Le collectif de la défense de la santé du Doubs réagit aux voeux d’Emmanuel Macron

Publié le 10/01/2023 - 10:52
Mis à jour le 10/01/2023 - 10:52

Dans un communiqué, le Codes 25 a fait part de sa déception face au "vide des déclarations présidentielles".

 © Codès 25
© Codès 25

Le communiqué dénonce qu’en plus d’une heure de discours, le président français n’a "énoncé que des mesures cosmétiques et une aggravation des conditions de travail pour les personnels hospitaliers, sans apporter aucune réponse pour sortir le système de santé du naufrage en cours".

Selon le codes 25, les personnels et patients attendaient "un plan de sauvetage massif et immédiat" afin de "faire revenir les soignants qui désertent l’hôpital, former et embaucher massivement les personnels de toutes catégories". Un plan qui passait automatiquement par "une rémunération décente et des conditions de travail satisfaisantes", afin d’ "améliorer la médecine de ville et le développement d’un service de santé public et gratuit sur le territoire".

Le président de la République a toutefois argué dans ses voeux, qu’il n’était pas questions de "moyens mais d’organisation". Pas de budget supplémentaire pour des embauches et de la formation donc mais pour le collectif "une nouvelle détérioration des conditions de travail avec la remise en cause des maigres garanties subsistant sur les 35 h et la durée du travail ".

Des mesures jugées "dérisoires"

Quant à la médecine de ville, le recrutement de "quelques milliers d’auxiliaires médicaux de plus et une meilleure rémunération du travail de nuit et de la permanence des soins, apparaissent dérisoire face aux conditions de travail insupportables pour les généralistes et à la désertification médicale qui touche aujourd’hui 6 millions de personnes".

Le Codes 25 déplore également l’absence de propos concernant "le cas du personnel suspendu. Sans salaire depuis plus d’un an".

Face à "vide des déclarations présidentielles", le collectif alerte sur l’urgence de la situation qui "doit en convaincre chacun" et appelle à une réaction de la part des principaux intéressés : "sauver le système de santé, permettre à toutes et tous d’accéder à des soins de qualité n’est possible que si les intéressés eux-mêmes prennent leur affaire en main, personnels de santé et usagers du système de santé".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

L’Assemblée vote l' "accès direct " des patients à des infirmiers : " un retour au XIXe siècle " selon des médecins à Besançon

L'Assemblée nationale a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi l'ouverture d'un "accès direct" des patients aux infirmiers en pratique avancée (IPA), l'une des mesures d'une proposition de loi sur l'accès aux soins vivement critiquée notamment par le collectif Médecin pour demain à Besançon.

L’œil de la Diet : la galette de riz, est-elle si bonne pour la santé ?

CONTRIBUTION • On la croyait bonne, quoiqu'un peu "polystyrèné", on la croyait top pour la santé et la perte de poids, on la croyait efficace... Ce mois de janvier 2023, Valentine Caput, diététicienne à Besançon, nous parle de la galette de riz, ce trophée de l’innovation à la sauce… supercherie.

Hiver très doux : Atmo Bourgogne Franche-Comté commence déjà ses prélèvements polliniques dans l’air !

En raison d’un hiver particulièrement doux, certains arbres ont déjà démarré leur période de pollinisation en Bourgogne-Franche-Comté. Les premiers prélèvements pollinique ont donc démarré plus tôt que d’habitude pour Atmo BFC, avec la remise en service des capteurs le lundi 9 janvier dernier. Les premiers résultats sont attendus pour ce vendredi 20 janvier.

En BFC, les chutes des personnes âgées représentent près de 8.000 hospitalisations et 600 décès par an

L’Agence Régionale de Santé, le Pôle de gérontologie et d’innovation (PGI) Bourgogne-Franche-Comté et la Carsat sont mobilisés dans le plan antichute des personnes âgées, lancé officiellement à l’échelle régionale, ce jeudi 12 janvier 2023 à Dijon.

Médecins libéraux : la grève continue en cette " semaine du burn out "

La grève des médecins portée par le collectif Médecins pour Demain continue, selon un communiqué du 9 janvier 2023, sous la forme d'une grève de la PDSA (permanence des soins ou grève des gardes), dont on a moins parlé que la fermeture des cabinets. Elle dure depuis le début du mois de décembre 2022 et sollicite les services de l'Etat dans des processus de réquisition quotidiens.

Les arrêts maladie Covid sans jour de carence prolongés jusqu’à fin 2023

Les salariés positifs à la Covid-19 et qui ne peuvent pas télétravailler peuvent bénéficier d'arrêts maladie indemnisés sans vérification des conditions d'ouverture de droits et sans délai de carence. Les indemnités journalières pour ces salariés ainsi que pour les agents publics malades de la Covid-19 sont versées dès le premier jour d'arrêt et jusqu'au 31 décembre 2023 au plus tard.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.83
couvert
le 31/01 à 9h00
Vent
0.85 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
88 %