L'Assemblée se penche sur un contrôle parental par défaut sur les appareils connectés

Publié le 18/01/2022 - 07:55
Mis à jour le 17/01/2022 - 17:38

Pornographie, cyberharcèlement, contenus violents… Pour protéger les enfants sur internet, une proposition de loi, qui sera discutée mardi et mercredi à l’Assemblée nationale, veut contraindre les fabricants d’appareils connectés à inclure un contrôle parental gratuit et facile d’utilisation.

 © D Poirier
© D Poirier

Si le texte est adopté, les parents pourront choisir d’activer ou non ce dispositif installé par défaut, lors de la première mise en service de l’appareil. Ordinateurs, smartphones, tablettes, télévisions, montres connectées, consoles de jeu vidéo seraient concernés, mais pas les box des opérateurs télécoms et la domotique.

Les "fonctionnalités minimales" et "caractéristiques techniques" de ce contrôle parental seront précisées par décret: elles pourraient évoluer en fonction des avancées technologiques. Mais il devra être simple à manipuler.

"Quatre enfants sur cinq de 10 à 14 ans vont sur internet sans leurs parents. La navigation sur internet commence de plus en plus tôt: les enfants se connecteraient dès l'âge de sept ans pour jouer en ligne ou regarder des vidéos", indique le texte, qui a le soutien du secrétaire d'Etat à l'Enfance Adrien Taquet.

"L'exposition des mineurs à la pornographie est une préoccupation du président de la République et du gouvernement. Ces images pour des cerveaux trop jeunes, c'est une forme de violence. Cela contribue à la banalisation de l'acte sexuel et n'est pas sans lien avec la progression de la prostitution des mineurs", a déclaré M. Taquet à l'AFP. Alors que les enfants se connectent de plus en plus tôt et qu'avec les fermetures de classes dues à la pandémie, ils passent beaucoup de temps sur les écrans, seuls la moitié des parents indiquent avoir mis en place un contrôle parental.

"On estime qu'à 12 ans, un tiers des enfants a déjà été exposé à un contenu pornographique", indique le texte, qui relève que les enfants sont exposés aussi à "des contenus haineux et violents, voire à l'action de réseaux criminels, terroristes et pédophiles".

"dialogue"

"Laisser un smartphone sans contrôle parental entre les mains d'un enfant, c'est comme laisser un magazine pornographique traîner dans le salon. Ce n'est pas difficile pour l'enfant de tomber dessus", estime le député à l'origine du texte, Bruno Studer (REM), qui a été à l'origine de la loi sur les enfants influenceurs. Cet outil permettant de suivre la navigation de l'enfant sur internet n'est pas une "solution miracle" selon cet ancien enseignant, mais plutôt une invitation pour les parents à entamer un dialogue avec l'enfant pour qu'il comprenne ce qui peut lui être nuisible à l'écran.

"Cet outil va dans le bon sens, même s'il ne peut se substituer à l'accompagnement éducatif. Les contrôles parentaux existants sont peu utilisés car ce sont de vrais casse-tête", déclare à l'AFP Thomas Rohmer, fondateur de l'Observatoire de la parentalité et de l'éducation numérique (Open).

"Alors que les outils numériques se diversifient et arrivent dans les mains des enfants de plus en plus jeunes, il faut s'assurer que les contenus vus sont adaptés à l'âge. Les décapitations de Daech en Irak étaient parmi les images les plus recherchées par les ados sur internet,", relève-t-il. L'Agence nationale des fréquences (ANFR) serait chargée du contrôle du respect par le fabricant et le distributeur de ces nouvelles réglementations.

La proposition de loi a été adoptée à l'unanimité en commission, où elle a été étendue aux appareils reconditionnés. La Fédération française des Télécoms (FFT) qui réunit les opérateurs, y voit une "très bonne initiative".

"Les grands constructeurs ont déjà des dispositifs de contrôle parental. L'enjeu est de l'étendre à tous les terminaux, de toutes marques. S'ils ne le font pas, ils ne pourront plus vendre leurs appareils sur le marché français", indique Michel Combot, directeur général de la FFT. Mais cette initiative française pourrait avoir un influence au-delà des frontières.

"Les fabricants ne produisent pas que pour le marché français mais essaient de fabriquer le même appareil pour tous les marchés. Et de plus en plus de pays se soucient de l'exposition des enfants aux contenus ultra-violents et à la pornographie", estime le député Studer.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Les cancoillottes primées au Salon de l’agriculture de Paris

Après l'obtention de son IGP en mai 2022, la cancoillotte s’est cette fois distinguée lundi 26 février 2024 au Salon international de l’agriculture de Paris dans le cadre du concours agricole. Plusieurs produits ont été récompensés de médailles d’or, argent, et bronze. Découvrez le palmarès. 

Une matinée avec les Restos du cœur de Besançon-Chalezeule

Grand format • À quelques jours de la collecte nationale des 1er, 2 et 3 mars 2024, nous avons suivi durant une matinée les bénévoles du centre Besançon-Chalezeule. De la ramasse à la distribution, en passant par les ateliers, les activités ne manquent pas aux Restos du coeur qui espèrent toujours plus de bénévoles.

Les saucisses de Morteau et de Montbéliard primées au Concours général agricole 2024 

Ce dimanche 25 février 2024 s'est déroulé dans le cadre du Salon international de l’agriculture, le concours général agricole. Au cœur de cette compétition les saucisses de Morteau et de Montbéliard, fiertés du terroir franc-comtois, ont une nouvelle fois brillé !

172 millions d’euros investis par l’agence de l’eau au 3e trimestre 2023

Au cours du troisième trimestre 2023, l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse a accompagné près de 1.700 projets portés par les collectivités, entreprises, agriculteurs et associations pour améliorer la qualité des eaux et des milieux aquatiques dans les bassins Rhône-Méditerranée et de Corse. Des investissements dynamiques et "à la hauteur des enjeux pour l’eau dans le contexte de changement climatique" pour l’agence de l’eau.

Deux ans de soutien à l’Ukraine pour l’association UKRaide

Le 24 février 2024 a marqué les deux ans du lancement de l’opération militaire spéciale russe contre l’Ukraine. Une guerre qui ne respecte pas le droit international et qui vise inlassablement des infrastructures non militaires telles que les écoles, les jardins d’enfants, les logements de particuliers ou encore les hôpitaux. En 2024, l’association UKRaide poursuit sa mobilisation en continuant d’acheminer des camions d’aide en Ukraine.

Quatorze jeunes franc-comtois récompensés au salon de l’agriculture

Le 25 février 2024, une quinzaine franc-comtois, venus du Jura et du Doubs, aura l’opportunité de se rendre au Salon international de l’agriculture à Paris. Soutenus par la MSA (mutualité sociale agricole), ils pourront présenter leur projet à tous les visiteurs ce dimanche.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.32
couvert
le 27/02 à 12h00
Vent
4.07 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
79 %