Le collectif de la défense de la santé du Doubs réagit aux voeux d’Emmanuel Macron

Publié le 10/01/2023 - 10:52
Mis à jour le 10/01/2023 - 10:52

Dans un communiqué, le Codes 25 a fait part de sa déception face au "vide des déclarations présidentielles".

 © Codès 25
© Codès 25

Le communiqué dénonce qu’en plus d’une heure de discours, le président français n’a "énoncé que des mesures cosmétiques et une aggravation des conditions de travail pour les personnels hospitaliers, sans apporter aucune réponse pour sortir le système de santé du naufrage en cours".

Selon le codes 25, les personnels et patients attendaient "un plan de sauvetage massif et immédiat" afin de "faire revenir les soignants qui désertent l’hôpital, former et embaucher massivement les personnels de toutes catégories". Un plan qui passait automatiquement par "une rémunération décente et des conditions de travail satisfaisantes", afin d’ "améliorer la médecine de ville et le développement d’un service de santé public et gratuit sur le territoire".

Le président de la République a toutefois argué dans ses voeux, qu’il n’était pas questions de "moyens mais d’organisation". Pas de budget supplémentaire pour des embauches et de la formation donc mais pour le collectif "une nouvelle détérioration des conditions de travail avec la remise en cause des maigres garanties subsistant sur les 35 h et la durée du travail ".

Des mesures jugées "dérisoires"

Quant à la médecine de ville, le recrutement de "quelques milliers d’auxiliaires médicaux de plus et une meilleure rémunération du travail de nuit et de la permanence des soins, apparaissent dérisoire face aux conditions de travail insupportables pour les généralistes et à la désertification médicale qui touche aujourd’hui 6 millions de personnes".

Le Codes 25 déplore également l’absence de propos concernant "le cas du personnel suspendu. Sans salaire depuis plus d’un an".

Face à "vide des déclarations présidentielles", le collectif alerte sur l’urgence de la situation qui "doit en convaincre chacun" et appelle à une réaction de la part des principaux intéressés : "sauver le système de santé, permettre à toutes et tous d’accéder à des soins de qualité n’est possible que si les intéressés eux-mêmes prennent leur affaire en main, personnels de santé et usagers du système de santé".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.58
forte pluie
le 22/02 à 21h00
Vent
7.37 m/s
Pression
1000 hPa
Humidité
90 %