Polémique sur les propos de A. Chassagne : le PCF du Doubs s'insurge du comportement de L. Fagaut

Publié le 15/10/2020 - 15:06
Mis à jour le 15/10/2020 - 11:59

Déclenchée lors de la conférence de presse du 9 octobre dernier, la polémique sur les propos tenus par Aline Chassagne, adjointe à la culture à Besançon n'en finit toujours pas. Après avoir répondu à ses détracteurs (le partir LR en autre) lors du conseil municipal, c'est au tour du PCF du Doubs de s'insurger de l'invective du chef de file de l'opposition L. Fagaut...

"Une telle manipulation des propos de Madame Chassagne, à des fins politiciennes minables, témoigne en outre d'un manque de respect – ou d'une ignorance?- pour l'histoire ouvrière de notre ville, choquant de la part de qui voulait en devenir le maire", peut-on lire dans le communiqué de presse du PCF du Doubs ce 14 octobre 2020.

Pour rappel, Ludovic Fagaut, chef de file de l'opposition, avait interpellé l'adjointe : "Le message envoyé terrible pour les acteurs de la vie économique à Besançon et dans notre communauté urbaine (...) Nous restons stupéfaits et inquiets devant un tel anticapitalisme primaire (...) Mme Chassagne n'est pas censée ignorer qu'en 2020 ce sont les chefs d'entreprises, les artisans, les commerçants qui sont les acteurs majeurs de la vie économique de notre territoire", s'insurgeait-il  tout en appelant les membres de la majorité municipale à se désolidariser des propos tenus par l'élue.

Il était bientôt rejoint par le Modem du Doubs. Les organisations consulaires, patronales et professionnelles avaient également souhaité exprimer leur colère dans un communiqué commun (CCI du Doubs, Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Bourgogne Franche-Comté, le MEDEF Territoire Franc-Comtois, l'Union des entreprises de proximité, l'UIMM du Doubs, la Federation du BTP du Doubs et enfin, la CPME 25).

"Allons au fond du sujet", PCF du Doubs

Pour le PCF (dont fait parti l'adjointe en question), Ludovic Fagaut oublie une catégorie de personnes qu'il n'a pas citées comme "acteur majeur" : "Mais allons au fond du sujet: la question des entreprises. Monsieur Fagaut estime -"qu'en 2020 ce sont les chefs d'entreprises, les artisans, les commerçants qui sont les acteurs majeurs de la vie économique de notre territoire"- . Les salariés, «héros du quotidien» pendant le confinement, apprécieront leur disparition de la catégorie "acteurs majeurs de la vie économique", souligne le PCF qui conclut en taclant le chef de file de l'opposition : "rappelons qu'il y a quelques mois, Aline Chassagne se portait volontaire pour assurer les soins en unité COVID à Jean-Minjoz. Que faisiez-vous pendant ce temps, Monsieur Fagaut ? Que faisiez-vous, vous qui avez soutenu la fermeture de lits d’hôpitaux actée sous Sarkozy et programmées par François Fillon, dont vous êtes un soutien ?".

À suivre...

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Etat d’urgence sanitaire et couvre-feu dans le Jura : ce qui est autorisé et ce qui est interdit

Lors du conseil de défense et de sécurité nationale du 21 octobre 2020, le président de la République a décidé le passage en état d’urgence renforcé de 38 départements, dont les taux d’incidence du covid-19 sont supérieurs à 150 pour 100 000 habitants. Le Jura figure parmi ces départements, comme le ministre de la santé en a fait l’annonce le lendemain.

Sondage – Pensez-vous qu’un couvre-feu dans le département du Doubs soit nécessaire pour limiter la propagation de la Covid-19 ?

De plus en plus de villes françaises doivent respecter un couvre-feu chaque soir de 21 heures à 6 heures pour limiter la propagation du virus et ainsi ne pas submerger les hôpitaux. Le département du Doubs pourrait subir cette mesure à partir de ce week-end : pensez-vous qu'il serait nécessaire pour limiter la transmission du virus ? C'est le sondage de la semaine...

Hacking Health 2020 à Besançon : 13 défis, 13 solutions

Malgré le contexte, et grâce au respect d’un protocole sanitaire exigeant, la 4e édition du Hacking Health de Besançon a réuni le week-end dernier un peu plus de 200 participants à l’UFR Santé. Les 13 équipes, rassemblées autour de leurs porteurs de défis, sont toutes parvenues à des solutions. Elles ont su tirer le meilleur des ressources mises à leur disposition : profusion de matière grise, variété des compétences chez les participants comme les coaches, imprimantes 3D et capteurs électroniques du fablab... 

Covid-19 : quelles nouvelles mesures dans le Doubs à partir de ce samedi 24 octobre ?

Au vu de la dégradation du contexte sanitaire et comme suite à la promulgation d’un nouveau décret du Premier ministre, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a pris ce samedi 24 octobre 2020 un nouvel arrêté fixant des mesures complémentaires à celles déjà en vigueur dans le département afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Mois sans tabac 2020 en Bourgogne Franche-Comté : pas de stand de sensibilisation, mais une campagne virtuelle

Cette année, le contexte de l'épidémie de Covid-19 ne permet pas à l'association Tab'agir d'installer des stands de sensibilisation au tabac dans le cadre de Mois dans tabac. En revanche, l'opération pourra se dérouler sur internet durant le mois de novembre 2020 en Bourgogne Franche-Comté.

Fraude à la carte bancaire et crise sanitaire : les consommateurs font toujours plus les frais de fraudes

Alors que les paiements par carte bancaire "sans contact" et par internet se sont imposés avec la crise sanitaire comme des mesures barrières pour freiner la progression de la Covid-19, l’UFC-Que Choisir rend publique une enquête exclusive qui montre que 30 % des fraudes ne sont pas remboursées par les banques. En conséquence, et devant le risque accru d’escroqueries, l’association saisit les pouvoirs publics pour obtenir enfin le plein respect des droits des consommateurs, apprend-on dans un communiqué du 22 octobre 2020.

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.33
couvert
le 27/10 à 15h00
Vent
3.59 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
43 %

Sondage