"Le dépistage du cancer du sein est un combat porté toute l'année", alerte le docteur Rymzhanova-Coste

Publié le 04/10/2023 - 14:31
Mis à jour le 04/10/2023 - 15:53

En France, près de 60.000 nouveaux cas sont détectés chaque année. Si le cancer du sein chez la femme peut être influencé par plusieurs facteurs, "près de 40% des cas peuvent être évités grâce à un mode de vie sain, soit 25.000 personnes", explique le docteur Rymzhanova-Coste, médecin directeur du centre de coordination du dépistage des cancers de la région Bourgogne-Franche-Comté, situé rue Paul Bert à Besançon. Le dépistage primaire et secondaire forment alors "une complémentarité" dans la prévention du cancer du sein chez la femme. Explications. 

Dans le cadre du dépistage, le centre organise la seconde lecture des clichés jugés
Dans le cadre du dépistage, le centre organise la seconde lecture des clichés jugés "sans anomalie", réalisée par les radiologues, explique le Docteur Rymzhanova-Coste, médecin directeur du centre de coordination du dépistage des cancers de la région Bourgogne-Franche-Comté. © Eric Chatelain

Depuis le 1er octobre 2023, la campagne de sensibilisation Octobre Rose rythme l'actualité des régions en France. L'occasion pour les organismes de santé régionaux de sensibiliser toutes les femmes au sein de ce même combat, celui de prévenir le cancer du sein. Selon le docteur Rymzhanova-Coste, avant le dépistage existe d'abord la prévention primaire qui se concrétise par un mode de vie sain. "Il faut éviter l'alcool, le tabac... la sédentarité et l'obésité peuvent également jouer un rôle". Des gestes qui peuvent paraître "simples", mais qui jouent un rôle essentiel au sein du développement de ce cancer.

7.522 cancers détectés depuis 2003 en Franche-Comté

Si les personnes peuvent s'orienter vers un mode de vie, elles ne peuvent en revanche, contrôler les facteurs hormonaux et environnementaux. "C'est là qu'intervient la prévention secondaire avec le dépistage" précise-t-elle. En Franche-Comté, la campagne de dépistage a été mise en place il y a 20 ans, en septembre 2003. Depuis le début, près de 7.522 cancers ont pu être détectés chez les femmes, âgées entre 50 et 74 ans. Cette prévention "secondaire" vient alors compléter la prévention primaire. Une complémentarité "essentiel" au sein de ce combat.

Tous les deux ans, le centre de coordination du dépistage des cancers de la région envoie des invitations aux "femmes concernées" par ce risque, pouvant ainsi choisir leur cabinet de radiologie en fonction de leur lieu d'habitation. "Nous joignons une liste de radiologues agréés pour lire les clichés", précise-t-elle. Les mammographies réalisées sont relues par les radiologues "dans le noir", ce que l'on appelle "la seconde lecture". Selon le médecin, cette deuxième lecture permet de récupérer 5% des cancers. "Nous constatons que les tumeurs sont moins grosses et que les traitements sont eux, moins invalidants", précise-t-elle.

Un combat porté au-delà des 74 ans...

Si le cancer du sein est la première cause de mortalité avec 12.000 décès par an selon le Ministère de la santé et de la prévention, le taux de participation au dépistage, lui, reste encore faible. En Franche-Comté, près d'une femme sur deux participe à cette campagne de dépistage. Une moyenne "encore trop éloignée" par rapport à l'objectif demandé, celui d'atteindre les 70% de participation. "Dans les pays nordiques, ce taux est largement dépassé et on le voit bien : le taux de mortalité diminue de façon significative", rapporte le docteur.

Si Octobre Rose joue un rôle majeur dans la sensibilisation du dépistage du cancer du sein, cette campagne nationale est "un combat porté tout au long de l'année", explique le médecin. "Nous formons les professionnels de santé et nous essayons d'informer au maximum les femmes de la région". Car si cette démarche est destinée aux femmes âgées entre 50 et 74 ans, le risque persiste au-delà des 75 ans et "augmente même avec l'âge". Une surveillance quotidienne et accrue est donc recommandée... pour continuer ainsi, de voir la vie en rose.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Opération “portes closes” : de nombreuses pharmacies fermées et une manifestation le 30 mai à Besançon

Un préavis de grève a été déposé par la Fédération syndicale des pharmacies de France (FSPF) et l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) jeudi 30 mai 2024, invitant les officines à participer une opération "portes closes". À Besançon, une manifestation est prévue place de la Révolution.

Une nouvelle communauté professionnelle territoriale de santé pour le Nord-Franche-Comté

Les professionnels du territoire, la direction territoriale de l’agence régionale de santé (ARS), la caisse primaire d’Assurance maladie du Doubs et la Mutualité sociale agricole de Franche-Comté ont signé officiellement ce mardi 28 mai 2024 le projet de la communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) Avenir Santé. Le Nord-Franche-Comté est "désormais intégralement couvert par ces nouveaux modèles d’organisation des soins" précise l’ARS dans son communiqué.

“Le Tube à Essais” : qu’y a-t-il derrière ce nouveau projet du Hacking Health Besançon ?

En septembre 2024, Hacking Health Besançon lancera sa société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), baptisée "Le Tube à Essais". C’est dans le bâtiment Bioinnovation de Temis Santé que ce projet prendra vie, déjà soutenu par de nombreux partenaires, du domaine public comme la Région Bourgogne – Franche-Comté ou du privé.

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.78
légère pluie
le 30/05 à 12h00
Vent
4.31 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
96 %