Le procureur général suisse réélu malgré sa gestion de l'affaire Fifa

Publié le 25/09/2019 - 14:22
Mis à jour le 25/09/2019 - 14:22

Les deux chambres du Parlement suisse ont réélu ce mercredi 25 septembre 2019 le procureur général de la Confédération, Michael Lauber, en dépit de sa gestion controversée des enquêtes sur la corruption entourant la Fifa.

PUBLICITÉ

Le magistrat de 53 ans, qui briguait son troisième mandat, a été reconduit de justesse, avec 129 voix sur 243 bulletins valables, selon les résultats publiés sur le site du Parlement. La Commission judiciaire du Parlement avait recommandé qu’il ne soit pas réélu. Cette décision était motivée notamment par « l’implication personnelle du procureur général (…) dans des procédures en cours » et par « l’arrêt du Tribunal pénal fédéral, qui a constaté une partialité et a retiré la conduite de l’+affaire FIFA+ au procureur général », a expliqué un des membres de la commission, Ursula Schneider Schüttel.

Les partis de droite et le Parti socialiste avaient toutefois appelé à sa réélection. Les Verts et le Parti démocrate-chrétien (PDC, centre) n’avaient eux pas fait de recommandation de vote. M. Lauber est sous le feu des critiques depuis plusieurs mois en raison du flou entourant ses rencontres, en 2016 et 2017, avec le patron de la Fifa, Gianni Infantino, qu’ils n’avaient pas consignées alors même que son bureau enquêtait sur le scandale de la corruption entourant la Fifa.

Les deux rencontres de 2016, reconnues par la suite par M. Lauber, ont été révélées par les Football Leaks en 2018. Une troisième rencontre non déclarée entre les deux hommes, en 2017, a par la suite été mise à jour par les médias suisses, poussant l’autorité de surveillance du parquet suisse à ouvrir une « enquête disciplinaire » à l’encontre de M. Lauber, qui a affirmé ne pas se souvenir de ce contact.

Le Tribunal pénal fédéral a pour sa part décidé en juin d’écarter M. Lauber de l’enquête sur le scandale de corruption entourant la Fifa. Les juges du tribunal ont estimé que « les explications du principal intéressé ne permettent pas de comprendre pourquoi sa présence auxdites rencontres aurait été indispensable au bon déroulement des enquêtes« . Parmi les hauts faits du procureur figure le raid de la police de Zurich contre des responsables de la Fifa à l’hôtel Baur au Lac en 2015, prémices du pire scandale de corruption de l’histoire de la Fifa.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.67
légère pluie
le 19/10 à 0h00
Vent
1.41 m/s
Pression
1011.21 hPa
Humidité
97 %

Sondage