Alerte Témoin

Les maires écolo et la 5G : le pouvoir n'est peut-être pas là où on le croit…

Publié le 08/07/2020 - 15:03
Mis à jour le 08/07/2020 - 15:37

Lors de la campagne pour le second tour de l'élection municipale, le sujet du déploiement de la 5G à Besançon avait été remis sur le tapis notamment par le candidat de la droite Ludovic Fagaut. À cette question, Anne Vignot la candidate EELV qui a été élue le 28 juin dernier a toujours précisé qu'elle n'est pas pour, tout comme de nombreux maires écologistes… Mais concrètement, que les maires soient pour ou contre, peuvent-ils décider du déploiement ou non de la 5G pour leur ville ?

5G ©ADMC - Anne Vignot ©Alexane Alfaro
5G ©ADMC - Anne Vignot ©Alexane Alfaro

La 5G est la prochaine étape technologique dans les réseaux de téléphonie mobile : elle devrait progressivement être déployée par les opérateurs dès cette année. En comparaison avec la 4G ou la 4G+, la 5G concernera les téléphones mobiles, mais aussi tous les objets connectés. Elle devrait donc être polyvalente et supporter un nombre très important de connexions avec des débits très élevés. La 5G est l'un des chantiers et objectifs de la Commission européenne à atteindre ces toutes prochaines années.

Malgré tout, elle est attaquée de toute part sur son éventuelle nocivité pour l'humain et son cerveau, ses émissions de gaz à effet de serre à cause d'une explosion des usages numériques permis par la 5G, sur la consommation énergétique des réseaux et des serveurs, ou encore la protection des données personnelles des utilisateurs.

Qu'en pensent Anne Vignot et d'autres maires écologistes en France ?

Plusieurs grandes villes françaises (Lyon, Tours, Bordeaux, Strasbourg, Besançon, Nantes…) ont élu un ou une maire écologiste se disant contre le déploiement de la 5G. Voici quelques uns de leurs commentaires :

Anne Vignot, maire de Besançon (sur maCommune.info) : "La question essentielle est le principe de précaution : on a entendu le gouvernement dernièrement dire qu'il fallait prendre en considération les avis de l'Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail - sur cette question-là, donc avant d'envisager le déploiement, il faut déjà savoir de quoi il est question, quel impact ça pourrait avoir. Donc moi j'attends le résultat de ces études qui doivent se faire." 

Pierre Hurmic, maire de Bordeaux (sur RTL) : "Je trouve totalement inadmissible qu'on puisse imposer la 5G (…) Je pense qu'il faut mettre cette discussion sur la table et que les Bordelaises et les Bordelais n'apprennent pas du jour au lendemain que leur territoire est couvert par la 5G." 

Emmanuel Denis, maire EELV de Tours : "Il faut voir si cette technologie n’est pas une technologie de confort avec des risques sanitaires".

Eric Piolle, maire EELV de Grenoble (sur RTL) : "La moitié des 4% des émissions de gaz à effet de serre émise par le numérique, c’est le streaming. Un quart des vidéos qui sont regardées sont des vidéos pornos. Évidemment, je fais un raccourci légèrement provocateur parce que j’aime bien ça, mais grosso modo la 5G, c’est pour nous permettre de regarder des films pornos même quand vous êtes dans votre ascenseur en HD". 

Julie Laernoes, maire de Nantes (sur Les Echos.fr) : "Le principe de précaution n'a pas été respecté, et la 5G, on ne sait pas encore à quoi ça va servir. Il faut donc un débat."

Quel est le pouvoir des maires sur le déploiement de la 5G dans leur commune ? 

Selon trois décisions du Conseil d'État en octobre 2011 pour règlementer l'implantation d'antennes de téléphonie mobile, les maires ne peuvent s'opposer au déploiement de la 5G dans leur commune. Seuls le secrétaire d'État chargé du Numérique, l'Autorité de régulation des communications électroniques, des postes (Arcep) et l'Agence nationale des fréquences (ANFR) sont compétents en la matière.

Les demandes de moratoire par des élus écologistes pourront retarder un peu le déploiement de la 5G, mais peut-être rien de plus... A suivre.

Et le principe de précaution ?  

Anne Vignot et Julie Laernoes évoquent "le principe de précaution" inscrit dans la Constitution (Charte de l'environnement) : il peut être utilisable pour la 5G, mais aujourd'hui, aucune étude ne prouve que cette technologie est néfaste pour la santé et aucune preuve concrète ne montre qu'elle est n'est pas dangereuse pour la santé. C'est pourquoi le principe de précaution ne peut pas être utilisé dans le cas de la 5G.

Chez nos voisins…

Selon une information du site Robin des Toits, association nationale pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil en Suisse, Genève a lancé un moratoire sur la 5G en février 2020 sur la 4G et la 5G. La modification de la loi sur les constructions et les installations diverses prévoit que toute nouvelle installation sera soumise à autorisation pendant cette période.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Ludovic Fagaut appelle l’adjoint à la sécurité à « endosser le costume »

"L’insécurité ne doit pas devenir la norme..."  Suite aux récentes violences et incivilités dans le secteur de la Cité des Arts, le leader de l'opposition au conseil municipal de Besançon, le LR Ludovic Fagaut, appelle dans un communiqué Benoit Cyprinani à endosser le costume d'adjoint à la sécurité.

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Macron débloque 10 millions d’euros pour les policiers travaillant la nuit

Au cours d'une visite surprise dans un commissariat parisien dans la soirée du lundi 27 juillet 2020, Emmanuel Macron a annoncé le versement d'une "indemnité spécifique" pour les policiers travaillant de nuit, pour un montant total de 10 millions d'euros. Il s'agit d'une des revendications exprimées par les syndicats de police lors de leur rencontre avec le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le 20 juillet.

Climat : des mesures concrètes au menu du Conseil de défense écologique

La Convention citoyenne pour le climat trouve un début de traduction concrète : avant les lois prévues pour 2021, le gouvernement a annoncé lundi 27 juillet 202 de premières mesures "réglementaires" inspirées des propositions des 150 citoyens à l'issue du Conseil de défense écologique présidé par Emmanuel Macron, mais jugées timorées par les écologistes et des ONG.

« Concerts debouts » : plus de 1.500 structures signent une lettre ouverte au gouvernement

Depuis le 17 mars dernier, les festivals, les salles de concerts et de spectacles sont toujours fermés au public. Aujourd'hui, personne ne sait quand ils pourront rouvrir, le gouvernement reste vague sur ce sujet. Plusieurs dizaines de milliers d'emplois sont menacés. 1.500 structures et artistes ont signé une lettre ouverte au gouvernement pour demander "des perspectives claires et cohérentes en vue de la réouverture des salles de concerts".
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     25.43
    ciel dégagé
    le 08/08 à 9h00
    Vent
    0.41 m/s
    Pression
    1019 hPa
    Humidité
    78 %

    Sondage