Les maires écolo et la 5G : le pouvoir n'est peut-être pas là où on le croit…

Publié le 08/07/2020 - 15:03
Mis à jour le 08/07/2020 - 15:37

Lors de la campagne pour le second tour de l’élection municipale, le sujet du déploiement de la 5G à Besançon avait été remis sur le tapis notamment par le candidat de la droite Ludovic Fagaut. À cette question, Anne Vignot la candidate EELV qui a été élue le 28 juin dernier a toujours précisé qu’elle n’est pas pour, tout comme de nombreux maires écologistes… Mais concrètement, que les maires soient pour ou contre, peuvent-ils décider du déploiement ou non de la 5G pour leur ville ?

 ©
©

La 5G est la prochaine étape technologique dans les réseaux de téléphonie mobile : elle devrait progressivement être déployée par les opérateurs dès cette année. En comparaison avec la 4G ou la 4G+, la 5G concernera les téléphones mobiles, mais aussi tous les objets connectés. Elle devrait donc être polyvalente et supporter un nombre très important de connexions avec des débits très élevés. La 5G est l'un des chantiers et objectifs de la Commission européenne à atteindre ces toutes prochaines années.

Malgré tout, elle est attaquée de toute part sur son éventuelle nocivité pour l'humain et son cerveau, ses émissions de gaz à effet de serre à cause d'une explosion des usages numériques permis par la 5G, sur la consommation énergétique des réseaux et des serveurs, ou encore la protection des données personnelles des utilisateurs.

Qu'en pensent Anne Vignot et d'autres maires écologistes en France ?

Plusieurs grandes villes françaises (Lyon, Tours, Bordeaux, Strasbourg, Besançon, Nantes…) ont élu un ou une maire écologiste se disant contre le déploiement de la 5G. Voici quelques uns de leurs commentaires :

Anne Vignot, maire de Besançon (sur maCommune.info) : "La question essentielle est le principe de précaution : on a entendu le gouvernement dernièrement dire qu'il fallait prendre en considération les avis de l'Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail - sur cette question-là, donc avant d'envisager le déploiement, il faut déjà savoir de quoi il est question, quel impact ça pourrait avoir. Donc moi j'attends le résultat de ces études qui doivent se faire." 

Pierre Hurmic, maire de Bordeaux (sur RTL) : "Je trouve totalement inadmissible qu'on puisse imposer la 5G (…) Je pense qu'il faut mettre cette discussion sur la table et que les Bordelaises et les Bordelais n'apprennent pas du jour au lendemain que leur territoire est couvert par la 5G." 

Emmanuel Denis, maire EELV de Tours : "Il faut voir si cette technologie n’est pas une technologie de confort avec des risques sanitaires".

Eric Piolle, maire EELV de Grenoble (sur RTL) : "La moitié des 4% des émissions de gaz à effet de serre émise par le numérique, c’est le streaming. Un quart des vidéos qui sont regardées sont des vidéos pornos. Évidemment, je fais un raccourci légèrement provocateur parce que j’aime bien ça, mais grosso modo la 5G, c’est pour nous permettre de regarder des films pornos même quand vous êtes dans votre ascenseur en HD". 

Julie Laernoes, maire de Nantes (sur Les Echos.fr) : "Le principe de précaution n'a pas été respecté, et la 5G, on ne sait pas encore à quoi ça va servir. Il faut donc un débat."

Quel est le pouvoir des maires sur le déploiement de la 5G dans leur commune ? 

Selon trois décisions du Conseil d'État en octobre 2011 pour règlementer l'implantation d'antennes de téléphonie mobile, les maires ne peuvent s'opposer au déploiement de la 5G dans leur commune. Seuls le secrétaire d'État chargé du Numérique, l'Autorité de régulation des communications électroniques, des postes (Arcep) et l'Agence nationale des fréquences (ANFR) sont compétents en la matière.

Les demandes de moratoire par des élus écologistes pourront retarder un peu le déploiement de la 5G, mais peut-être rien de plus... A suivre.

Et le principe de précaution ?  

Anne Vignot et Julie Laernoes évoquent "le principe de précaution" inscrit dans la Constitution (Charte de l'environnement) : il peut être utilisable pour la 5G, mais aujourd'hui, aucune étude ne prouve que cette technologie est néfaste pour la santé et aucune preuve concrète ne montre qu'elle est n'est pas dangereuse pour la santé. C'est pourquoi le principe de précaution ne peut pas être utilisé dans le cas de la 5G.

Chez nos voisins…

Selon une information du site Robin des Toits, association nationale pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil en Suisse, Genève a lancé un moratoire sur la 5G en février 2020 sur la 4G et la 5G. La modification de la loi sur les constructions et les installations diverses prévoit que toute nouvelle installation sera soumise à autorisation pendant cette période.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.48
légère pluie
le 16/06 à 21h00
Vent
2.13 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
92 %