Alerte Témoin

Besançon : le Registre des tumeurs du Doubs au CHU reçoit la très bonne note de "AAA"

Publié le 24/01/2020 - 06:30
Mis à jour le 23/01/2020 - 17:05

Le registre des tumeurs du Doubs au CHU de Besançon vient de recevoir la note "AAA", soit la meilleure note de la part du Comité d'évaluation des registres (CER), pour ses travaux d'enregistrement des données, mais aussi de la santé publique et de recherche. Dr Anne-Sophie Woronoff, responsable du Registre des tumeurs du Doubs nous en parle…

Woronoff-Anne-Sophie
Dr Anne-Sophie Woronoff, responsable du Registre des tumeurs du Doubs au CHU de Besançon ©DR

"Clairement, il y a une fierté", nous confie Dr Anne-Sophie Woronoff, "C'est un gros travail, c'est une implication forte, il y a une satisfaction à se dire qu'on est capable de pouvoir donner la situation de l'épidémiologie du cancer dans la région et de participer à son estimation nationale. Évidemment, un résultat de ce niveau-là, c'est une fierté, une joie, une récompense, c'est la possibilité de remercier l'équipe et nos partenaires (35 établissements en France, caisses d'assurance maladie, le réseau de cancérologie de Bourgogne Franche-Comté…). Pour nous c'est le reflet réel de toute l'implication de l'équipe." 

Qu'est-ce qu'un Registre des tumeurs ?

Un Registre des tumeurs et des cancers est une structure qui a pour objectifs de recueillir en continu et de manière exhaustive des données nominatives intéressant un ou plusieurs évènements de santé dans une population géographique définie, à des fins de recherches et de santé publique, par une équipe ayant les compétences appropriées. Les Registres des cancers constituent aujourd'hui un dispositif indispensable à la surveillance des cancers, à l'observation et à l'évaluation des prises en charge.

Quels critères évalués par le Comité d'évaluation des registres ?

En France, ces registres sont obligatoirement évalués par le CER. Les critères portent sur "les méthodes et les moyens mis en œuvre pour réaliser l'activité d'enregistrement ainsi que les projets et les travaux de santé publique et de recherche", nous explique Dr Anne-Sophie Woronoff, qui a soumis le dossier d'évaluation l'été dernier. En France, les registres sont labellisés tous les 5 ans.

Dans le Doubs, le Registre enregistre les données des patients domiciliés dans le département qui ont un cancer. "Il faut savoir pour un patient du Doubs, quelle que soit la ville dans laquelle il souhaite être pris en charge, le Registre du Doubs doit l'enregistrer", précise Dr Woronoff.

Les patients et leurs données personnelles dans le Registre

Lorsque le Registre des tumeurs enregistre un patient atteint d'un cancer, il reçoit ses données personnelles et les rentre dans la base de données. Dans le cadre du Règlement général sur la protection des données (RGPD) en date de 2016, les Registres des tumeurs bénéficient d'une dérogation pour avoir accès aux données personnelles des patients malades.

Dr Woronoff explique que l'"on n'a pas le droit de contacter les patients et que nous n'avons pas l'obligation d'avoir le consentement signé des patients pour enregistrer leurs données". Toutefois, il est important pour la responsable du Registre du Doubs que les patients sachent que "nous avons l'obligation de les informer que leurs données peuvent être exploitées par notre structure, qu'ils peuvent avoir accès à leurs données, et qu'ils peuvent s'opposer à leur utilisation" précise-t-elle. La responsable "garantit que les données nominatives ne sortent pas du Registre ou des travaux de recherches ; et lorsqu'on envoie nos données à la base Francine à Lyon, ce sont des données anonymisées."

Le Registre des tumeurs du Doubs, depuis 1976

Le registre des tumeurs du Doubs est l’un des plus anciens registres généraux de cancers français. Son équipe compte aujourd'hui huit personnes dont Dr Woronoff. Créé en 1976, il a étendu son recueil au Territoire de Belfort de 2006 à 2018, il couvrait sur cette période les deux départements et une population de près de 680 000 habitants.

Depuis 2019, suite à l'arrêt du financement de l'Agence Régionale de Santé Bourgogne Franche-Comté en janvier 2018, sans autre solution pérenne de financement, l’activité du Registre des tumeurs s’arrête dans le Territoire de Belfort. Dix années d’enregistrement sont disponibles pour ce département portant sur les années diagnostiques 2007 à 2016.

"On s'est battu pour garder le Territoire de Belfort, on a remué les conseillers régionaux, départementaux, les députés, ça a été une grosse bataille qu'on a perdue", raconte Dr Woronoff.

Infos +

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Que faire en cas de piqûre de guêpe ?

C'est la saison des guêpes  ! Cet été 2020, avec de très faibles précipitations, est propice à leur développement. De plus, la chaleur facilite la survie des insectes, première nourriture des guêpes. Alors quand il y a piqûre ? Que faire ?  Une piqûre de guêpe  doit être soignée. Pour les personnes allergiques, il faut réagir très vite, car une vulgaire piqûre peut être mortelle. Voici les conseils.

Canicule : interdiction de se baigner dans les lacs et les rivières

Rappel • Joël Mathurin, le préfet du Doubs et les sapeurs-pompiers appellent à la plus grande prudence suite aux récentes noyades survenues dans le département. Pour rappel, il est interdit de se baigner dans les lacs et rivières du Doubs "hors zones de baignades référencées et autorisées." Les pompiers invitent la population à respecter les consignes "pour éviter des drames".

L’agriculture intensive augmente les risques de pandémie (étude)

L'exploitation des terres pour l'agriculture intensive, qui rapproche des humains les animaux sauvages dont l'habitat est dérangé, rend plus probable la survenue de pandémies telles que celle du Covid-19, selon une étude publiée mercredi. Selon cette étude publiée dans la revue Nature, les maladies dont sont porteurs les animaux sauvages ont plus de risque d'être transmises aux humains en raison de l'évolution de l'usage des terres.

Médecin urgentiste du Jura mort du Covid-19 : son épouse a porté plainte

Médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier, Éric Loupiac, 60 ans, est décédé le 23 avril 2020 du  Covid-19 après plus d'un mois passé en réanimation à Marseille. Il était alors le 10e médecin à mourir du Coronavirus en France. Son épouse, Claire Loupiac avait annoncé début mai vouloir porter l'affaire devant la justice. Une plainte a été déposée ce mardi 4 août 2020. 

Covid-19 : les patients en réanimation repartent à la hausse en France. Situation stable en Bourgogne-Franche-Comté

Le nombre de patients atteints du Covid-19 hospitalisés en réanimation a augmenté de 13 cas depuis vendredi, rompant avec la tendance à la baisse observée depuis avril, et 29 nouveaux décès ont été enregistrés, selon la Direction générale de la Santé (DGS). En Bourgogne-Franche-Comté la situation est stable avec 21 hospitalisations (dont 12 dans l'Yonne) et quatre patients en réanimation. Dans la région, on dénombre une douzaine de clusters.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     16.61
    ciel dégagé
    le 08/08 à 3h00
    Vent
    1.09 m/s
    Pression
    1019 hPa
    Humidité
    88 %

    Sondage