Les Alpagas, les dernières créations gourmandes signées Bruno Grandvoinnet à découvrir…

Publié le 11/01/2021 - 07:00
Mis à jour le 11/01/2021 - 15:14

PUBLI-INFO •

Depuis fin 2020, le maître chocolatier bisontin Bruno Grandvoinnet propose de nouvelles friandises chocolatées à la guimauve : les Alpagas… Découvrez l'histoire gourmande cette nouveauté !

Pour confectionner ces petites douceurs hivernales, Bruno Grandvoinnet a choisi de créer une guimauve à base de gélatine de poisson pour satisfaire toutes les cultures et de vanille de Tahiti. Pourquoi cette vanille ? "Contrairement à la vanille de Madagascar baignée dans l'eau bouillante, la vanille tahitienne est crue et offre un arôme plus gourmand, plus bonbon", précise le maître chocolatier.

Enrobés de grands crus de chocolat Valrhona lait ou noir, ces alpagas allient la douceur de la guimauve et puissance du chocolat.

Pourquoi des alpagas ?

Il y a toute une histoire derrière ces friandises !

Après le succès des Belles Comtoises en chocolat, Bruno Grandvoinnet a choisi les alpagas, une idée de son épouse. ""Elle adore les petits nounours en guimauve, on s'est dit que ce serait bien de faire une petite guimauve enrobée, c'est tellement gourmand, mais je ne voulais pas faire comme tout le monde…", raconte le chocolatier. "Et puis la tendance en ce moment ce sont les petits lamas, les petits alpagas… et dedans, la guimauve c'est tout doux, comme les alpagas ! En plus, le chocolat trouve son origine en Amérique du Sud, lieu emblématique du chocolat…mais aussi des alpagas !"

Par ce produit, cet artisan souhaite défendre une histoire, l'artisanat et le savoir-faire local. "Nous ne sommes pas des industriels, nous sommes des artisans et nous souhaitons défendre des valeurs de goût", indique-t-il.

Les 12 alpagas en guimauve sont emballés dans une boîte de fabrication française, illustrée par un jeune artiste franc-comtois, Mathys Valente sous le nom de Chromakickz sur Instagram, à qui Bruno Grandvoinnet a donné carte blanche et qui a naturellement trouvé l’inspiration dans le Machu Picchu.

Par ce produit, cet artisan souhaite défendre une histoire, les valeurs du goût, l'artisanat et le savoir-faire local.

"Un produit pas très cher, sympa et qui s'offre facilement"

Prix de la boîte d'Alpagas ? 12,90€. "C'est un produit pas très cher, sympa, pour tous et qui s'offre facilement", souligne le maître chocolatier.

La boîte a été conçue pour être envoyée en colis pour en faire profiter les amis et la famille qui n'ont pas le plaisir de découvrir ces friandises à Besançon.

Infos +

Bruno Grandvoinnet est actuellement en train de travailler sur de nouvelles créations chocolatées destinées à un public vegan. À suivre…

Infos pratiques

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

La situation de l’apprenti du boulanger de Besançon en grève de la faim est régularisée

+ réaction de la maire de Besançon • Stéphane Ravacley, boulanger de la rue Rivotte à Besançon, a gagné son combat. Son apprenti d'origine guinéenne, Laye Traoréiné, a été régularisé, apprend-on ce 14 janvier 2021. Après plus d'une semaine de grève de la faim, le boulanger avait fait un malaise ce mardi vers 8h30. Il avait été conduit aux urgences de Besançon.

Boulanger en grève de la faim à Besançon : le MRAP exige la régularisation de Laye Fodé Traoréiné

Dans un communiqué du 13 janvier, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) de Besançon déclare son soutien au combat du boulanger Stéphane Ravacley en grève de la faim pour protester contre l'expulsion de son apprenti guinéen Laye Fodé Traoréiné, et demande la régularisation de ce dernier.

Covid-19 : jeunes de Bourgogne Franche-Comté, « ne restez pas seuls ! »

Dans un communiqué du 13 janvier 2021, Denis Lamard, conseiller régional Bourgogne Franche-Comté délégué à la jeunesse et la vie associative et président du CRIJ de Bourgogne Franche-Comté, appelle les jeunes à ne pas rester seuls en cette longue période de crise sanitaire et de travail à distance…

Le boulanger en grève de la faim contre l’expulsion de son apprenti conduit aux urgences

Notre journaliste avait rencontré Stéphane Ravacley, boulanger de Besançon, ce lundi vers 17h00. Ce dernier qui se trouvait en forme hier, a fait un malaise ce mardi 12 janvier 2021 vers 8h30. Il a été conduit aux urgences après plus d'une semaine grève de la faim.

Covid-19 : la Bourgogne Franche-Comté, deuxième région la plus touchée par la hausse des décès lors de la 2e vague

Selon une étude de l'Insee publiée le 11 janvier 2021, entre le 1er septembre et le 28 décembre 2020, 11 976 décès, toutes causes confondues, ont été enregistrés en Bourgogne-Franche-Comté, soit 25 % de plus qu’en 2019 et 27 % de plus qu’en 2018. La Bourgogne Franche-Comté est la deuxième région la plus impactée par la hausse des décès lors de la 2e vague. Cette évolution est toutefois encore provisoire et sera révisée à la hausse dans les prochaines semaines.

Boulanger de Besançon en grève de la faim depuis 9 jours : « Non, je ne suis pas suicidaire, je fais attention »

Après 9 jours de grève de la faim pendant lesquels Stéphane Ravacley s'est nourri exclusivement de bouillons, et 8kg en moins, nous lui avons rendu visite lundi 11 janvier dans son fournil de la rue Rivotte à Besançon pour prendre de ses nouvelles ainsi que celles de Laye Traoréiné, son apprenti guinéen.

Sondage – Pensez-vous que la grève de la faim de Stéphane Ravacley est utile pour éviter l’expulsion de son apprenti guinéen ?

Depuis le 3 janvier dernier, Stéphane Ravacley, boulanger à Besançon est en grève de la faim pour protester contre l'expulsion de son apprenti guinéen Laye Fadé Traoréiné. Pensez-vous que cette action est utile au jeune homme pour rester à Besançon et éviter l'expulsion ?
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.31
légères chutes de neige
le 15/01 à 15h00
Vent
3.23 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
98 %

Sondage