Pas de vin rouge après un don du sang: une amicale regrette

Publié le 13/01/2013 - 10:28
Mis à jour le 13/01/2013 - 10:28

 Une amicale de donneurs de sang de Saône-et-Loire, qui sert traditionnellement un repas arrosé de vin après chaque collecte, regrette la récente interdiction de servir des boissons alcoolisées après un don, craignant que certains aient moins envie de venir.

Depuis 31 ans qu'il est président de l'amicale du don du sang de Chagny, ville située non loin des célèbres vignes de Puligny-Montrachet, Jean-Paul Garnier tient à servir aux donneurs un "repas complet" accompagné de crus locaux.

Mais l'Etablissement français du sang (EFS) interdit depuis le 1er janvier de servir des boissons alcoolisées après une collecte, notamment en raison du risque aggravé de malaise et de chute. "Ce n'est pas normal qu'on ne donne pas une goutte d'alcool si on organise un repas", juge Jean-Paul Garnier. "Je crains que ça n'enlève toute convivialité. Je pense que certains ne viendront plus", ajoute-t-il, se disant prêt à braver l'interdiction: "On en donnera un verre et c'est tout".

"Je n'ai jamais entendu qu'il y ait une baisse de donneurs car les amicale ne servaient pas d'alcool", s'agace de son côté Pierre Mezara, président de l'Union régionale des Associations des donneurs de sang bénévoles. "On doit être exemplaire et en cohérence avec les politiques de santé, notamment la lutte contre l'alcoolisme", poursuit-il.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.43
couvert
le 02/03 à 3h00
Vent
4.3 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
75 %