Meurtre de Théo Découchant : "Le procès pourrait avoir lieu dans un an"

Publié le 24/11/2023 - 18:14
Mis à jour le 27/11/2023 - 09:25

Pour rappel, une enquête pour homicide volontaire avait été ouverte après la découverte le 6 décembre 2021 du corps d’un jeune homme d’une vingtaine d’années dissimulé dans un appartement de Oiselay-et-Grachaux, village de 400 habitants dans le secteur de Rioz en Haute-Saône. Une jeune femme de 20 ans est actuellement placée en détention.

"Le procès pourrait avoir lieu dans un an", indique Etienne Manteaux, procureur de Besançon. S’il se tient dans ces dates, il faudra déterminer le degré de responsabilité de la jeune femme. Deux expertises ont été réalisées. La première indique une "altération du discernement" avec des traits "psychopathiques" et de "l'égocentrisme". La deuxième expertise indique une "personnalité caractérielle" avec "une immoralité affective préoccupante" qui générait beaucoup d’impulsivité. L’altération du discernement n’a pas été retenue.

Lors d'une conférence de presse après sa mise en examen, le commandant de la police judiciaire de Besançon avait exprimé son étonnement devant "l'extrême détachement" de la jeune femme face aux faits.

"C'est un élément important du débat qui aura lieu lors de l'examen de ce dossier devant la cour d'assises de Haute-Saône", a conclu Etienne Manteaux.

Les dates ne sont pas encore fixées, mais le procès devrait se tenir dans les 12 prochains mois. La jeune femme, actuellement en détention provisoire, encourt 30 ans de réclusion criminelle. Elle dispose de 10 jours pour faire appel de son renvoi aux assises.

Retour sur les faits

Alors que la mère de Théo avait signalé sa disparition, son corps avait été retrouvé quelques jours plus tard au domicile de la jeune femme, dans un placard, emballé dans des grands sacs plastique scotchés, avec les mains nouées dans le dos.

Théo s’est rendu chez une amie qu’il connaissait depuis moins d’un mois dans la commune de Oiselay-et-Grachaux en Haute-Saône. Il passera la soirée avec elle et se serait couché dans le même lit. Lors de son audition, la jeune femme expliquera qu’il "l’a caressé" et qu’elle lui a dit de cesser. Elle l’aurait alors frappé et lui a porté un coup de couteau du niveau du foie. Effondré au sol, le jeune homme a ensuite été victime d’une strangulation qui sera la cause de la mort.

La jeune femme a déclaré dans un premier temps ignorer où se trouvait son ami depuis son départ de chez elle (elle s’est ensuite rendu à Bordeaux avec la voiture de Théo afin d’y retrouver un autre homme). Les enquêteurs de la PJ de Besançon ont décidé de mener une perquisition à son domicile. Ils ont retrouvé le corps sans vie d'un jeune homme dissimulé dans l'appartement.

(propos recueillis par Elodie Retrouvey)

(maCommune.info avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Attaque à la machette à Besançon : un père de famille interpellé

Alexia Marquis, substitut du procureur à Besançon et David Tognelli, chef de la filière judiciaire (DIPJ), sont revenus jeudi 27 juin 2024 sur les faits commis vendredi dernier. Une commerçante avait été gravement blessée non pas la machette, mais au couteau vers 05h10 du matin Avenue Denfert-Rochereau à Besançon. Quelques minutes plus tôt, c’est un homme qui a échappé de peu à une agression similaire rue de Belfort…

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.51
partiellement nuageux
le 19/07 à 00h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
95 %