Menaces de suppressions d'emplois à PSA : "l'Etat doit être vigilant" selon Sophie Montel

Publié le 17/10/2016 - 14:56
Mis à jour le 17/10/2016 - 16:57

Selon un document interne consulté par France Info et l'AFP ce lundi 17 octobre 2016, le groupe PSA pourrait recourir en 2017 et pour la quatrième année consécutive, à des départs volontaires et à d'autres mesures pour éviter des "plans collectifs de licenciements économiques avec phase contrainte". 2 133 postes seraient concernés. Selon Sophie Montel, conseillère régionale FN de Bourgogne-Franche-Comté, "l'État doit être vigilant" dans un communiqué.

Peugeot.jpg
©
PUBLICITÉ

Malgré des ventes en hausse de plus de 7 % en Europe au premier semestre 2016, la direction justifie cette décision en expliquant aborder l’avenir « avec prudence », sur fond de Brexit et de chute des ventes de véhicules diesel. Ces suppressions de postes seront l’objet de débats lors d’un comité central d’entreprise (CEE) extraordinaire qui doit se tenir ce lundi après-midi au siège de PSA Peugeot-Citroën à Paris, indique franceinfo. Du côté de la direction, on confirme qu’il sera bien question d’emploi lors de ce CEE, mais que « tout plan de suppression de postes » est exclu. « Ce n’est pas à l’ordre du jour », a indiqué un porte-parole du groupe à L’Express.

« Ces derniers 18 mois PSA a dégagé 2,4 milliards d’euros de bénéfices, et le prétexte avancé par le groupe pour ce nouveau plan (ce serait la faute aux incertitudes crées par le Brexit) ne sont absolument pas crédibles », indique la conseillère régionale en ajoutant que « PSA est en effet un groupe habitué à ce genre de plan, et il faut noter en parallèle que le recours aux intérimaires atteint des niveaux exceptionnels sur les sites de PSA. » 

« L’État actionnaire doit ainsi exiger des explications à PSA sur ces révélations »

Pour Sophie Montel, « Il n’est pas acceptable de voir que PSA, groupe dont l’État est actionnaire à hauteur de 14%, ignore totalement la responsabilité sociale qui est la sienne. Les fruits des efforts réalisés et des sacrifices consentis par les salariés doivent être équitablement répartis. Elle précise que « C’est le sens de ce que Marine Le Pen propose pour que l’économie française fonctionne pour tous : participation et concertation doivent devenir les principes premiers de la gouvernance en entreprise. L’État actionnaire doit ainsi exiger des explications à PSA sur ces révélations, afin que la stratégie du groupe soit claire et ses objectifs partagés par tous. »

Enfin, la conseillère régionale FN de Bourgogne-Franche-Comté conclut par le fait qu’« il serait bon que l’on fasse preuve de bon sens : il paraît en effet absurde que l’État, actionnaire de PSA, commande des véhicules produits à l’étranger comme il le fait pourtant régulièrement. Le patriotisme économique est ainsi un axe incontournable du renouveau industriel que Marine Le Pen souhaite mettre en œuvre. »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

suppressions postes PSA

Menaces de suppressions d’emplois à PSA : « Une annonce brutale, injustifiée et scandaleuse » pour Martial Bourquin

Menaces de suppressions d’emplois à PSA : « Une annonce brutale, injustifiée et scandaleuse » pour Martial Bourquin

Pour le député-maire d'Audincourt, Martial Bourquin, l'annonce de la suppression de 2 000 postes chez PSA Peugeot Citroën est "brutale, injustifiée et scandaleuse aux vues des résultats de l'entreprise" et craint qu'elle ne touche surtout le site de Sochaux. Il demande officiellement à Carlos Tavares d'annuler "purement et simplement" ce plan de suppressions de postes. 

2.000 suppressions d’emplois pour PSA en 2017 ? La direction dément…

2.000 suppressions d’emplois pour PSA en 2017 ? La direction dément…

Après l'épisode Alstom Belfort, c'est un nouveau coup dur pour l'industrie française. Pas de licenciements secs.  Selon un document interne, le groupe PSA pourrait recourir en 2017, et pour la quatrième année consécutive, à des départs volontaires et à d’autres mesures pour éviter des "plans collectifs de licenciements économiques avec phase contrainte". 2133 postes sont concernés

Dans la catégorie

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

L'association a analysé les prix des produits bio en grandes surfaces pendant un an. Les marges brutes sont, en moyenne, 75% plus élevées que pour des produits conventionnels. L'UFC-Que Choisir pointe "les marges excessives" réalisées par la grande distribution sur 24 fruits et légumes bio.

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Pour la 15ème année consécutive, l’UNEF publie son classement des villes selon le coût de la vie pour les étudiants. Augmentation des loyers, restauration universitaire plus onéreuse, "explosion" des frais pour les étudiants étrangers: étudier en France coûtera plus cher l'année prochaine, a calculé le syndicat étudiant Unef. Sur 42 villes analysée, Besançon arrive en 34e position. Dijon, en 28e position est une ville plus chère pour les étudiants selon la même étude.

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

OFFRES D'EMPLOI • Envie de rejoindre un environnement qui bouge ? Intégrez une équipe de 50 collaborateurs au sein d’une entreprise tant grandissante que stimulante et découvrez de nouvelles possibilités avec LEO & Associés ! Plusieurs postes sont à pourvoir : Commercial clientèle Particuliers et/ou Professionnels, Chargé de clientèle Entreprise, Gestionnaire sinistres spécialisé ou non (flottes, construction), Gestionnaire administratif assurance et Assistant(e) polyvalent(e) d’accueil.

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Pour celles et ceux qui ont peur de ne pas réussir leurs saucisses, brochettes ou autres viandes, "il n'y a plus de soucis à avoir avec le barbecue Traeger", selon Aurélien Philippe, vendeur en électroménager au magasin Boulanger à Besançon qui précise que "cela ne peut pas brûler, car on ne met pas directement les aliments en contact avec la chaleur".

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le mois de mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert Beaux-Arts au centre-ville de Besançon. La case de Sophie propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 25.9
ciel dégagé
le 24/08 à 12h00
Vent
1.03 m/s
Pression
1018.9 hPa
Humidité
42 %

Sondage