Polémique sur le voile : l'assemblée régionale "profondément marquée" selon Marie-Guite Dufay

Publié le 15/11/2019 - 13:30
Mis à jour le 15/11/2019 - 12:26

Le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, qui se réunissait ce vendredi 15 novembre 2019 en assemblée plénière un mois après la polémique déclenchée par un élu RN au sujet d'une femme voilée dans le public, reste "profondément marqué", a estimé sa présidente (PS) Marie-Guite Dufay.

© CCIF ©
© CCIF ©

"Nous sommes beaucoup ici à rester profondément marqués par l'agressivité et la volonté de stigmatiser qui a caractérisé ce moment", a lancé Mme Dufay en ouverture de la première session plénière de l'assemblée régionale depuis cet événement.

Rappel des faits

Julien Odoul, par ailleurs membre du bureau national du RN, avait demandé en séance plénière, le 11 octobre, à ce qu'une femme dans le public, accompagnant un groupe d'enfants, retire son voile.

Filmée et diffusée sur internet par M. Odoul, cette scène avait provoqué une polémique nationale sur le sujet.

"Rien n'interdisait (...) de porter son voile"

"En tant que présidente de cette assemblée, j'ai clairement assumé la responsabilité qui m'incombe. De faire respecter la loi, toute la loi, rien
que la loi, ainsi que notre règlement intérieur", a martelé Mme Dufay, rappelant que rien n'interdisait à cette accompagnatrice de porter son voile.

"C'est au législateur de trancher ces questions, dans le cadre d'un débat ouvert, maîtrisé et apaisé", a-t-elle estimé, excluant de modifier le règlement de l'assemblée régionale.

Julien Odoul : "le voile n'est pas souhaitable"

"Le voile n'est pas souhaitable dans notre société et le voile n'était pas souhaitable lors de cette séance du Conseil régional", a rétorqué vendredi
Julien Odoul. "C'est la loi, en effet, mais au-delà de la loi, il y a l'esprit de la loi (et) l'esprit de la France."

Selon l'élu RN, une partie des Français a été "choquée" qu'une représentante de la République "se soit laissée dicter sa conduite par une
provocation, parce que c'était une provocation", a-t-il insisté.

"Vous nous dites que cette personne était une maman, qu'elle a été humiliée, agressée", mais ce sont "la République et la laïcité (qui) ont été agressées dans cet hémicycle" (Julien Odoul)

Mme Dufay a rappelé vendredi avoir fait un signalement au procureur de la République de Dijon. La femme voilée prise à partie avait de son côté porté plainte quelques jours après les faits, dénonçant notamment des "violences aggravées" auprès du parquet de Dijon.

M. Odoul avait de son côté annoncé, une semaine après les faits, une plainte contre un internaute qui avait appelé sur Twitter à "lui rendre visite
à sa permanence".

(AFP)

1 Commentaire

Je suis profondément choqué par le laxisme de l'Assemblée et de sa présidente sur l'absence de réaction face à l'exhibition religieuse manifestée et je déplore hélas que le seul républicain de l'Assemblée soit un membre du MN
Publié le 16 novembre 2019 à 09h05 par gaucher • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Religion

Confinement et absence de quêtes : une perte de plusieurs milliers d’euros pour le Diocèse de Besançon

Fermées lors du premier confinement et une grande partie du second, les églises ont subi de lourdes pertes financières suite à l'absence de quêtes. En France, on estime à plus de 60 millions d'euros de préjudice cette année. Le Diocèse de Besançon, malgré plusieurs généreux donateurs, a lui aussi été impacté à hauteur de plusieurs milliers d'euros, explique Monseigneur Jean-Luc Bouilleret ce mardi 22 décembre.

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Messes suspendues : l’épiscopat espère pouvoir « trouver un protocole satisfaisant »

Le président de la Conférence des évêques de France, a exprimé dimanche sa déception de voir les messes suspendues en raison du reconfinement, mais espéré pouvoir trouver "un protocole satisfaisant" avec les pouvoirs publics pour pouvoir les célébrer à nouveau. En attendant, l’archevêque de Besançon, Mgr Jean-Luc Bouilleret, a célébré dimanche 8 novembre une messe retransmise en direct de la cathédrale St-Jean.

Besançon : les responsables des mosquées déposeront une gerbe aux pieds de cathédrale Saint-Jean en signe de paix

Ce dimanche 1er novembre 2020, les responsables des mosquées de Besançon déposeront une gerbe devant la cathédrale Saint-Jean de Besançon vers 19h00 juste après la messe de 18h15, dirigée par Mgr Jean-Luc Bouilleret, l'Archevêque de Besançon. Ils seront accompagnés par un certain nombre de fidèles pour ce geste symbolique...
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.27
légères chutes de neige
le 25/01 à 12h00
Vent
4.91 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
97 %

Sondage