Modernisation du réseau pour transporter les poches de sang au CHRU de Besançon

Publié le 16/10/2012 - 18:10
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:30

Le réseau de transport pneumatique de deux lignes de deux kilomètres se modernise. Il permet de distribuer les poches de sang depuis l’EFS vers les services de l’hôpital Minjoz. Le  nouveau dispositif sera opérationnel dans le courant de la première semaine de décembre avant l’implantation, d’ici 2014, d’un autre réseau de12 km de tubes pour l’acheminement des prélèvements vers les nouveaux laboratoires.

tubes.jpg
Exemple d'utilisation d'un réseau pneumatique dans une unité de soins © swisslog
PUBLICITÉ

La première phase du projet est dédiée au transport de produits sanguins labiles (PSL). Après 5 mois de chantiers, le réseau entrera en fonction début décembre. Il s’agit d’un « réseau de transport pneumatique bidirectionnel de deux lignes sur 2 Kilomètres de tubes d‘un diamètre 160mm distribuera les poches de sang depuis l’EFS vers les services.  Deux postes de départ  et 5 postes d’arrivée sécurisés achemineront dans les unités de soins les poches de sang » explique la société Swisslog en charge du  développement du réseau de transport  pneumatique et  qui a déjà implanté ce dispositif dans les hôpitaux de Dijon, Lyon et  Valenciennes. « En continu 24h/24, le réseau permet d’envoyer dans des conditions optimales de rapidité et de traçabilité l’acheminement des poches de sang de l’EFS aux services de types urgences, blocs... »

Une galerie entre l’EFS et Minjoz

« Si le dispositif existe déjà, il va se moderniser avec des normes plus strictes. Pour la mise en place du nouveau réseau notamment en direction du nouveau bâtiment de Minjoz, une galerie a été construite dans laquelle les techniciens peuvent se tenir debout » explique Samuel Rouget, directeur adjoint des infrastructures. 

 130 stations et 12 km de tubes déployés jusqu’en 2015

La deuxième phase d’installation du système de transport pneumatique sera ensuite déployée par  étapes jusqu’en 2014. Il s’agira cette fois d’un réseau pneumatique unidirectionnel utilisant des pochettes à usage unique (diamètre 110mm) pour l’acheminement des prélèvements depuis chaque service de l’hôpital existant vers le centre de tri des nouveaux laboratoires.

Ce deuxième réseau dédié aux prélèvements  se simplifier dès la mise en service du nouveau centre de cancérologie et des nouveaux laboratoires qui seront concentré en un seul et unique endroit. « Aujourd’hui, nous avons un réseau un peu en mode « carte de métro » avec différentes arrivées. A terme, avec le nouveau réseau, nous aurons une destination finale qui simplifiera le traitement » Au quotidien, ce nouveau système devrait permettre aux équipes médicales de gagner du temps. « Un atout  en termes de gestion du temps, de sécurité et de suivi des patients » explique ladirection des infrastructures du CHRU de Besançon. Ce deuxième réseau comptera12 kilomètres de tubes sur 15 lignes pour 130 stations implantées au sein des unités de soins.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.96
couvert
le 25/05 à 6h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1016.51 hPa
Humidité
95 %

Sondage