Protoxyde d’azote à Besançon : près de 1.500 cartouches retrouvées sur la voie publique en 7 mois 

Publié le 29/07/2022 - 13:59
Mis à jour le 19/08/2022 - 12:03

Le protoxyde d’azote, mieux connu sous les noms de « gaz hilarant », « proto » ou « ballon », est de plus en plus consommé par les jeunes affirme la Ville de Besançon. Entre janvier et juillet 2022, 1.460 cartouches ont été collectées par les services de nettoyage.

Cartouche de protoxyde d'azote pour chantilly © Cookinglife
Cartouche de protoxyde d'azote pour chantilly © Cookinglife

La Ville de Besançon justifie cette affirmation par l’augmentation du nombre de cartouches retrouvées sur la voie publique : 1.460 ont été collectées de janvier à juillet 2022 (dont 980 traitées pour un coût de 22 000 €), contre 500 en 2021 (pour un coût de recyclage de 17 220 €). 

"Trop nombreux sont les consommateurs qui ne mesurent pas la dangerosité du protoxyde d’azote. Les effets (hilarité, sensation d’ébriété, distorsions auditives ou visuelles), apparaissent et disparaissent très rapidement, banalisant ainsi son usage", alerte la Ville. 

Asphyxies, pertes de connaissance, brûlures par le froid, vertiges...

Elle rapporte de l’ARS qu’"il peut cependant porter une atteinte grave à la santé, notamment des asphyxies, des pertes de connaissance, des brûlures par le froid et des vertiges. En cas de consommations répétées ou à de fortes doses, il peut conduire à de sévères troubles neurologiques, hématologiques, psychiatriques ou cardiaques". L’Agence Régionale de Santé précise également qu’il induit un risque avéré d’abus et de dépendance, encore largement méconnu et sous-estimé. 

Pour toutes ces raisons, la maire de Besançon Anne Vignot, avait en 2021 par arrêté, interdit sa consommation sur la voie publique ainsi que sa détention par les mineurs. "Le constat d’une consommation sans cesse croissante et la récente actualité mettent en avant l’importance d’informer sur cette problématique", conclut la Ville. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Cernés par le sucre ? Valentine Caput fait le point sur la présence du sucre dans les produits

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.22
légère pluie
le 23/04 à 15h00
Vent
4.85 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
49 %