Protection des sources des journalistes, une promesse de François Hollande oubliée

Publié le 19/07/2016 - 16:18
Mis à jour le 19/07/2016 - 16:26

L'Assemblée nationale a adopté ce lundi 18 juillet 2016 un amendement de dernière minute du gouvernement qui devrait porter atteinte au secret et à la protection des sources des journalistes. 

1-fullsizerender_1.jpg
©Alexane Alfaro

Avant cet amendement, les journalistes n'étaient pas obligés de donner l'identité réelle de leurs sources d'information à la justice. Après cet amendement, s'il est voté par le Sénat, ils seront obligés de la donner. En cas de refus d'obtempérer, un journaliste encourra 7 ans de prison minimum. 

Plus concrètement, un journaliste qui publie une information classée "secret-défense" pourra craindre pour la sécurité de sa source, ce qui en dissuadera certains de publier ce genre d'information, et donc de manière plus générale, permettra de museler la presse.

L'amendement a été adopté par la gauche mais rejetée par la droite. Il passera par le Sénat en septembre prochain. 

Pour rappel, lors de sa campagne pour l'élection présidentielle en 2012, François Hollande avait déclaré : "Je renforcerai la loi sur la protection ses sources".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Disparition d’Estelle Mouzin : Monique Olivier confirme l’implication de Fourniret

Michel Fourniret et son ex-épouse Monique Olivier sont arrivés, jeudi 15 octobre 2020 au soir, pour une reconstitution, à Guermantes, commune de Seine-et-Marne, sur les lieux où le tueur en série est accusé d'avoir kidnappé en 2003 Estelle Mouzin, alors âgée de 9 ans, avant de la séquestrer puis de la tuer. L'avocat du père d'Estelle Mouzin a révélé, à l'issue de cette reconstitution de six heures, que Monique Oliver, ex-épouse de Michel Fourniret, a confirmé « l'implication » du tueur en série dans la disparition de sa fille.

Besançon : prison requise contre un prof de théâtre poursuivi pour agressions sexuelles

Quatre ans de prison, dont deux avec sursis, ont été requis ce mercredi 8 octobre 2020 devant le tribunal correctionnel de Besançon à l'encontre d'un professeur de théâtre renommé, poursuivi pour agressions, harcèlement et chantage sexuel sur dix anciens étudiantes et étudiant qu'il faisait répéter nus.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.34
nuageux
le 20/10 à 9h00
Vent
0.23 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
66 %

Sondage