Mort de Rémi Fraisse : 6 mois de prison pour une vitrine brisée à Dijon

Publié le 05/11/2014 - 08:44
Mis à jour le 05/11/2014 - 08:44

Un homme de 34 ans a été condamné mardi à six mois de prison ferme pour avoir brisé une vitrine lors d'une manifestation samedi à Dijon en mémoire de Rémi Fraisse, ce qu'il a nié. Samedi en fin de journée, environ 250 personnes avaient pris part à un rassemblement non déclaré dans le centre ville de Dijon, qui avait dégénéré.

tribunal_de_lons_le_saunier_copie_clg-001.jpg
Tribunal de lons-le-Saunier (39) ©LG
PUBLICITÉ

Outre des tags sur les murs de la ville, des vitrines avaient été brisées. Un homme, blessé à la cuisse en brisant une vitrine, avait été interpellé. Sans domicile fixe depuis une dizaine d’années et sans profession, l’homme a été jugé mardi en comparution immédiate pour « dégradations volontaires aggravées ». Affirmant avoir été « au mauvais endroit, au mauvais moment », le prévenu a déclaré que la vitrine avait « explosé » tandis qu’il marchait sur le trottoir. « Je me suis retrouvé coincé dedans (la manifestation, ndlr) », a-t-il assuré. « Est-ce que je peux briser des vitrines avec ça ?« , a lancé au tribunal l’homme, en tordant la semelle souple de sa chaussure.

Déjà condamné à une vingtaine de reprises, il encourait une peine maximale de sept ans d’emprisonnement. Estimant que le prévenu était un « casseur », le procureur Jean-Luc Chemin avait requis « deux ans minimum » de prison. Le tribunal a finalement condamné le trentenaire, qui souffre de troubles mentaux altérant son comportement, à six mois d’emprisonnement. L’avocat de la défense, Me Maxime Paget, qui a plaidé la relaxe, réfléchit à un éventuel appel. 

Lundi à Toulouse, deux hommes de 26 ans, accusés d’avoir jeté des pierres aux policiers lors d’une autre manifestation en hommage à Rémi Fraisse, ce
qu’ils ont nié également, ont été condamnés à des peines d’un à deux mois de prison ferme. Un troisième homme, âgé de 37 ans, arrêté en possession d’un pistolet d’alarme non chargé, s’est vu confisquer son arme.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.4
couvert
le 22/10 à 9h00
Vent
1.05 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
91 %

Sondage