Le « Café Bohème » à Besançon : "Plus vraiment sympa non !"

Publié le 08/07/2014 - 14:36
Mis à jour le 08/07/2014 - 15:04

Le 26 novembre 2013, un article paraissait sur maCommune.com pour l’ouverture du Café bohème, au 40 / 42 rue Bersot à Besançon. Jean-Marc Ardiet-Gaboyer, un voisin de cet établissement, en colère, souhaite apporter son témoignage. Voici son texte.

20140518_101104.jpg
Les poubelles en question ©Jean-Marc Ardiet-Gaboyer

Témoignage

PUBLICITÉ

« Café Bohème », il faut l’admettre, ce café porte vraiment bien son nom ! ( Bohème : qui vit en dehors des règles …)

L’article de maCommune.info est sympathique, pour un café de prime abord, sympathique, avec gérant et personnel paraissant également sympathiques !

Cependant je me vois au regret, ainsi que de très nombreux riverains, après huit mois d’ouverture de ce « Café Bohème » et huit mois de vaines tentatives de dialogue avec son gérant, de « mettre à jour » le côté sympathique de cet établissement. Divers articles sont d’ailleurs déjà parus dans les pages de maCommune.info.

En effet, le voisinage direct et celui plus éloigné du dit café, subit la musique diffusée avec forte puissance par ce bar et ce, d’environ 22h30 à 2h du matin.

A la demande de plusieurs propriétaires de cet immeuble, auprès du service « Hygiène – Santé » de Besançon, une étude d’impact des nuisances sonores a été faite au mois de février dernier. Il en ressort un niveau sonore très supérieur à la limite admissible légale. (Courrier de la direction de l’hygiène – Santé : « L’impact sonore provoqué par l’exploitation de votre bar pendant la période nocturne est particulièrement important : une telle situation occasionne un trouble de voisinage manifeste et porte préjudice à la tranquillité des riverains ».)  

Depuis le mois de mars 2014 plusieurs courriers, dont lettre de rappel, émanant du département « Hygiène – Santé » ont été envoyés au gérant du « Bohème » afin qu’il se mette en conformité avec la loi concernant les nuisances sonores, ils sont restés sans réponse à ce jour, le 4 juillet 2014.

Par ailleurs, au niveau de l’insalubrité, la cour commune intérieure de l’immeuble a apparemment été annexée par le même café. En effet des immondices divers, cageots, cartons, bouteilles, jonchent le sol de cette cour, étouffant les boites aux lettres, bloquant  l’entrée des caves… et les poubelles communes vomissent leurs ordures nauséabondes. Bien qu’ayant des locaux fermés dans cette arrière-cour le « Café Bohème « , on le comprend, préfère ne pas les encombrer et faire ainsi profiter de ses ordures les locataires et propriétaires de l’immeuble. Il est certain qu’à plus ou moins long terme les rats en profiteront aussi… si ce n’est déjà le cas !

Il y aurait encore beaucoup à dire concernant les nuisances diverses apportées par cet établissement, mais ne lassons pas le lecteur.

Pour conclure, je dirai que le plaisir procuré à certains, ne devrait l’être qu’en respectant et les lois et les très nombreux habitants de cette rue, laquelle était pourtant bien agréable (avec déjà d’autres cafés) il y a quelques temps encore et très fréquentée… même la nuit.

Voilà pour le  « côté sympathique » du « Café Bohème » en ce début Juillet 2014.

Texte de Jean-Marc Ardiet-Gaboyer

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Vous partez en rando ? GendLoc, la WebApp qui « peut vous sauver la vie »…

Vous partez en rando ? GendLoc, la WebApp qui « peut vous sauver la vie »…

La gendarmerie du Jura rappelle, cet été 2019, l'existence de l'application "Gendloc" qui permet au secours de retrouver plus facilement les personnes égarées dans les milieux montagneux. Des conseils qui prennent encore plus de sens à la suite du décès du randonneur français Simon Gautier en Italie et dont le corps a été retrouvé neuf jours après son appel reçu par les secours... 

Rhodiacéta : avant sa destruction, quel souvenir en garder ?

Rhodiacéta : avant sa destruction, quel souvenir en garder ?

La démolition de la Rhodiacéta est en cours depuis mai 2018. Et si aujourd'hui ses murs tombent pour laisser place à un parc outdoor, ils n'en sont pas moins chargés d'histoire et d'aventures - parfois tragiques. Un photographe bisontin a su les immortaliser, témoignant des nombreux passages d'artistes illégaux et d'aventuriers d'un jour qui s'y sont risqués...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.82
partiellement nuageux
le 21/08 à 0h00
Vent
2.03 m/s
Pression
1028.17 hPa
Humidité
94 %

Sondage