Loi immigration : une conférence de presse au musée de la Résistance qui ne passe pas…

Publié le 22/12/2023 - 17:31
Mis à jour le 22/12/2023 - 16:04

Le 21 décembre 2023, Anne Vignot, maire de Besançon, entourée de plusieurs représentants des partis politiques de la majorité municipale, s’est exprimée devant la presse sur le vote de la loi immigration à l’Assemblée nationale. Et le lieu choisi pour cette conférence de presse, le musée de la Résistance et de la Déportation, fait bondir Ludovic Fagaut, chef du groupe Besançon Maintenant et Jean-Philippe Allenbach, président du Mouvement Franche-Comté en tant que représentant d’une famille de résistants, ce vendredi 22 décembre.

Ludovic Fagaut et Jean-Philippe Allenbach (archives) ©
Ludovic Fagaut et Jean-Philippe Allenbach (archives) ©

Communiqué de Ludovic Fagaut et Besançon Maintenant

L'offense aux héros de la Résistance par la majorité municipale 

Nous exprimons notre profonde indignation devant l'utilisation du Musée de la Résistance et de la Déportation par Madame le Maire et sa majorité à des fins politiques. Cette mise en scène autour de la loi immigration ne convient pas à la dignité attendue d'une personne occupant la fonction de Maire. 

Être Maire de Besançon implique, avant tout, d'incarner la proximité avec les citoyens. Cependant, nous regrettons l'instrumentalisation de notre patrimoine, que nous percevons comme une offense envers nos héros de la Résistance et la mémoire de nos déportés. Il s'agit là d'une faute extrêmement grave. Comment la municipalité peut-elle justifier l'utilisation de cet espace mémoriel à des fins politiques partisans ? Nous condamnons cette manipulation des symboles qui porte atteinte à l'intégrité de notre Histoire. 

L’instrumentalisation du Musée de la Résistance et de la Déportation est scandaleuse et relève d’une manipulation indigne. N’oublions pas que cette loi portera principalement sur des compétences gérées par les services de l'État, l’échelon communal ne devrait pas être impacté par ces mesures régaliennes perçues favorablement par plus de 70% des Français. 

Enfin, comment des élus de la République osent-ils prôner la désobéissance ? Nous sommes consternés par les déclarations de cet adjoint de la ville de Besançon qui déclare : « J'appelle les Françaises et les Français à refuser d’obéir à cette loi. » Cette approche ne correspond en aucun cas à notre conception de la démocratie. Mais personne n’est dupe, nous avons bien compris que cette majorité fonctionne à géométrie variable en adoptant une attitude sélective quant à l’application des lois, suivant si elles sont compatibles avec leur pensée unique, idéologique ou pas. 

Nous demandons à cette équipe municipale de se recentrer sur Besançon et s’excuser auprès des familles de déportés et de résistants pour cette manipulation d’affichage politique. 

Il est essentiel de préserver l'intégrité de notre patrimoine sans compromission politique. Les Bisontins méritent une représentation municipale respectueuse de leur Histoire et des lois de la République.”

Communiqué de Jean-Philippe Allenbach

”En tant que représentant d’une grande famille bisontine de résistants avec à son actif trois « Médailles des Justes » et un oncle maternel Adrien Saulnier qui était commandant des FFI sur Besançon au moment de la Libération, je suis particulièrement choqué de constater que Mme Vignot et son équipe municipale "écolo-socialo-wokiste" aient pu choisir le Musée de la Résistance et de la Déportation pour y faire la promotion de leur idéologie. 

En effet, cet endroit est un lieu de mémoire destiné à l'ensemble des habitants et aucune formation politique n'est donc en droit de pouvoir se l'approprier pour y défendre ses idées.

Mais pire encore, ce choix est particulièrement inapproprié et incongru. 

Inapproprié, parce que ce "lieu sacré" de la Ville a été sans vergogne utilisé par la municipalité pour y faire savoir, sous les projecteurs, qu'elle n'était pas  pas d'accord avec la loi sur l'immigration et pour aussi, comble de l'incivisme, appeler les citoyens à ne pas l’appliquer !

Incongru, parce que la Résistance était un mouvement patriotique dont l'objet était en fait de renvoyer chez lui un étranger, à savoir l'occupant allemand, afin de pouvoir rendre à la France son indépendance et sa propre identité.  Et aussi de rendre aux Français la liberté de pouvoir mener la vie qu'ils veulent, avec leurs propres valeurs et  traditions ainsi que la démocratie, ce dont l'obligation de devoir respecter la loi est un élément fondamental.  Toutes choses que le général de Gaulle n'a d'ailleurs eu cesse de défendre...

Le combat de Mme Vignot et de ses amis politiques est donc tout l'inverse de celui mené par "La Résistance". Mot sacré et inaliénable sur lequel elle se trompe lourdement et qu'elle a scandaleusement instrumentalisé à cette occasion.”

1 Commentaire

Si les résistants entendaient les propos de M. Fagot, et M. Allenbach, je pense qu'is se retourneraient dans leur tombe. Les résistants luttaient contre le Racisme et le Nazisme, allemand ou même français.
Publié le 22 décembre 2023 à 21h48 par Michel TOURNIER • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Politique

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Élections européennes : plusieurs partis politiques se réunissent pour sensibiliser les jeunes à Besançon

Les élection européennes sont délaissées par bon nombre de citoyennes et de citoyens en France et à travers l’union. C’est pourquoi sept partis de gauche se réuniront pour sensibiliser les jeunes électeurs à ce temps démocratique jeudi 15 février 2024 à la faculté des lettres, rue Mégevand à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.42
partiellement nuageux
le 23/02 à 6h00
Vent
4.2 m/s
Pression
1002 hPa
Humidité
89 %