Le Café Bohème veut distiller de la bonne humeur

Publié le 26/11/2013 - 16:01
Mis à jour le 28/11/2013 - 12:10

Il a failli appeler le lieu « Les garçons », mais les garçons version Guerre des boutons, ceux qui n’hésitent pas à manger avec les doigts et rire d’une bêtise. Car si le Café Bohème, ouvert le 24 octobre 2013 par Aldo Lisi, au 40 rue Bersot à Besançon, est un bar à tapas et un restaurant, sa philosophie principale est de distiller de la bonne humeur. 

Boire, rire & manger

"C’est mon cadeau de 50 ans, révèle Aldo Lisi. Le concept, c’est « Boire, rire & manger ». J’avais envie de faire un truc comme chez moi, un endroit où les gens se sentent bien tout de suite. J’ai le même genre de bar, de la brique, les mêmes luminaires, des tableaux pareils… Evidemment, la déco peut paraître un peu bobo, mais cela n’empêche personne de pousser la porte." Faisant totalement sien le slogan d’une célèbre chaîne de restauration rapide "Venez comme vous êtes", il y ajoute ces quelques mots "… mais plutôt avec la joie". 
 

Tous les âges s’y côtoient

 
Si Aldo Lisi aime à concocter des petits plats pour une dizaine de copains, il n’était pas question pour lui de s’imposer aux fourneaux du Café Bohème. "J’ai pris un vrai chef, Juliette, car la cuisine c’est sérieux, souligne-t-il. L’exigence absolue ici est de n’avoir que des produits frais et de saison. Ils sont livrés tous les jours ou tous les deux jours". Il a employé également trois autres personnes Anne-Laure, Yan et Ruan. 
 
Après un mois d’ouverture, l’établissement semble avoir trouvé sa place dans l’offre bisontine. "Les gens se sont déjà appropriés le lieu, indique Aldo Lisi. Ce qui est génial dans les soirées, c’est que ça parle fort, ça ricane. On exclut personne. On a des gens de tous âges et c’est ça que je voulais.". Les quadras côtoient les étudiants ou des sexagénaires. "L’autre jour, à une table, il y avait un couple de 68-70 ans, raconte-t-il. Ils avaient la banane, se tenaient la main. Je pense qu’ils sont retombés amoureux ce soir-là." 
 

Et qu’est-ce qu’on mange ?

 
La longue ardoise qui s’étire sur l’un des murs annonce la couleur. Ici, il y a des vins de diverses régions viticoles, dont la carte évolue chaque jour, avec plus de la moitié disponibles aussi au verre – et quelques bouteilles d’exception pour de grandes occasions tels un Château Lafitte 1999 -, des tapas, des assiettes de charcuteries ibériques ou de fromages, mais aussi des plats plus cuisinés : carré de rumsteak angus aux deux raisins, croûte aux champignons au savagnin, chorizo cuit au vin rouge, carpaccio de fenouil et saint-jacques poêlées façon thaï… A cela s’ajoute un menu du jour annoncé quotidiennement sur la page facebook du café. 
 
Bonne nouvelle pour les amateurs, au cours du mois de décembre, Aldo Lisi a prévu d’installer un banc d’huîtres et de fruits de mer et de proposer également des escargots à emporter.
 

L’adresse

 
  • Café Bohème - 40 rue Bersot – 25000 Besançon. Tél.09.67.41.92.31.
  • Page facebook : https://www.facebook.com/Boirerireetmanger
  • Ouvert actuellement du mardi au samedi de 11h30 à 14h30 et de 18h à 1h du matin (2h les vendredis et samedis).
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.66
légère pluie
le 01/03 à 6h00
Vent
4.07 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
95 %