Présidentielle : Montebourg se démarque de Mélenchon, trop "sectaire"

Publié le 10/10/2021 - 19:23
Mis à jour le 10/10/2021 - 19:05

Le candidat ex-PS à la présidentielle Arnaud Montebourg entend oeuvrer à la recomposition de la gauche et construire un "rassemblement" allant potentiellement "des gaullistes aux communistes", en se démarquant aussi bien de Jean-Luc Mélenchon, jugé "trop sectaire", que de l'extrême droite.

Arnaud Montebourg à Besançon en 2016. © Alexane Alfaro
Arnaud Montebourg à Besançon en 2016. © Alexane Alfaro

"Il faut que nous construisions une sorte de Conseil national de la résistance nouvelle formule, au regard des risques qui pèsent sur notre nation, allant des gaullistes aux communistes. Il se construira dans la campagne", a plaidé dimanche à Europe 1-Cnews-Les Echos M. Montebourg, qui appelle à "s'ouvrir" et ne pas rester "sectaire".

L'ancien ministre du Redressement productif sous François Hollande, qui s'est lancé hors parti, veut "proposer une vision du pays qui est nouvelle, qui n'a jamais été vraiment défendue à gauche, sauf à un certain moment par Jean-Pierre Chevènement", ancien ministre à la fois républicain, social et souverainiste.

"Les enjeux écologiques, climatiques et de souveraineté qui sont devant nous, nous obligent à restructurer la vision que la gauche a toujours eue", insiste M. Montebourg.

"La proposition que je formule est une proposition rassembleuse"

Le leader de LFI Jean-Luc Mélenchon "ne peut pas gagner, c'est une des raisons pour lesquelles je suis candidat", soutient celui qui est crédité de 2 à 4% des intentions de vote dans les derniers sondages.

"La proposition que je formule est une proposition rassembleuse. La sienne est malheureusement excessivement radicale et sectaire", épingle-t-il. "Nous pouvons avoir une solution, une stratégie républicaine pour remonter le pays", assure le promoteur de la "remontada" et chantre de la réindustralisation.

"On n'a pas besoin de l'extrême droite pour traiter les problèmes de notre pays", a-t-il ajouté, étrillant au passage Eric Zemmour, candidat putatif, un "télévangéliste dont le seul programme est: +les arabes à la mer+".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Lancement de la stratégie économique régionale 2022-2028 en Bourgogne Franche-Comté

Vendredi 3 décembre 2021, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région, et Nicolas Soret, vice-président au développement économique, ont lancé les travaux du futur SRDEII (Schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation) de La Commanderie à Dole.

Castex annonce de nouvelles mesures contre les violences faites aux femmes : les actions déclinées dans le Doubs

Le Premier ministre, Jean Castex, a arrêté jeudi 25 novembre de nouvelles mesures "afin de renforcer la protection des victimes et la lutte contre les violences" à l'occasion de la Journée pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, notamment l'ouverture de nouvelles places d'hébergement. Dans le Doubs, Jean-François Colombet, préfet du Doubs, a réuni en préfecture le groupe de travail départemental sur les violences faites aux femmes du conseil départemental de prévention de la délinquance, d’aide aux victimes, de lutte contre les drogues, les dérivés sectaires et les violences faites aux femmes.

E-santé en Bourgogne Franche-Comté : La Région veut accélérer ses investissements pour la télémédecine

Ce mercredi 24 novembre, une visite des installations de télémédecine du CHU de Dijon, dédiées à la prise en charge et au suivi des patients victimes d’AVC (accident vasculaire cérébral), a été organisée par la Région Bourgogne Franche-Comté, en partenariat avec l’Agence régionale de santé. Ce projet a été financé dans le cadre du Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR).
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.22
légère pluie
le 05/12 à 9h00
Vent
3.6 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
100 %

Sondage