Nuances politiques aux municipales : Castaner revoit sa copie

Publié le 06/02/2020 - 06:46
Mis à jour le 06/02/2020 - 07:46

Sanctionné par le Conseil d'État, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a revu mardi 4 février 2020sa circulaire sur l'attribution des étiquettes politiques aux candidats aux élections municipales, ce qui a été immédiatement salué par l'opposition.

illustration ©
illustration ©

"Victoire ! Après le camouflet infligé par le Conseil d'État sur la circulaire #Castaner, le gouvernement a été contraint de reculer sur le seuil de 9.000 habitants et la suppression du #nuançage divers centre", s'est félicité sur Twitter Christian Jacob, président de LR.

A six semaines du scrutin, Christophe Castaner a ainsi retenu le seuil de 3.500 habitants ou plus, au delà duquel les préfets attribueront une étiquette politique aux listes candidates aux municipales de mars prochain. Les chefs lieux d'arrondissement sont également concernés par ce nuançage (attribution d'une couleur politique).

La circulaire initiale envoyée en décembre aux préfets relevait le seuil de 1.000 à 9.000 habitants, ce qui avait provoqué un tollé de l'opposition, dénonçant un "tripatouillage électoral".

Six recours, émanant notamment de LR, du PS et de Debout la France, avaient été déposés contre le texte. Et vendredi, le Conseil d'État leur avait en grande partie donné raison.

Le juge des référés avait ainsi brocardé le seuil de 9.000 habitants retenu par le gouvernement, soulignant qu'une "telle limitation condui(sait), dans plus de 95 % des communes, à ne pas attribuer de nuance politique et exclu(ait) ainsi de la présentation nationale des résultats les suffrages exprimés par près de la moitié des électeurs".

Le Conseil avait par ailleurs estimé que les conditions d'attribution de la nuance "Liste divers Centre" instituait "une différence de traitement entre les partis politiques et méconnaissait dès lors le principe d'égalité".

Cette nuance devait regrouper les listes de la majorité présidentielle, mais aussi celles simplement soutenues par l'un des partis de la majorité. Pour les autres partis, seule l'investiture donnée à une liste valait couleur politique. Résultat, cette disposition était susceptible de gonfler la catégorie "divers centre" et les scores de LREM.

Sur ce point, la nouvelle circulaire prévoit explicitement qu'une liste n'ayant pas obtenu d'investiture mais soutenue par un parti se voit attribuer une couleur politique: "divers gauche" (liste soutenue par exemple par le PS), "divers droite" (liste soutenue par LR par exemple) ou "divers centre" (liste soutenue par LREM).

Nuance "union du centre"

La nouvelle circulaire crée en outre une nuance "union du centre", par analogie, souligne le ministère de l'Intérieur, "avec les nuances +union de la gauche+ et +union de la droite+". Elle sera "attribuée aux listes investies par plusieurs formations centristes, dont La République en marche".

Comme réclamé par le Conseil d'État, elle reclasse dans le bloc "droite" les listes Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan et non plus à l'extrême droite.

Pour le Conseil, le classement de ce parti à l'extrême droite "ne s'appuyait pas sur des indices objectifs" en ne prenant pas en compte "le programme de ce parti et l'absence d'accord électoral conclu avec le Rassemblement national".

"Comme je m'y étais engagé, la circulaire du 10 décembre 2019 a été modifiée sans délai pour tenir compte de l'ordonnance du Conseil d'État, sans renoncer à mettre en place un nuançage qui réponde aux attentes légitimes et maintes fois exprimées des élus locaux, et qui corresponde aux évolutions du paysage politique français", a déclaré M. Castaner qui a décidé de publier la nouvelle mouture de la circulaire.

Les nuances sont destinées à permettre une lecture des résultats électoraux en faisant apparaître les tendances politiques locales ou nationales.

Avec le temps, le seuil de population pour le nuançage a varié. Il s'appliquait en 2008 aux communes de plus de 3.500 habitants, puis en 2014 à celles de plus de 1.000.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Castex annonce de nouvelles mesures contre les violences faites aux femmes : les actions déclinées dans le Doubs

Le Premier ministre, Jean Castex, a arrêté jeudi 25 novembre de nouvelles mesures "afin de renforcer la protection des victimes et la lutte contre les violences" à l'occasion de la Journée pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, notamment l'ouverture de nouvelles places d'hébergement. Dans le Doubs, Jean-François Colombet, préfet du Doubs, a réuni en préfecture le groupe de travail départemental sur les violences faites aux femmes du conseil départemental de prévention de la délinquance, d’aide aux victimes, de lutte contre les drogues, les dérivés sectaires et les violences faites aux femmes.

E-santé en Bourgogne Franche-Comté : La Région veut accélérer ses investissements pour la télémédecine

Ce mercredi 24 novembre, une visite des installations de télémédecine du CHU de Dijon, dédiées à la prise en charge et au suivi des patients victimes d’AVC (accident vasculaire cérébral), a été organisée par la Région Bourgogne Franche-Comté, en partenariat avec l’Agence régionale de santé. Ce projet a été financé dans le cadre du Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR).

500 euros de plus par mois pour les sages-femmes hospitalières : « Le protocole d’accord ne nous satisfait pas » (ONSFF en Bourgogne-Franche-Comté)

Une hausse nette de 500 euros en 18 mois. Après les revalorisations du Ségur de la Santé, à l’été 2020, les sages-femmes vont bénéficier de nouvelles améliorations de leurs conditions salariales. En effet, le gouvernement a annoncé lundi 22 novembre la signature d’un protocole d’accord avec une majorité de syndicats hospitaliers sur les sages-femmes.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.16
chutes de neige
le 02/12 à 12h00
Vent
3.08 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
100 %

Sondage