Vaccination : plus de 85 % des plus de 12 ans vaccinés en Franche-Comté

Publié le 17/09/2021 - 17:55
Mis à jour le 20/09/2021 - 10:57

La Bourgogne-Franche-Comté a passé la barre des plus de 2 millions d’habitants vaccinés dans un contexte de recul progressif de l’épidémie. Dans le même temps, les autorités sanitaires appellent les personnes à risque de forme grave de Covid-19 à une troisième dose de rappel.

 © Hélène Loget
© Hélène Loget

Avec une incidence en population générale en baisse continue (59 cas pour 100 000 habitants), la Bourgogne-Franche-Comté s’inscrit dans la tendance nationale de repli de l’épidémie.La Nièvre et la Sâone-et-Loire sont passées en dessous du seuil d'alerte fixé à 50 cas pour 100.000 habitants.

La charge hospitalière s'allège également avec 156 personnes admises pour des formes graves, dont 32 en soins critiques à l'échelle régionale. Le plateau de 180 -190 patients hospitalisés dans la région depuis fin août décroît.

14% des personnes vaccinables de la région (12 ans et plus) n’ont pas reçu leur première dose de vaccin. L'agence régionale de santé invite à nouveau les plus jeunes à se faire vacciner.

Par ailleurs, la campagne de vaccination devrait également s'accélère dans les collèges et  lycées. En Franche-Comté, 750 adolescents ont été pris en charge dans le cadre du parcours vaccinal proposé depuis la rentrée dans 54 établissements.

La totalité des 210 collèges et lycées de l'académie de Besançon devrait proposer la vaccination à tous les élèves d'ici les 15 jours à venir.

Couverture vaccinale ( 1 dose)

12-17 ans

73 %

12 ans et plus

86 %

18 ans et plus

87 %

18-49 ans

82 %

50-64 ans

89 %

65-74 ans

95 %

75 ans et plus

92 %

Qui est concerné par la dose de rappel ?

À l’approche de l’automne, les personnes les plus fragiles sont d’ores et déjà invitées à bénéficier d’une dose de rappel.

Sont concernés :

  • les résidents d’EHPAD et unités de soins de longue durée (USLD)
  • les personnes de plus de 65 ans,
  • les personnes à très haut risque de forme grave,
  • les personnes présentant des pathologies facteurs de risque de forme grave,
  • les personnes sévèrement immunodéprimées,

Un délai d’au moins 6 mois est recommandé par les autorités scientifiques entre la primo-vaccination complète et l’administration de la dose de rappel.

Concrètement, si ces personnes ont été vaccinées selon un schéma à deux doses, la dose de rappel interviendra à partir de 6 mois après la deuxième dose.

Pour les patients immunodéprimés dont le schéma vaccinal comportait 3 injections, la dose de rappel peut être réalisée dans un délai inférieur à 6 mois (mais d’au moins 3 mois), si l’équipe médicale estime que la quatrième dose permettrait d’améliorer la réponse immunitaire.

Les personnes ayant reçu le vaccin Janssen sont également concernées par la campagne de rappel, la Haute Autorité de Santé (HAS) recommandant alors un délai minimum de 4 semaines entre la première injection et ce rappel.

La campagne est organisée directement au sein des quelque 400 EHPAD de Bourgogne-Franche-Comté.

Les autres populations éligibles sont invitées à prendre rendez-vous dès à présent dans un centre de vaccination ou auprès de leur professionnel de santé de proximité (médecin, pharmacien, infirmier, sage- femme).

Les chiffres de santé publique France en Bourgogne Franche-Comté

Département

Incidence

Évolution  nbre de cas (sur 7 j.)

Taux de positivité

Hospitalisations

(réanimation)

Tension

hospitalière

Doubs

76 -21,65 % 1,7 % 22 (6) 15 %
Jura  53 -37,65 % 1,4 % 7 (1) 13 %

Haute-Saône

61 -10,29% 1,5  % 12 (2) 17 %

T. de Belfort

123 -15,75 % 2,3 % 28 (7) 28 %

Côte d'Or

57 -22,97 % 1,5 % 41 (15) 26 %

Saône-et-loire

39 -45,07 % 1,5 % 28 (3) 12 %

Nièvre

31 -26,19 % 1,2 % 6 (2) 17 %

Yonne

63 -14,86 % 1,6 % 20 (2) 11 %

Bourgogne-Franche-Comté

59 1,4 % 164 (38) 19 %

Covid-19 : les chiffres en Bourgogne Franche-Comté

Covid-19 Bourgogne-Franche-Comté statistiques

Taux d'incidence par département

Taux de positivité par région

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Santé

Une nouvelle communauté professionnelle territoriale de santé pour le Nord-Franche-Comté

Les professionnels du territoire, la direction territoriale de l’agence régionale de santé (ARS), la caisse primaire d’Assurance maladie du Doubs et la Mutualité sociale agricole de Franche-Comté ont signé officiellement ce mardi 28 mai 2024 le projet de la communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) Avenir Santé. Le Nord-Franche-Comté est "désormais intégralement couvert par ces nouveaux modèles d’organisation des soins" précise l’ARS dans son communiqué.

“Le Tube à Essais” : qu’y a-t-il derrière ce nouveau projet du Hacking Health Besançon ?

En septembre 2024, Hacking Health Besançon lancera sa société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), baptisée "Le Tube à Essais". C’est dans le bâtiment Bioinnovation de Temis Santé que ce projet prendra vie, déjà soutenu par de nombreux partenaires, du domaine public comme la Région Bourgogne – Franche-Comté ou du privé.

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.85
légère pluie
le 29/05 à 12h00
Vent
3.98 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
89 %