Pass sanitaire : Bruno Le Maire souhaite de la "souplesse" pour les adolescents

Publié le 13/07/2021 - 11:18
Mis à jour le 13/07/2021 - 11:18

Les adolescents, encore rares à être vaccinés contre le Covid-19, méritent de la « souplesse » face à l’extension du pass sanitaire, qui deviendra obligatoire cet été dans de nombreux commerces et transports, a jugé ce mardi 13 juillet 2021 Bruno Le Maire, ministre de l’Economie.

 © FBK Bruno Le maire
© FBK Bruno Le maire

"Soyons souples et compréhensifs pour les adolescents", a demandé le ministre sur France Info, au lendemain de l'annonce de nouvelles restrictions sanitaires par Emmanuel Macron, le chef de l’Etat.

Le pass sanitaire, qui témoigne qu'une personne n'est a priori pas atteinte du Covid-19, va notamment devenir obligatoire fin juillet pour entrer dans les lieux de culture de plus de 50 personnes, comme nombre de cinémas.

Surtout, la mesure sera étendue début août à de très nombreux cas: restaurants, centres commerciaux, longs trajets en train ou en car...

Le pass sera demandé dès l'âge de 12 ans. Or, les 12-18 ans sont encore peu nombreux à être vaccinés, car ils n'y ont droit que depuis fin juin et doivent recevoir des vaccins en deux doses, seul celui de Pfizer/BioNTech ayant été autorisé pour eux jusqu'ici. Cela porte à près d'un mois et demi le délai minimal entre première dose et vaccination effective.

"Je plaide pour que les enfants de 12, 13, 14 ans, qui désormais sont inclus dans le pass sanitaire, on fasse preuve de souplesse dans la mise en oeuvre, de compréhension", a déclaré M. Le Maire.

Il a toutefois rappelé que l'on peut obtenir un pass sanitaire sans être vacciné. Il faut, pour cela, disposer d'un test PCR négatif, ou d'une attestation prouvant que l'on a déjà été atteint du Covid-19 par le passé et que l'on est donc immunisé.

A partir de l'automne, les tests PCR ne seront néanmoins plus systématiquement gratuits, comme c'est actuellement le cas.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

La ville de Dijon accueillera le Téléthon 2022

François Rebsamen, maire de Dijon, président de Dijon métropole, représenté par Nathalie Koenders, première adjointe au maire de Dijon, en présence de Stéphanie VacherotT, conseillère municipale déléguée en charge du handicap et de l’inclusion, et Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’association AMF-Téléthon, a lancé lundi 14 novembre 2022 la mobilisation dijonnaise pour l’édition 2022 du Téléthon.

Doubs : deux " vendredis de la santé ", pilotés par l’ARS, se tiendront à Besançon et Pontarlier

Médecin traitant, continuité des soins, attractivité des métiers de la santé, prévention : autant de mots-clés évoquant les grands enjeux de la santé aujourd’hui pour les Français. Des défis qui sont aussi les points de départ d'une réflexion voulue par le président de la République dans le cadre du Conseil national de la refondation en santé. Ce CNR Santé ouvre une vaste concertation au plus près du terrain dans toutes les régions. En Bourgogne-Franche-Comté, elle se tient à partir du 18 novembre et jusqu’au 9 décembre.

Crise " sans précédent " au CHU de Besançon : le Collectif de défense de la santé du Doubs tire la sonnette d’alarme

Dans un communiqué du 13 novembre 2022, le CoDéS 25, Collectif de défense de la santé du Doubs, alerte la population et les pouvoirs publics sur "l’état de crise sans précédent" que subit le CHU de Besançon. Il affirme par la même occasion rejoindre l’appel lancé par Laurent Thinès, neurochirurgien et chef de service en Neurochirurgie et chirurgie de la douleur et du rachis au CHU de Besançon, membre des collectifs inter-hôpitaux, à "un sursaut citoyen pour ne pas accepter l’agonie du système de santé en France".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.86
légère pluie
le 28/11 à 6h00
Vent
1.4 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
95 %