Alerte Témoin

Nuances politiques aux municipales : Castaner revoit sa copie

Publié le 06/02/2020 - 06:46
Mis à jour le 06/02/2020 - 07:46

Sanctionné par le Conseil d'État, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a revu mardi 4 février 2020sa circulaire sur l'attribution des étiquettes politiques aux candidats aux élections municipales, ce qui a été immédiatement salué par l'opposition.

vote_primaire_republicains.jpg
illustration

"Victoire ! Après le camouflet infligé par le Conseil d'État sur la circulaire #Castaner, le gouvernement a été contraint de reculer sur le seuil de 9.000 habitants et la suppression du #nuançage divers centre", s'est félicité sur Twitter Christian Jacob, président de LR.

A six semaines du scrutin, Christophe Castaner a ainsi retenu le seuil de 3.500 habitants ou plus, au delà duquel les préfets attribueront une étiquette politique aux listes candidates aux municipales de mars prochain. Les chefs lieux d'arrondissement sont également concernés par ce nuançage (attribution d'une couleur politique).

La circulaire initiale envoyée en décembre aux préfets relevait le seuil de 1.000 à 9.000 habitants, ce qui avait provoqué un tollé de l'opposition, dénonçant un "tripatouillage électoral".

Six recours, émanant notamment de LR, du PS et de Debout la France, avaient été déposés contre le texte. Et vendredi, le Conseil d'État leur avait en grande partie donné raison.

Le juge des référés avait ainsi brocardé le seuil de 9.000 habitants retenu par le gouvernement, soulignant qu'une "telle limitation condui(sait), dans plus de 95 % des communes, à ne pas attribuer de nuance politique et exclu(ait) ainsi de la présentation nationale des résultats les suffrages exprimés par près de la moitié des électeurs".

Le Conseil avait par ailleurs estimé que les conditions d'attribution de la nuance "Liste divers Centre" instituait "une différence de traitement entre les partis politiques et méconnaissait dès lors le principe d'égalité".

Cette nuance devait regrouper les listes de la majorité présidentielle, mais aussi celles simplement soutenues par l'un des partis de la majorité. Pour les autres partis, seule l'investiture donnée à une liste valait couleur politique. Résultat, cette disposition était susceptible de gonfler la catégorie "divers centre" et les scores de LREM.

Sur ce point, la nouvelle circulaire prévoit explicitement qu'une liste n'ayant pas obtenu d'investiture mais soutenue par un parti se voit attribuer une couleur politique: "divers gauche" (liste soutenue par exemple par le PS), "divers droite" (liste soutenue par LR par exemple) ou "divers centre" (liste soutenue par LREM).

Nuance "union du centre"

La nouvelle circulaire crée en outre une nuance "union du centre", par analogie, souligne le ministère de l'Intérieur, "avec les nuances +union de la gauche+ et +union de la droite+". Elle sera "attribuée aux listes investies par plusieurs formations centristes, dont La République en marche".

Comme réclamé par le Conseil d'État, elle reclasse dans le bloc "droite" les listes Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan et non plus à l'extrême droite.

Pour le Conseil, le classement de ce parti à l'extrême droite "ne s'appuyait pas sur des indices objectifs" en ne prenant pas en compte "le programme de ce parti et l'absence d'accord électoral conclu avec le Rassemblement national".

"Comme je m'y étais engagé, la circulaire du 10 décembre 2019 a été modifiée sans délai pour tenir compte de l'ordonnance du Conseil d'État, sans renoncer à mettre en place un nuançage qui réponde aux attentes légitimes et maintes fois exprimées des élus locaux, et qui corresponde aux évolutions du paysage politique français", a déclaré M. Castaner qui a décidé de publier la nouvelle mouture de la circulaire.

Les nuances sont destinées à permettre une lecture des résultats électoraux en faisant apparaître les tendances politiques locales ou nationales.

Avec le temps, le seuil de population pour le nuançage a varié. Il s'appliquait en 2008 aux communes de plus de 3.500 habitants, puis en 2014 à celles de plus de 1.000.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Les maires écolo et la 5G : le pouvoir n’est peut-être pas là où on le croit…

Lors de la campagne pour le second tour de l'élection municipale, le sujet du déploiement de la 5G à Besançon avait été remis sur le tapis notamment par le candidat de la droite Ludovic Fagaut. À cette question, Anne Vignot la candidate EELV qui a été élue le 28 juin dernier a toujours précisé qu'elle n'est pas pour, tout comme de nombreux maires écologistes… Mais concrètement, que les maires soient pour ou contre, peuvent-ils décider du déploiement ou non de la 5G pour leur ville ?

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.

Anne Vignot : « Besançon est entrée dans les grandes villes qui ont pris l’option de la transition »

Entretien • Elue maire de Besançon, Anne Vignot revient sur sa victoire au second tour de l'élection municipale. Dans un style bien à elle, s'éloignant volontairement des clichés traditionnels des "hommes politiques", elle souhaite avancer rapidement et sûrement sur plusieurs dossiers : la gestion post-crise, la relance économique ou encore la rentrée scolaire. Rencontre. 

Groupe d’Eric Alauzet au conseil municipal :  » On essaiera d’être les plus objectifs possible, on ne sera pas dans l’opposition systématique »

Trois heures avant le premier conseil municipal d'installation de la nouvelle maire de Besançon Anne Vignot ce vendredi 3 juillet 2020, Eric Alauzet a tenu une conférence de presse pour présenter son groupe politique au conseil, mais aussi pour énoncer cinq sujets que la maire devra "empoigner" dès ces prochains mois.

Jacques Grosperrin écrit à Anne Vignot

Le sénateur LR et colistier en position non éligible sur la liste "Besançon Maintenant !" de Ludovic Fagaut a écrit une lettre ouverte à la future maire de Besançon avant l'installation du nouveau conseil municipal. L'ancien chef de l'opposition sous l'ère de Jean-Louis Fousseret revient sur l'abstention et demande à Anne Vignot pragmatisme et rassemblement dans l'intérêt général.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     24.38
    peu nuageux
    le 10/07 à 15h00
    Vent
    5.46 m/s
    Pression
    1015 hPa
    Humidité
    42 %

    Sondage