Parlement : plus que quelques mois et encore des réformes à voter

Publié le 10/06/2021 - 15:12
Mis à jour le 10/06/2021 - 15:12

Comme de coutume avant une présidentielle, les travaux parlementaires s’arrêteront entre fin février et mars 2022. De nombreux textes de loi sont encore loin d’une adoption définitive, sans compter d’éventuelles réformes de dernière minute. Voici les principales perspectives…

 © Assemblée nationale
© Assemblée nationale

Des projets sur de bons rails

Démarré à l'automne 2019 et retardé en raison de la crise sanitaire, le projet de loi de bioéthique et sa mesure phare d'ouverture de la PMA à toutes les femmes doit être voté de façon ultime à l'Assemblée le 29 juin.

Le projet de loi climat et résilience, en première lecture au Sénat à partir de lundi, doit être validé définitivement fin 2021. Son volet constitutionnel, pour inscrire le climat dans la Loi fondamentale via un référendum, est en moins bon chemin du fait d'un désaccord entre Assemblée et Sénat à majorité de droite.

Voulu comme un "marqueur" régalien du quinquennat Macron, le texte contre le "séparatisme" est en bonne voie, avec une nouvelle lecture à l'Assemblée programmée à partir du 28 juin.

Le projet de nouvelle loi antiterroriste et renseignement, en procédure accélérée comme quasiment tous les textes gouvernementaux, doit être approuvé définitivement d'ici fin juillet.

Le projet de loi pour la confiance dans la justice, porté par Eric Dupond-Moretti et centré sur le pénal, a été validé en première lecture par l'Assemblée et pourrait être au menu du Sénat en septembre. Emmanuel Macron vient cependant d'annoncer des Etats généraux de la justice à la rentrée, après plusieurs polémiques sur l'état de la justice alimentées par la droite et les syndicats de policiers.

Un projet de loi sur l'irresponsabilité pénale, après l'affaire Sarah Halimi, a en outre été annoncé.

Le projet de loi 4D sur la décentralisation, un des derniers chantiers législatifs, va lui démarrer au Sénat en juillet, et passera à l'Assemblée à la rentrée.

A l'automne, l'ordre du jour sera quasi monopolisé par la longue séquence budgétaire (projet de loi de finances pour 2022, projet de budget de la Sécu). Déjà cet été, le Parlement doit donner son feu vert à un budget rectificatif pour 2021, afin d'accompagner la sortie de crise sanitaire.

Des propositions de loi plus incertaines

Le temps législatif à disposition de la majorité est très réduit. Le groupe LREM entend faire adopter prioritairement d'ici la fin du mandat sa proposition de loi pour une "égalité économique et professionnelle réelle" entre femmes et hommes, votée une fois en mai, ainsi que celle destinée à mieux valoriser les sapeurs pompiers volontaires et expérimenter un numéro unique d'appels d'urgence qui vient de passer en première lecture.

Autre texte poussé par la majorité, celui contre la maltraitance animale a été voté une fois à l'Assemblée et doit passer désormais au Sénat.

Le gouvernement s'est aussi engagé à faire approuver d'ici la fin du quinquennat la proposition de loi de Monique Limon (LREM) qui doit faciliter l'adoption d'enfants.

Autre sujet qui tient à coeur dans les rangs LREM, la proposition de loi sur l'allongement du délai légal de l'IVG, qui avait été initiée par Albane Gaillot (non inscrite) devrait trouver sa traduction dans le prochain budget de la Sécu.

D'autres propositions de loi ont été votées une première fois et courent le risque de rester à quai, comme celle sur la gouvernance des fédérations sportives.

La proposition de loi de Grégory Besson-Moreau (LREM), dite Egalim 2, visant à "préserver" la rémunération des agriculteurs, entame elle tout juste son parcours parlementaire.

L'ombre des retraites

Emmanuel Macron a remis dans le débat la très sensible réforme des retraites, même s'il a dit qu'elle ne pourra "pas être reprise en l'état". Le projet de loi pour un "système universel" de retraites avait été stoppé net par la crise du Covid, après son adoption au forceps en première lecture à l'Assemblée, début mars 2020, en recourant au 49.3.

L'incertitude demeure sur une éventuelle réforme, et son articulation à un projet de loi sur la dépendance, dans un calendrier parlementaire très contraint.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Législatives 2024 : comment voter par procuration ?

Le 9 juin 2024, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée Nationale, appelant ainsi les Français à retourner aux urnes les 30 juin et 7 prochains. En vue de ces élections législatives, et en ce début de saison estivale, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer renouvelle le dispositif de procuration dématérialisée, mis en place pour la première fois pour les élections Européennes 2024. Précisions.

Eric Ciotti exclu des LR, Annie Genevard reprend la co-gouvernance

La secrétaire générale Les Républicains et députée du Doubs a tenu une courte conférence de presse aux côtés Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne Rhône-Alpes ce mercredi 12 juin 2024 après avoir convoqué un bureau politique exceptionnel suite à l’annonce d’ Eric Ciotti d’un accord avec le Rassemblement national en vue des élections législatives.

Législatives : les élus LR et de l’Union de la droite, du centre du Département du Doubs refusent ”clairement” le ralliement avec le RN

Dans un communiqué du mardi 11 juin 2024, le groupe majoritaire Les Républicains et apparentés du groupe Union de la droite, du centre et de la Société civile du conseil départemental du Doubs, dont la présidente Christine Bouquin, demandent une réunion du bureau de LR pour refuser ”clairement” la proposition d’Eric Ciotti.

Législatives : PS, PCF, EELV et LFI veulent “des candidatures uniques” dans “chaque circonscription” au premier tour

Le Parti socialiste, le Parti communiste, les Ecologistes et La France insoumise ont indiqué vouloir "soutenir des candidatures uniques dès le premier tour" des élections législatives, dans un communiqué également signé par Place publique, ou Générations. Pour rappel les élections législatives se dérouleront le 30 juin et 7 juillet 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.67
légère pluie
le 14/06 à 15h00
Vent
4.74 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
69 %