L'OMS inquiète des répercussions mondiales de la décision américaine sur l'avortement

Publié le 30/06/2022 - 14:30
Mis à jour le 30/06/2022 - 14:02

L'Organisation mondiale de la santé a dit mercredi craindre que la décision de la Cour suprême américaine d'enterrer le droit à l'avortement risque d'avoir des effets préjudiciables bien au-delà des Etats-Unis.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS © OMS Facebook
Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS © OMS Facebook

En conférence de presse, le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a qualifié de "recul" la décision de la plus haute juridiction américaine. Il a fait part de son inquiétude quant au fait qu'un pays aussi influent que les Etats-Unis puisse reculer de "plusieurs années" sur la question de l'avortement. "Nous avions espéré que les Etats-Unis prendraient réellement l'initiative sur cette question", a-t-il déclaré.

"L'impact mondial est également préoccupant", a-t-il relevé.   Le chef de l'OMS a insisté sur le fait que "toutes les femmes devraient avoir le droit de choisir lorsqu'il s'agit de leur corps et de leur santé. Point final".

Il a également souligné que la question de l'accès à un avortement sûr allait bien au-delà du droit de choisir.   "L'avortement sans risque est une question de santé. Cela sauve des vies", a-t-il déclaré. "Le restreindre pousse les femmes et les jeunes filles à avoir recours à des avortements non sécurisés, provoquant des complications, voire la mort", en particulier chez les communautés les plus pauvres et les plus marginalisées.

A ses côtés, la scientifique en chef de l'OMS, la Dr Soumya Swaminathan, a renchéri en expliquant qu'interdire l'accès à un avortement sans risque "revient à refuser à quelqu'un un médicament qui peut lui sauver la vie".

Et, a-t-elle expliqué, cela ne réduit en rien le nombre d'avortements pratiqués. Pire, "les femmes se retrouvent entre les mains de personnes qui sont là pour exploiter la situation et pratiquer des avortements dangereux".

"Nous allons voir les conséquences" aux Etats-Unis, "il ne fait aucun doute que vous allez commencer à voir des augmentations de la mortalité, ainsi que des fortes hausses de morbidité suite à cette décision", a-t-elle averti.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.3
légère pluie
le 23/02 à 15h00
Vent
4.26 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
65 %