L'Université de BFC vise une reconnaissance à l'échelle internationale

Publié le 10/02/2021 - 16:36
Mis à jour le 11/02/2021 - 08:09

La crise sanitaire ne semble pas arrêter les projets de l'université de Bourgogne Franche-Comté. Cette dernière se définit comme une université fédérale mettant en lien les organismes de recherche. Elle espère également obtenir la labellisation "I-SITE" en juin 2021 tout en développant des formations à visée internationale appelées"Graduate School"...

Les querelles entre les établissements de Bourgogne et de Franche-Comté semblent être, ou plutôt, doivent être de l'histoire ancienne si l'on en croit le discours rassembleur de Dominique Grevey, élu président de la communauté d'universités et d'établissements (Comue) Université Bourgogne Franche-Comté* en décembre 2020. Pour rappel en février 2019, une campagne publicitaire de la métropole de Dijon avait réalimenté la gue-guerre entre Bourgogne et Franche-Comté (voir notre article).

Selon lui, tout le monde a "trouvé sa place" en ayant conscience que "l'avenir se construit". Aussi, il qualifie le passage de la première gouvernance à la seconde de "passage à l'âge adulte" : "La crise d'adolescence du système est passée. La première gouvernance a essuyé les plaintes, les personnes n'ont pas réussi à tomber d'accord sur un consensus. On entre à l'âge adulte désormais", précise-t-il.

Faire bloc, c'est aussi sortir d'une situation difficile ensemble, selon lui. À titre d'exemple, il donne le sujet des repas des étudiants. Les chefs d'établissement ont contacté le Premier ministre pour que les étudiants puissent manger dans l'enceinte du Crous. "Nous avons vu que certains d'entre eux mangeaient à quatre dans une voiture. Je ne pense pas que cela soit très respectueux des gestes barrières", lance-t-il. (NDLR Les Resto U' ont rouvert depuis ce mercredi 10 février 2021, voir notre article ici).

Une projection à l'international

Pour le président, l'UBFC est avant tout une "université fédérale de la recherche" : "Si l'on veut briller à l'international, il faut améliorer notre ancrage territorial. Nous devons essayer de faire masse pour exister au niveau national et international", souligne-t-il en rappelant que le principal financeur de l'université est le Ministère de la Recherche et de l'Innovation. "Il ne faudrait pas que l'on nous oublie", prévient-il.

Le projet de labellisation I-SITE

Porté par l'UBFC,  le projet PIA "I-SITE-BFC" (initiatives sciences innovation territoire économique en Bourgogne Franche-Comté), a été lauréat en 2016 du programme "Investissements d'avenir". Il a pour ambition de créer un environnement international qui attire les étudiants et chercheurs du monde entier. Ce projet vise également à davantage d'échanges internationaux pour ouvrir des opportunités d'emplois.

En avril prochain, un jury international évaluera les avancées du site de Bourgogne Franche-Comté. Un financement pourra ensuite être accordé à l'université.

L'I-SITE promeut ses masters à l'étranger afin de permettre les doubles diplômes internationaux. Il favorise la mobilité des étudiants en leur permettant d'effectuer des recherches, par exemple, dans des laboratoires internationaux.

La formation Graduate School

En Amérique du Nord anglophone, les établissements d'enseignement supérieur (en anglais : graduate schools) sont des structures universitaires offrant des programmes menant aux diplômes de maîtrise ou de doctorat.

Concrètement, ces formations pourront être en lien avec des laboratoires de recherche et tenteront de relever trois défis :

  • Celui des matériaux intelligents ou technologiques afin de répondre à des enjeux de société (comme l'acceptabilité des nouvelles technologies dans la prise en compte du développement durable) : graduate school EIPHI-BFC
  • Celui de la transition socioécologique : graduate school Transbio
  • Celui de la santé et des "soins intégrés et individualisés" : graduate school Intherapi

L'UBFC, c'est quoi ?

* L'UBFC est composée de sept établissements : Université de Franche-Comté, Université de Bourgogne, Université de Belfort-Montbéliard, École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques de Besançon (ENSMM), Institut national supérieur des sciences agronomiques, de l'alimentation et de l'environnement (AgrosupDijon), Burgundy School of Business (BSB) et École nationale supérieure d'arts et métiers (ENSAM). Plus d'explications avec Dominique Grevey, président de la Comue Université Bourgogne Franche-Comté.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

L’université de Franche-Comté pilote un projet d’analyse sur l’intégration des migrants en Europe

Avec 12 partenaires venus des quatre coins de l'Europe, l'Université de Franche-Comté va analyser les processus d’intégration des migrants. Ce projet, d’un budget de 150.000 euros, est financé par le programme Europe pour les Citoyens du 1er mars 2021 au 31 août 2022. À terme, des recommandations seront proposées aux différentes institutions européennes.

Conseil départemental de l’Education nationale : FSU et FO boycottent l’instance de ce mardi

Les représentants FSU et FO au conseil départemental de l'Education nationale (CDEN) du territoire de Belfort ont décidé, ce mardi 6 avril de ne pas siéger dans cette instance avec le Préfet et le Conseil départemental dont l'ordre du jour était l'organisation de la rentrée 2021 dans le premier et le second degré.

Changement climatique : la Ville de Besançon démarrent les chantiers de rénovation dans les écoles et les crèches

Dans le "budget climat" 2021 de la Ville de Besançon voté en conseil municipal mercredi dernier, figure le nouveau schéma des écoles et des crèches. Il consiste en une amélioration thermique de ces établissements les protégeant ainsi du changement climatique et à diminuer leur consommation énergétique. Les premiers chantiers commenceront en juillet prochain.

Confinement : un accueil à Besançon pour les enfants des personnels de première ligne

Pour certaines catégories professionnelles, un accueil des enfants sera garanti. Le ministère de la Santé parle "d’un service de garde adapté à chaque territoire pour que les personnels qui sont indispensables à la gestion de la crise sanitaire puissent faire garder leurs enfants et continuer d’aller au travail pour vous protéger et vous soigner."

Dans le Doubs, les principaux clusters des variants ont pour origine le milieu scolaire

La souche "classique" de la Covid-19 ne représente plus "que" 5% des cas dans le département du Doubs (7,5% au niveau national). 82 % des contaminations proviennent du variant Britannique et et peu plus de 11 % des variants sud africain et britannique. Selon l'agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté, les principaux clusters sont détectés en milieu scolaire devant la sphère professionnelle.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.24
partiellement nuageux
le 20/04 à 6h00
Vent
1.01 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
97 %

Sondage