La suspension d'un Ehpad "disproportionnée", selon le groupe Bridge

Publié le 19/05/2022 - 15:15
Mis à jour le 19/05/2022 - 13:33

Le groupe Bridge, gestionnaire d’une trentaine de maisons de retraite en France, a qualifié jeudi de « disproportionnée » la suspension de son Ehpad dans l’Yonne, décidée en raison de « graves dysfonctionnements ».

"Nous déplorons une mesure brutale et disproportionnée qui laisse les équipes en place et les familles dans la sidération", a réagi dans un communiqué le groupe, promettant de contester devant la justice cette décision, prise "sans la tenue d'un quelconque échange contradictoire".

Mercredi, l'Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé la suspension "en urgence" et pour six mois, de l'Ehpad Résidence Flore de Saint-Agnan, situé dans le nord-ouest de l'Yonne.

Il s'agit du deuxième établissement de Bridge à faire l'objet d'une suspension en trois mois, après celle d'un Ehpad normand, début mars. Cette mesure a été suspendue par la justice administrative, fin mars.

Dans l'Ehpad de l'Yonne, une inspection réalisée les 11 et 12 mai par l'ARS a révélé "un grand nombre de dysfonctionnements", dont en particulier "l'absence de continuité des soins médicaux et paramédicaux (qui) mettent gravement en danger la santé et la sécurité" des 39 résidents, "pour une capacité normale de 33 et 4 places d'accueil temporaire".

L'agence accuse également les problèmes de personnel: "l'absence de médecin coordonnateur", "l'arrêt longue maladie d'un des médecins traitants, sans procédure prévue pour le renouvellement des ordonnances" et l'absence de tout "personnel infirmier le jour de l'inspection".

"Sur un effectif théorique de 10 aide-soignants, la structure n'en dispose que de cinq, dont trois seulement ayant un diplôme certifié. Cela démontre un désintérêt de l'organisme gestionnaire pour le suivi de santé des résidents", estime l'ARS dans sa décision. L'agence a, en conséquence, nommé trois administrateurs provisoires, en date du 18 mai.

Dans son communiqué, le groupe Bridge plaide les "importantes difficultés de recrutement, en particulier pour les médecins et infirmiers" et promet de "diligenter dès (ce jeudi) un audit sur la gestion de cet établissement, réalisé par un cabinet indépendant, afin de faire la lumière sur les faits très sérieux rapportés".

Début mars, le gouvernement a annoncé un "vaste plan de contrôle" des 7.500 Ehpad en deux ans pour prévenir les maltraitances, dans le sillage du scandale créé par la publication du livre-enquête "Les Fossoyeurs".

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.96
pluie modérée
le 22/02 à 18h00
Vent
8.74 m/s
Pression
996 hPa
Humidité
73 %