Meubles : P3G Participations présente une offre de reprise de Parisot

Publié le 09/11/2019 - 09:24
Mis à jour le 09/11/2019 - 09:24

La société P3G Participations a présenté vendredi devant le tribunal de commerce de Dijon une offre de reprise de sa filiale, le fabriquant de meuble Parisot, placé en redressement judiciaire et dont elle propose de conserver 345 postes sur 460, a-t-on appris auprès de la direction.

Le jugement du tribunal a été mis en délibéré au 22 novembre. "Seule et unique offre de reprise, le projet de P3G Participations (...) prévoit de garantir la continuité de l'activité et la conservation de 345 postes" sur les 460 que compte Parisot SAS sur son site de Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône), a précisé la direction du groupe à l'AFP.

"Parallèlement, P3G Participations propose 64 postes de reclassement au sein de son groupe, sur les sites avoisinant de CFP (Compagnie française des panneaux) et CFP2", également implantées en Haute-Saône, a-t-elle ajouté.

Second plus grand producteur français de panneaux de particules, P3G Participations, société présidée par Jean-Charles Parisot, "s'engage, si le plan de cession est approuvé, à la création de 14 postes". "Ce plan tient la route", estime le délégué CGT du site de Saint-Loup-sur-Semouse, Philippe Brochère, "Jean-Charles Parisot est parti sur un chiffre d'affaire raisonnable de 49 millions d'euros par an, pour nous c'est rassurant".

"Malheureusement il y aura des licenciements, mais on espère pas mal de départs volontaires car il y a des gens proches de la retraite", a-t-il déclaré à l'AFP. "C'est soit ça, soit on coule. On n'a pas le choix", a-t-il ajouté.

"Leader français de la fabrication de meubles en kit", Parisot SAS a été fondé en 1936 par Jacques Parisot, le grand-père de l'ex-présidente du Medef, Laurence Parisot. "Malgré l'amélioration des résultats de la société, ces derniers demeurent négatifs. Le marché du meuble reste compliqué et le carnet de commandes est inférieur à nos prévisions", avait expliqué l'actuelle direction dans un communiqué interne diffusé en septembre.

Placée en juin en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Dijon, Parisot SAS est une filiale de P3G Participations, qui détient aussi P3G Industries, une entité qui n'est toutefois pas concernée par la procédure de redressement judiciaire.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

« Aux Ateliers ! » :  ouverture d’un complexe de loisirs de 7.000 m2 avant la fin de l’année

Visite de chantier • Deux restaurants, deux ambiances-bar, un hôtel 4 * de 22 chambres, mais aussi un bowling 24 pistes, un laser game, un mur d'escalade… : Anthony Serra et Christophe Boillot, les deux porteurs du projet "Aux ateliers" ont organisé une visite de chantier sur l'ancien site Obliger. Ouverture prévue fin novembre sur la zone commerciale de Valentin.

Le consul des Etats-Unis sur le site de Bio Innovation à Besançon

Christopher Crawford, consul des Etats-Unis d'Amérique s’est rendu ce jeudi 17 juin au sein du centre Bio Innovation en présence d’Anne Vignot, la maire de Besançon. Ce déplacement entre dans le cadre d’une visite plus large à Besançon et notamment le lancement d’une fresque Franco-américaine réalisée pour le festival "Bien Urbain".

Un parc public d’envergure à venir sur le site de Saint-Jacques à Besançon…

Anne Vignot, la maire de la Ville de Besançon, a donné symboliquement le coup d'envoi de la démolition de bâtiments situés en face de la cour d'honneur ce 16 juin 2021 sur le site de Saint-Jacques. Une opération de désamiantage devra être effectuée à partir du 15 août. Six mois de démolition suivront alors dont quatre de travaux...

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.02
légère pluie
le 20/06 à 18h00
Vent
4.68 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
98 %

Sondage