Législatives : Mélenchon veut "démanteler le présidentialisme"

Publié le 27/05/2022 - 14:55
Mis à jour le 27/05/2022 - 15:23

Jean-Luc Mélenchon, qui espère devenir Premier ministre en remportant avec l’alliance de la gauche la majorité à l’Assemblée en juin, veut « démanteler le présidentialisme » et mettre un terme à l’exercice « solitaire du pouvoir d’un seul homme », Emmanuel Macron, explique-t-il vendredi dans Libération.

Jean-Luc Mélenchon ©
Jean-Luc Mélenchon ©

Le leader de La France insoumise, qui estime que les législatives constituent "le troisième tour de l'élection présidentielle", considère qu'"un bouleversement extrêmement profond" est possible. "Pour la première fois, une cohabitation surgirait deux mois après l'élection présidentielle, et en contradiction politique complète avec elle", souligne-t-il dans cette tribune. En cas de "divergence de fond entre le président de la République et le Premier ministre", "j'ai dit que le problème serait porté devant l'Assemblée nationale", détaille-t-il.

"Une reparlementarisation radicale de l'exercice du pouvoir"

Le tribun Insoumis souligne qu'"un groupe parlementaire peut, par le biais de la procédure prévue à l'article 50-1 (de la Constitution), obtenir une déclaration du Premier ministre sur la politique de son gouvernement dans un domaine particulier ou sur une question spéciale. Cette procédure n'oblige pas à un vote, mais elle n'interdit pas qu'il ait lieu".

De plus, "un groupe parlementaire peut présenter au vote une résolution et rien n'interdit qu'elle porte sur le sujet du différend dans l'exécutif", entre le président et le Premier ministre.

"A mes yeux, il s'agit d'une reparlementarisation radicale de l'exercice du pouvoir politique en France", insiste M. Mélenchon, qui la voit comme "une étape essentielle du démantèlement du présidentialisme".

Il souligne que dans le cadre du programme partagé de gouvernement de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), entre LFI, EELV, le PS, le PCF et Générations, les désaccords programmatiques entre les organisations signataires, qui "ne représentent que 5  % du total des 650 propositions", "seront réglés par le vote des parlementaires".

"La crédibilité et la stabilité gouvernementale apparaissent aussi clairement garanties qu'est affirmée la prééminence du débat et de la décision des parlementaires", vante-t-il, jugeant qu'"un tel mode d'action succéderait à une longue phase d'exercice spectaculairement solitaire du pouvoir d'un seul homme".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Tarification des transports dans le Grand Besançon : « trop de catégories sociales ont été oubliées » (N. Bodin)

Soumis au vote lors de la dernière assemblée communautaire de Grand Besançon, la question de la nouvelle tarification des transports a fait débat… Accordée pour les demandeurs d’emploi inscrits à pôle emploi, la gratuité totale n’a pas été approuvée pour les collégiens. Nicolas Bodin, à la tête du groupe PS au conseil municipal de Besançon au sein de la majorité de la maire EELV d’Anne vignot, estime que certaines catégories sociales n’ont pas été prises en compte. Il revient sur le sujet dans nos colonnes…

Emmanuel Macron charge Elisabeth Borne de former un « gouvernement d’action »

Dans un entretien à l’AFP ce dimanche 26 juin, Emmanuel Macron assure avoir demandé à la Première ministre, Elisabeth Borne, de lui présenter en fin de semaine prochaine des "propositions" pour "un nouveau gouvernement d’action" qui sera nommé "dans les premiers jours du mois de juillet". Soit, a priori, avant le discours de politique générale de la cheffe du gouvernement devant le Parlement annoncé pour le 5 juillet et l’adoption, le lendemain, du "paquet pouvoir d’achat" en Conseil des ministres.

Emmanuel Macron enjoint les oppositions réticentes à s’inscrire dans la voie de « compromis »

Les oppositions ont fraîchement accueilli l'allocution d'Emmanuel Macron ce mercredi 22 juin 2022 qui, avant d'entamer ce jeudi un marathon international, les a enjointes à "clarifier" dans les 48 heures la manière de "bâtir des compromis" pour résoudre la crise politique née des élections législatives.

Un groupe Nupes à l’Assemblée ? le PS, EELV et le PCF refusent la proposition de J-L Mélenchon

Mise à jour • "La Nouvelle union populaire écologique et sociale devrait se constituer comme un seul groupe" à l'Assemblée nationale, a "proposé" ce lundi 20 juin 2022 Jean-Luc Mélenchon, inquiet que l'obtention de 89 députés par le RN remette en cause son "statut" de première opposition à Emmanuel Macron. La proposition a été déclinée par le PS, EELV et le PCF...

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.53
légère pluie
le 28/06 à 18h00
Vent
1.65 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
20 %

Sondage