligné l’avocat. Dans dix autres cas, la décision de la Civi de Bourges est attendue le 3 octobre.

Le 26 avril, le tribunal correctionnel de Nevers avait condamné Mark Van Nierop à huit ans d’emprisonnement. Ce dentiste néerlandais s’était installé en 2008 à Château-Chinon (Nièvre), désert médical notoire, où il menait grand train. Mais les plaintes de patients s’étaient accumulées dès 2011, ceux-ci dénonçant des soins douloureux et mal réalisés, ainsi que des surfacturations et diverses malversations. La justice a reconnu que 85 patients avaient subi des violences, dont 45 des mutilations ; 61 personnes ont été considérées comme victimes d’escroquerie, sans compter les organismes sociaux.

Le contrat d’assurance du Néerlandais avait été annulé en mars sur décision de justice, celui-ci ayant attesté auprès de son assureur ne pas faire l’objet de poursuites aux Pays-Bas, ce qui était inexact. Face à l’insolvabilité de M. Van Nierop, Nicole Martin, la présidente du « collectif dentaire », qui réunit une majorité des victimes du dentiste, craignait que les victimes « ne touchent rien » et que « tout soit aux oubliettes » après le procès. « Les victimes peuvent être rassurées, la Civi les reconnaît comme victimes et certaines attendent ces indemnisations pour poursuivre leurs soins car elles sont toujours chez le dentiste », a commenté jeudi Mme Martin en soulignant que « l’objectif » premier de son combat visait à ce que Mark Van Nierop « arrête d’exercer ». Sa peine avait été assortie par le tribunal de Nevers d’une interdiction définitive de pratiquer la profession de dentiste. 

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.56
partiellement nuageux
le 14/10 à 18h00
Vent
1.97 m/s
Pression
1010.13 hPa
Humidité
74 %

Sondage