Le chef bourguignon triplement étoilé Marc Meneau est mort

Publié le 09/12/2020 - 16:28
Mis à jour le 09/12/2020 - 16:28

Mise à jour •

Le chef autodidacte Marc Meneau, qui avait obtenu trois étoiles au guide Michelin à la tête de son restaurant L'Espérance, dans l'Yonne, est mort à 77 ans des suites d'une longue maladie, a-t-on appris ce mercredi 9 décembre 2020 de sources concordantes.

 "J'ai appris sa mort par des proches. Le village exprime une profonde tristesse", a déclaré à l'AFP Christian Guyot, le maire de Saint-Père-sous-Vézelay (Yonne), village familial de Marc Meneau où il avait implanté son restaurant L'Espérance.

L'un des derniers souhaits du chef, qui souffrait d'un cancer et était hospitalisé à Auxerre, aura été "un saucisson brioché", a témoigné auprès de
l'AFP le député UDI de l'Yonne, André Villiers, qui avait rendu visite à son ami Marc Meneau la veille de son décès. Sous perfusion, le chef a "regardé ses poches qui le nourrissaient et il m'a dit : ce dont je rêve, c'est un saucisson brioché", a déclaré M. Villiers. "Il symbolise l'arrachement à sa prédestination", a estimé le député: "fils de bourrelier, il perd son père très tôt mais il s'arrache à une condition qui
semble le maintenir dans la modestie, grâce au travail", souligne M. Villiers.

Venu à la cuisine "par amour"

"Il avait créé quelque chose de très grand. C'était un grand monument", a ajouté le maire du village de quelque 300 habitants proche d'Avallon. "Je n'ai jamais été en apprentissage dans les grandes maisons et j'ai appris la cuisine dans les livres", aimait à raconter le chef autodidacte, qui était né le 16 mars 1943 d'un père bourrelier et d'une mère épicière.

"J'ai passé mes premières vacances à la bibliothèque des Cuisiniers de Paris, recherchant des recettes authentiques et les conseils des grands maîtres. Aujourd'hui encore, c'est dans les livres que je puise mes idées. Quand on est autodidacte, on ne sait pas tout faire, mais on ne peut pas tricher", racontait-il dans un portrait-interview publié sur son site officiel.

Disant être venu à la cuisine par "amour" pour son épouse Françoise, fille de restaurateurs bourguignons, il avait repris le café-épicerie de sa mère Marguerite, à Saint-Père-sous-Vézelay, qu'il transforme vite en restaurant. C'est là qu'il obtient sa première étoile au guide Michelin, en 1972. La reconnaissance lui donne la possibilité de voir plus grand: il crée dans le même village L'Espérance, qui devient vite un des hauts lieux de la gastronomie.

Serge Gainsbourg et le musicien Mstislav Rostropovitch y auront leur rond de serviette. La deuxième étoile est décrochée en 1975, puis la troisième en 1983, année où Marc Meneau est élu "Meilleur cuisinier français de l'année" par Gault et Millau.

Esprit novateur, il se lance dans des repas en tubes ou miniaturisés. C'est l'un des premiers grands chefs à planter un potager bio. Il perd cependant un étoile en 1999. Il la récupérera cinq ans plus tard mais, en 2007, sa société est placée en liquidation judiciaire. Il réussit une première fois à rouvrir L'Espérance mais une seconde liquidation survient en 2015.

Un an plus tard, le restaurant emblématique est racheté par le groupe Hôtel & Food Disrpt Partners, fondé notamment par Alain Ducasse. Le groupe avait annoncé 14 millions d'euros d'investissement en 2017 et une réouverture de L'Espérance en 2019 mais "les projets n'ont pas encore abouti", a précisé le maire de Saint-Père.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Manifestation à Dijon : 40 agents mobilisés pour nettoyer les rues

300 tracteurs et 400 manifestants se sont retrouvés ce mardi 6 avril 2021 devant la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dréal). La grille d'entrée avait été enfoncée avec un tractopelle et l'accès avait été recouvert avec un amas de fumier. Des pneus et de la paille avaient ensuite été incendiés, avait constaté un journaliste de l'AFP.

Réchauffement climatique en Bourgogne Franche-Comté : l’Ademe accompagne les territoires

Selon une publication récente d'Alterre Bourgogne Franche-Comté, le changement climatique est une réalité dans notre région et les estimations sur ces 70 prochaines années sont loin d'être réjouissantes. Afin d'accompagner les territoires engager dans l'adaptation aux conséquences des changements climatiques, l’Agence de la transition écologique (ADEME), établissement public sous la tutelle conjointe du ministère de la Transition écologique et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation porte de nombreux projets.

Le Syndicat des fabricants du cassis de Dijon empêche le dépôt de la marque « Dijon » en Chine

Le Syndicat des Fabricants du Cassis de Dijon, composé des maisons Gabriel Boudier, Briottet, Lejay-Lagoute et L’Héritier-Guyot, menait depuis près de deux ans une action résolue et déterminée pour protéger la marque "Dijon" à l’international, et notamment en Chine, où celle-ci était menacée. Un engagement sans faille qui vient de se solder par une victoire du Syndicat, apprend-on ce mardi 6 avril.

Euthanasie : le débat dépasse les clivages politiques et divise les spécialistes

Le débat sur l'euthanasie, relancé à travers le décès de l'ancienne députée du Doubs  Paulette Guinchard, et d' une proposition de loi examinée jeudi à l'Assemblée, continue à diviser la classe politique mais aussi les spécialistes, signe d'un sujet toujours aussi douloureux, cinq ans après la loi Claeys-Leonetti.

Fin de vie : Jacques Grosperrin veut « un vrai débat de société, sans précipitation »

L'Assemblée nationale s'apprête à débattre d'une proposition de loi visant à garantir et renforcer les droits des personnes en fin de vie. Le sénateur LR du Doubs Jacques Grosperrin n'est pas défavorable à de nouvelles perspectives "mais dans des limites claires et parfaitement encadrées".

Avenir des Vaîtes : l’ancien directeur de campagne d’Eric Alauzet refuse de participer à la conférence citoyenne

"Tiré au sort", Frank Monneur, professeur d'histoire géographie et ancien directeur de campagne d'Eric Alauzet (LREM) lors de l'élection municipale de la Ville de Besançon indique, ce 6 avril 2021, qu'il refuse de prendre part à la conférence citoyenne au sujet de l'écoquartier des Vaîtes. Au passage, il tacle la participation d'Alexandra Cordier...

Écoquartier des Vaîtes : Alexandra Cordier tirée au sort pour participer à la conférence citoyenne

L'ex-référente départementale LREM et candidate (Ensemble) à la mairie de Besançon (soutenue par le maire sortant J-L Fousseret), a été tirée au sort le 22 mars 2021 pour participer à la conférence citoyenne sur l'avenir des Vaites. Pour rappel, 5 à 700 volontaires seront retenus pour participer au tirage au sort final qui désignera 50 personnes. Ces dernières rendront un avis qui servira à la décision finale qui sera prise lors de conseil municipal en septembre 2021.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.45
légère pluie
le 11/04 à 12h00
Vent
5.3 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
57 %

Sondage