La double voie entre l’A 36 et Devecey repasse la première

Publié le 19/02/2013 - 19:00
Mis à jour le 20/02/2013 - 10:00

C'est un dossier qui date de 1992 ! Le projet de mise à deux fois deux voies de la RN 57 entre l'A 36 et Devecey a connu de nombreux rebondissements. Dernier en date : le 7 février 2013, la Cour administrative d'appel de Nancy casse la décision du tribunal administratif de Besançon. Ce dernier avait annulé le 2 août 2011 la déclaration d'utilité publique (DUP) de 2009 avortant ainsi la suite des travaux. Le ministère de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement a donc fait appel et vient d'avoir gain de cause. L'association de défense de Châtillon-Le-Duc a deux mois pour se pourvoir en cassation. 

2-dsc_7274.jpg
La mise à 2x2 voies prolongerait le tronçon créé pour se rendre à la gare d'Auxon ©roman

RN 57

PUBLICITÉ

Après l’audience du 17 janvier 2013, la Cour administrative d’appel de Nancy a rendu son arrêt le 7 février et casse le jugement rendu en première instance par le tribunal administratif de Besançon. Le jugement du 2 août 2011 du tribunal administratif de Besançon est annulé et la demande de l’association de défense de Châtillon-le-Duc  est donc rejetée. 

Historique du dossier 

Le 2 août 2011, le tribunal administratif de Besançon annule la DUP du 9 juillet 2009 aux motifs que le dossier soumis à enquête publique n’indiquait pas les mesures à prendre pour que soient respectées les normes de pollution de l’air relatives au dioxyde d’azote (voir article ci-dessous)

Le 27 septembre 2011, le ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement porte l’affaire devant la Cour d’appel. 

Début 2013, la Cour administrative d’appel de Nancy estime que « les premiers juges ont estimé à tort que les dispositions des articles L. 221-1 et R. 221-1 du code de l’environnement étaient méconnues et que l’absence de mesures pour respecter la valeur légale en matière d’émission de dioxyde d’azote n’est pas fondée. 

Les motivations de la Cour d’appel  

Par ailleurs,  les juges ont rappelés que la transformation en voie express à 2 X 2 voies de la RN57 avait pour but « d’assurer la fluidité et la sécurité des usagers de cet axe structurant de niveau national entre Besançon et la Haute-Saône et d’aménager de façon cohérente les différents itinéraires de circulation nécessités par l’ouverture d’une nouvelle gare TGV-TER à Auxon-Dessous au regard de l’augmentation du trafic engendré sur ces axes de transport particulièrement accidentogènes« .  

Concernant les désagréments du projet soulevés ‘association de défense de Châtillon-le-Duc, la justice estime en outre que les « inconvénients » ont été pris en compte par le maitre d’ouvrage qui prévoit un réseau intégré et étanche de collecte et de traitement des eaux de ruissellement (…)  et la mise en place de dispositifs de protections acoustiques : merlons et écrans acoustiques, voire isolation des façades des habitations les plus proches et identifiées comme les plus exposées.  

Reste à savoir si l’association de défense de Châtillon-le-Duc décide ou non de se pourvoir en Cassation. Ce serait surprenant. Elle a désormais deux mois pour prendre sa décision. Si tel n’était effectivement pas le cas, les pelleteuses pourraient revenir rapidement vers la RN 57 entre Devecey et Ecole-Valentin. Encore un chantier ! 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.23
couvert
le 22/05 à 0h00
Vent
1 m/s
Pression
1019.57 hPa
Humidité
96 %

Sondage