Meurtre du Sidhor : la victime tuée de 22 coups de ciseaux

Publié le 12/11/2021 - 08:04
Mis à jour le 12/11/2021 - 15:46

Un homme de 31 ans a été mis en examen jeudi pour assassinat après avoir reconnu avoir tué à l’arme blanche mardi par « hasard » un ingénieur en horlogerie dans son appartement, a-t-on appris auprès du parquet.

Archives - Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon. © Hélène Loget
Archives - Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon. © Hélène Loget

"Il ne connaissait absolument pas la victime, il ne l'avait jamais vue" et "les raisons du geste qu'il dit avoir commis restent très confuses", a expliqué, lors d'une conférence de presse, le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux. Le parquet a requis son placement en détention provisoire.

Lors de sa garde à vue, le suspect, connu pour être consommateur de cocaïne, "a fait une description froide et clinique des faits sans aucune émotion ni remord", a souligné le procureur.

La victime a reçu 22 coups portés avec une paire de ciseaux, notamment dans le dos, lui ayant perforé le coeur et le poumon.

Selon la version du suspect, les ciseaux appartenaient à la victime qui s'en était dans un premier temps saisi pour se défendre.

Mardi 9 novembre 2021 vers 11h30, la police avait découvert sur son palier le corps ensanglanté de cet homme de 30 ans connu pour avoir travaillé dans l'horlogerie en Suisse puis à Besançon. Ses voisins avaient donné l'alerte après avoir entendu des cris.

Le suspect, déjà condamné pour violences et trafic de stupéfiants, avait été interpellé quelques heures plus tard à proximité de l'immeuble de la victime, dans un hôtel où il résidait avec sa compagne, placée sous le statut de témoin assisté.

Crime d'opportunité "sans motif apparent"

"On se retrouve face à une personne qui a commis un crime d'opportunité, sans motif apparent et mettant en avant une personnalité presque divine : il nous a dit être la réincarnation de Jésus dans une première audition", a expliqué David Tognelli , commandant de la police judiciaire de Besançon. Le suspect a également reconnu avoir volontairement percuté une voiture de police municipale mardi avant le crime, blessant une agente.

Des expertises vont désormais être menées dans le cadre de l'enquête "pour déterminer son état psychique au moment des faits", a indiqué Etienne Manteaux.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Pédopornographie : des habitantes demandent à Macron la révocation de leur maire

Des habitantes d'un village de Côte-d'Or ont écrit à Emmanuel Macron, lui demandant de révoquer leur maire dont le refus de démissionner, malgré des poursuites pour consultation d'images pédopornographiques, est déjà contesté par une pétition, a-t-on appris vendredi 9 décembre 2022 auprès des auteures de la lettre.

Après Camaïeu, les magasins Go Sport pourraient également fermer...

Le parquet de Grenoble a convoqué la direction de Go Sport le 19 décembre pour en savoir plus sur la situation financière du distributeur spécialisé dans le sport, propriété du même actionnaire que Camaïeu, Hermione People and Brands (HPB), alors que les représentants de salariés s'inquiètent, a appris l'AFP lundi 5 décembre 2022. Trois magasins Go Sport sont installés en Franche-Comté dont un à Besançon, et deux en Bourgogne.

Covid-19 : le radiologue et sénateur de Côte-d’Or Alain Houpert fait appel de sa suspension après avoir

Le radiologue Alain Houpert, également sénateur LR de Côte-d'Or, a annoncé lundi 5 décembre 2022 faire appel de sa suspension par l'Ordre des médecins, pour "fautes déontologiques", après avoir notamment défendu un traitement à base de miel, de vitamine D et d'hydroxychloroquine contre le Covid-19.

Statue de Victor Hugo vandalisée : l’un des auteurs explique que " la couleur de peau n’était pas respectée "

Ce vendredi 25 novembre, le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux a convié la presse à la bibliothèque du palais de justice, suite aux dégradations commises ces derniers jours sur les statues de Victor Hugo et de "L’homme et l’enfant" pour évoquer l’interpellation de deux suspects.

Un ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon confesse des " gestes déplacés " envers une jeune femme

Aujourd’hui âgé de 81 ans et en retraite, Mgr Jean-Pierre Grallet, ancien archevêque de Strasbourg, ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon, a reconnu avoir eu des "gestes déplacés" envers une jeune femme majeure en 1985. Une enquête est ouverte par la justice pénale et la justice canonique.

Blanchiment lié à l’acquisition d’un château : l’accusé nie s’être fait passer pour mort

Une arrivée "rocambolesque" en France et une mémoire parfois sélective : le principal prévenu dans l'affaire de blanchiment liée à l'achat du château de la Rochepot, en Côte-d'Or, s'est expliqué durant la deuxième journée d'audience, tentant de se défausser sur ses co-prévenus et de brouiller les pistes, mardi 8 novembre à Nancy.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.62
légère pluie
le 09/12 à 21h00
Vent
1.17 m/s
Pression
1004 hPa
Humidité
94 %