Alerte Témoin

Longuet-FN : Moscovici dénonce « les dérives sans limites de la droite »

Publié le 01/05/2012 - 20:15
Mis à jour le 01/05/2012 - 22:42

Pierre Moscovici, député du Doubs et directeur de campagne de François Hollande, a jugé mardi "nauséabonds" les propos de Gérard Longuet sur Marine Le Pen, estimant qu'ils "prouvent que les dérives de la droite républicaine entre les deux tours" de la présidentielle "n'ont pas de limites".

dsc_7561.jpg
Gérard Longuet © archives carvy

Le ministre de la Défense estime, dans une interview à Minute, qu'il y a "une différence notable" entre Marine Le Pen et son père, Jean-Marie, et que la présidente du Front national pourra désormais être un "interlocuteur" de l'UMP.

"Les propos de Gérard Longuet prouvent que les dérives de la droite républicaine entre les deux tours n'ont pas de limites", a affirmé M. Moscovici.

"De la part du ministre de la Défense, un des principaux membres du gouvernement, une telle prise de position n'est pas fortuite, elle est scandaleuse (...) elle a une allure un peu désespérée mais aussi assez nauséabonde", a-t-il ajouté.

Selon le député du Doubs, "autant il est légitime de s'adresser aux électeurs, de prendre en compte les colères sociales, le désarroi qui ont engendré le vote pour Marine Le Pen, autant il est périlleux, dangereux, inacceptable de donner une sorte de blanc-seing au Front national et de chercher ouvertement une alliance avec ce parti qui d'ailleurs la refuse".

"L'UMP qui se disait l'héritière du général de Gaulle est en vérité de plus en plus loin de ce legs républicain", a-t-il aussi estimé. La réaction de Rachida Dati, ex-ministre de la Justice qui s'est dite "choquée", "illustre le malaise dans cet entre-deux-tours" dans la majorité face "à la virevolte constante du candidat sortant qui dans un mouvement fait appel aux mannes du général de Gaulle, et de l'autre, via un de ses principaux ministres, s'adresse à ceux qui l'ont toujours combattu", a aussi affirmé M. Moscovici.

 (source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Agressions au couteau : « Nous refusons que Besançon devienne une ville coupe-gorge

Suite à trois agressions au couteau dans la nuit de samedi à dimanche au centre-ville de Besançon, les élus Les Républicains au conseil municipale de Besançon ont publié un communiqué dans lequel ils appellent la maire Anne Vignot et son équipe à "sortir de sa léthargie, soutenir plus activement notre police municipale et, surtout, enfin garantir la sécurité à Besançon."

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez en visite dans le Jura le 22 septembre

A l’occasion de la réunion décentralisée du Bureau Confédéral de la CGT en Bourgogne Franche-Comté, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT et Catherine Perret, membre du Bureau confédéral, viendront à la rencontre de salarié-es des entreprises jurassiennes Jacob Delafon et SKF mardi 22 septembre 2020.

Vivez en direct le conseil municipal de Besançon du 14 septembre 2020

Le conseil municipal de Besançon de rentrée se tient ce lundi 14 septembre.  Il s'agira pour les 55 conseillers municipaux de Besançon de faire un point sur cette rentrée sous le signe de la Covid et de désigner les  représentants du conseil municipal qui siégeront dans les différentes structures partenaires (syndicats, SEM, associations, etc.)

Publiée par Jean Castex sur Vendredi 11 septembre 2020

Coronavirus : les annonces de Jean Castex à l’issue du conseil de défense

Dernier avertissement • À l'issue du Conseil de défense, le Premier ministre dévoile les nouvelles mesures de lutte contre le coronavirus  afin de "donner de la visibilité sur les prochaines semaines" comme le souhaite le président de la République  Emmanuel Macron au moment où les indicateurs de l'épidémie sont en hausse.

OP Véolia – Suez : le sénateur Longeot s’oppose à la fusion

Le sénateur du Doubs attire l'attention du Ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance sur l'annonce d'une offre publique d'achat (OPA) de Veolia sur la totalité du capital de Suez. Jean-François Longeot met l’accent sur "la principale crainte qui reste bien le haut risque de casse sociale avec un plan social massif qui menacerait les 30 000 salariés du groupe en France".

General Electric : 89 emplois vont être supprimés à Belfort, le maire interpelle le président de la République

Mise à jour le 10 septembre • Le groupe General Electric va annoncer ce mercredi 9 septembre la suppression de plusieurs centaines d'emplois en France. À Belfort, la filière hydro (turbines et alternateurs pour les barrages hydroélectriques) verra 89 emplois supprimés. Le maire de la ville se dit "consterné" par des décisions "inadmissibles".

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     22.57
    nuageux
    le 21/09 à 15h00
    Vent
    0.61 m/s
    Pression
    1015 hPa
    Humidité
    59 %

    Sondage