Le CHU de Besançon teste un nouveau dispositif d'accouchement

Publié le 27/08/2020 - 14:01
Mis à jour le 29/10/2020 - 16:15

Odon DeviceTM est un nouveau dispositif d’accouchement qui pourrait permettre de limiter le recours à la césarienne. L’Organisation Mondiale de la Santé soutient son développement à travers son programme de recherche « Human reproduction programme ». Deux centres dans le monde étudient actuellement ce dispositif dans le cadre de l’étude ASSIST : le Southmead Hospital à Bristol en Angleterre et le CHU de Besançon depuis fin août 2020.

 ©
©

Chaque année, dans le monde, près de dix millions de femmes souffrent d’une complication grave liée à leur grossesse. En France, les obstétriciens doivent recourir à une assistance instrumentale pour 10 à 15% des femmes qui accouchent par voie basse. Le dispositif Odon DeviceTM, dont le développement est désormais assuré par la société Becton Dickinson pourrait être plus simple d’utilisation que les instruments habituels. Il pourrait également être une alternative à la césarienne, en particulier dans les pays où l’accès aux soins obstétricaux est limité.

Le dispositif Odon DeviceTM

Il s’agit d’un dispositif stérile à usage unique qui comprend un sac avec anneau gonflable, que l’on vient placer sur la tête du bébé à l'aide d'un applicateur. Le sac est équipé de deux poignées qui lorsqu’elles sont saisies par l’obstétricien permettent de faire progresser la tête du bébé dans le bassin maternel pour faciliter l’accouchement.

C’est Jorge Odón, ingénieur mécanicien argentin de 59 ans, qui invente le premier prototype d’Odon Device... après avoir vu une vidéo expliquant comment retirer un bouchon d’une bouteille, à l'aide d'un simple sac en plastique. Il le présente à un obstétricien qui comprend immédiatement l’intérêt de ce dispositif repéré en 2008 par l’Organisation mondiale de la santé qui soutien son développement.

Depuis, le dispositif Odon DeviceTM a fait l’objet de plusieurs améliorations techniques, de tests en simulation et en situation réelle. Plusieurs projets de recherche ont également été conduits dans différents pays, permettant de confirmer la faisabilité et la sécurité d’un accouchement par Odon DeviceTM. Mais d’autres travaux doivent encore être menés pour parvenir à l’obtention de son marquage de conformité européenne (CE) et à une utilisation standardisée.

La première étape de l’étude menée au CHU de Besançon

Depuis quelques temps déjà, les femmes qui viennent accoucher au CHU peuvent se voir proposer la possibilité de participer au projet de recherche Besançon Assist. En cas d’acceptation, si l’accouchement nécessite une assistance instrumentale, le dispositif Odon DeviceTM pourra être utilisé. Cette étude comporte plusieurs objectifs :

  • confirmer la sécurité et l’efficacité du dispositif Odon DeviceTM;
  • déterminer les circonstances dans lesquelles il doit être utilisé prioritairement ;
  • déterminer le niveau de satisfaction des femmes à l’égard de ce dispositif ;
  • déterminer le niveau de satisfaction des obstétriciens et des sages-femmes ainsi que les besoins de formation spécifique

Quatre obstétriciens et deux sages-femmes ont été formés à l’utilisation de ce dispositif. Cent-quatre patientes pourront bénéficier d’un accouchement avec ce dispositif dans de parfaites conditions de sécurité.

Le Dr Nicolas Mottet, investigateur principal de l’étude Besançon Assist et son e?quipe. ©CHU de Besançon ©
Le Dr Nicolas Mottet, investigateur principal de l’étude Besançon Assist et son équipe. ©CHU de Besançon

Les résultats obtenus au CHU de Besançon et à Bristol permettront de construire une autre étude comparant l’efficacité de ce dispositif et de la ventouse obstétricale. Le dispositif Odon DeviceTM limite considérablement les risques de lésions pour l'enfant comme pour la maman et a pour avantage de ne pas laisser de marques sur la tête du bébé contrairement aux forceps ou à la ventouse.

A efficacité équivalente, il pourrait donc être utilisé de manière privilégiée par les équipes obstétricales. Il pourrait aussi offrir, pour les mères et bébés les plus vulnérables ou isolés du monde, une option peu coûteuse et simple d’utilisation pour l’accouchement assisté. Il pourrait enfin limiter le recours à la césarienne.

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

À Besançon, les Boucles Roses font don de 10.846€ à la Ligue contre le cancer

Le dimanche 2 octobre dernier, une marée rose de plus de 2.500 personne a envahi le Fort de Bregille de Besançon pour la bonne cause. À l'occasion du mois d'Octobre Rose, l'événement Trail et Rando des Boucles Roses s'est tenu avec au programme quatre parcours de 2, 6, 10 et 15 km, ce qui a permis de toucher un public de 0 à 99 ans.

La ville de Dijon accueillera le Téléthon 2022

François Rebsamen, maire de Dijon, président de Dijon métropole, représenté par Nathalie Koenders, première adjointe au maire de Dijon, en présence de Stéphanie VacherotT, conseillère municipale déléguée en charge du handicap et de l’inclusion, et Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’association AMF-Téléthon, a lancé lundi 14 novembre 2022 la mobilisation dijonnaise pour l’édition 2022 du Téléthon.

Doubs : deux " vendredis de la santé ", pilotés par l’ARS, se tiendront à Besançon et Pontarlier

Médecin traitant, continuité des soins, attractivité des métiers de la santé, prévention : autant de mots-clés évoquant les grands enjeux de la santé aujourd’hui pour les Français. Des défis qui sont aussi les points de départ d'une réflexion voulue par le président de la République dans le cadre du Conseil national de la refondation en santé. Ce CNR Santé ouvre une vaste concertation au plus près du terrain dans toutes les régions. En Bourgogne-Franche-Comté, elle se tient à partir du 18 novembre et jusqu’au 9 décembre.

Crise " sans précédent " au CHU de Besançon : le Collectif de défense de la santé du Doubs tire la sonnette d’alarme

Dans un communiqué du 13 novembre 2022, le CoDéS 25, Collectif de défense de la santé du Doubs, alerte la population et les pouvoirs publics sur "l’état de crise sans précédent" que subit le CHU de Besançon. Il affirme par la même occasion rejoindre l’appel lancé par Laurent Thinès, neurochirurgien et chef de service en Neurochirurgie et chirurgie de la douleur et du rachis au CHU de Besançon, membre des collectifs inter-hôpitaux, à "un sursaut citoyen pour ne pas accepter l’agonie du système de santé en France".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.44
couvert
le 29/11 à 0h00
Vent
1.51 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
97 %