Maëlys : mis en examen pour meurtre, le suspect nie toujours

Publié le 01/12/2017 - 06:15
Mis à jour le 01/12/2017 - 06:15

L’étau se resserre autour du suspect dans l’affaire Maëlys, désormais mis en examen pour meurtre et plus seulement pour enlèvement, mais Nordahl Lelandais nie toujours toute implication dans la disparition de la fillette il y a trois mois en Isère.

Interrogé pendant plus de six heures par trois juges de Grenoble qui ne l'avaient pas revu depuis son incarcération le 3 septembre 2017, l'ancien maître-chien de l'armée âgé de 34 ans, assisté de trois avocats, s'est "exprimé longuement, calmement, avec beaucoup de sang-froid et a maintenu toutes ses dénégations", a déclaré le procureur Jean-Yves Coquillat.

Depuis le début de l'instruction, enquêteurs et juges "se sont attachés à donner une chronologie précise de la soirée et de cette nuit" de mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère), a souligné le magistrat. Une reconstitution minutieuse recoupant les enregistrements de caméras de vidéosurveillance dans le village, l'expertise du téléphone portable du suspect et les témoignages des proches et des invités - "même s'il faut les prendre avec réserve quand il s'agit d'horaires", surtout lors d'une fête, a souligné M. Coquillat. 

  • Les deux premières absences de Nordahl Lelandais durant la soirée sont situées avant la disparition de Maëlys, établie à 2h45 du matin dans la nuit du 26 au 27 août, son troisième aller-retour en voiture concentre plusieurs éléments à charge, selon l'accusation.

Ainsi, à 2h46 il mettait son téléphone en "mode avion", ce qui le rend indétectable. A 2h47, une caméra filme sa voiture - identifiée par de nombreux détails - avec une "silhouette frêle, de petite taille et vêtue de blanc et avec des cheveux qui semblent bruns" sur la place passager avant. Autant de caractéristiques qui concordent avec l'enfant disparue.

Puis à 3h24, soit une grosse demi-heure plus tard, la voiture est filmée à nouveau en sens inverse "et le conducteur est seul dans la voiture". A 3h25, le suspect désactive le mode avion et son téléphone "borne" immédiatement à proximité de la salle de fêtes.

'L'homicide a eu lieu'

Autres faits qui forgent la conviction des juges, l'ancien militaire a fait partie des personnes du mariage rapidement entendues par les gendarmes, dès le dimanche après-midi. "Trente-cinq minutes après cette audition, il nettoie sa voiture à fond dans une station-service où il est filmé, emportant ses lingettes", a souligné le procureur.

Ces deux longues heures de récurage en règle, avec des produits puissants et répulsifs pour les chiens de recherche, ont déjà suscité beaucoup de questions. Même s'il est établi que le suspect allait vendre son véhicule, son insistance sur certains éléments intrigue. 

Nordahl Lelandais "a visionné les vidéos (nocturnes, NDLR) avec ses avocats et indiqué que ce n'était pas sa voiture et qu'il n'était pas là. Il conteste ce voyage de 2h46, dit qu'il a eu un coup de fatigue" et qu'il n'a pas quitté la salle, a poursuivi le procureur, tout en affirmant aussi "qu'on ne lui a pas volé sa voiture".

Si on analyse la soirée et la nuit, "l'hypothèse la plus probable c'est que l'enfant a été enlevée à 02H47, il revient sans, pour nous c'est la période où l'homicide a eu lieu", a estimé le magistrat. "La deuxième période, après qu'il soit revenu, étant celle de la dissimulation du corps." Autant d'éléments jugés "accablants" par l'avocat des parents de Maëlys. "C'était d'ailleurs une des raisons pour lesquelles sa parole était très attendue par mes clients... en vain", a déclaré Me Fabien Rajon à l'AFP. 

Dans cette enquête "extrêmement difficile", les recherches se poursuivent sur le terrain, comme celles qui se déroulaient encore jeudi matin. Autre "hasard de calendrier", la cour d'appel de Grenoble a annulé les quatre premières auditions du suspect en garde à vue, qui n'avaient pas été filmées, à tort.

Quels que soient les prochains rebondissements, "cette affaire ne sera jamais complètement résolue tant qu'on n'aura pas retrouvé l'enfant", a conclu M. Coquillat.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -1.06
nuageux
le 24/04 à 3h00
Vent
1.37 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
92 %