Logement social : Chevènement fait des émules au PS…

Publié le 21/03/2012 - 16:25
Mis à jour le 21/03/2012 - 16:25

Delphine Batho, l’une des porte-parole de François Hollande, s’est défendue mercredi d’habiter un logement social de la ville de Paris, affirmant louer au bailleur RIVP un logement « intermédiaire » et payer un surloyer.

manque pas d’air

Selon lemonde.fr qui a ressorti l'information mercredi, la députée PS des Deux-Sèvres refuse de quitter ce logement du parc social situé dans le XIXe arrondissement, d'une superficie de 108 m2 et loué 1.524 euros par mois, soit environ 30% au-dessous des prix du marché.

Mme Batho avait été destinataire en 2009, en même temps que Jean-Pierre Chevènement et l'ex-ministre de la ville Fadela Amara, d'une lettre de la RIVP (régie immobilière de la ville de Paris) les invitant "par déontologie et exemplarité" à quitter leur logement, étant donné qu'ils occupent ou occupaient à l'époque des mandats importants.

"La lettre avait été envoyée à l'automne 2009 et depuis les trois impétrants nous ont répondu qu'ils ne quitteraient pas leur logement", a expliqué la RIVP.

Selon Delphine Batho, contactée par l'AFP, "il y a un amalgame injustifié car je ne suis pas locataire d'un logement social, j'occupe un logement intermédiaire (PLI) qui ne relève pas de la loi SRU".

"J'habite un quartier populaire et je n'ai pas de patrimoine. Je respecte la loi et c'est à mon initiative que je paye un surloyer alors que rien ne l'exige", a-t-elle ajouté.

La porte-parole du candidat socialiste à la présidentielle a aussi rappelé qu'elle touche une indemnité parlementaire de 5.275,18 euros net mensuels, et qu'après son élection comme députée en 2007, elle avait demandé à payer ce surloyer, ce qu'a confirmé la RIVP.

Cependant, si elle postulait à ce jour à un tel logement du parc social, "elle n'y serait sûrement pas éligible", ont affirmé plusieurs sources à la RIVP, à cause des plafonds de ressources qu'elle dépasse.

De son côté la mairie de Paris a seulement indiqué qu'elle "assume la position de la RIVP à ce sujet", en allusion à la lettre de 2009. L'élue PS s'était installée dans ce logement en 2001, lorsqu'elle était salariée de la Région, par le biais du 1% patronal. Elle est depuis restée dans cet appartement qui appartenait à la SAGI avant d'être transféré à la RIVP.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Législatives 2024 : comment voter par procuration ?

Le 9 juin 2024, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée Nationale, appelant ainsi les Français à retourner aux urnes les 30 juin et 7 prochains. En vue de ces élections législatives, et en ce début de saison estivale, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer renouvelle le dispositif de procuration dématérialisée, mis en place pour la première fois pour les élections Européennes 2024. Précisions.

Eric Ciotti exclu des LR, Annie Genevard reprend la co-gouvernance

La secrétaire générale Les Républicains et députée du Doubs a tenu une courte conférence de presse aux côtés Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne Rhône-Alpes ce mercredi 12 juin 2024 après avoir convoqué un bureau politique exceptionnel suite à l’annonce d’ Eric Ciotti d’un accord avec le Rassemblement national en vue des élections législatives.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.17
légère pluie
le 15/06 à 6h00
Vent
4.93 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
91 %