Protoxyde d’azote à Besançon : près de 1.500 cartouches retrouvées sur la voie publique en 7 mois 

Publié le 29/07/2022 - 13:59
Mis à jour le 19/08/2022 - 12:03

Le protoxyde d’azote, mieux connu sous les noms de « gaz hilarant », « proto » ou « ballon », est de plus en plus consommé par les jeunes affirme la Ville de Besançon. Entre janvier et juillet 2022, 1.460 cartouches ont été collectées par les services de nettoyage.

Cartouche de protoxyde d'azote pour chantilly © Cookinglife
Cartouche de protoxyde d'azote pour chantilly © Cookinglife

La Ville de Besançon justifie cette affirmation par l’augmentation du nombre de cartouches retrouvées sur la voie publique : 1.460 ont été collectées de janvier à juillet 2022 (dont 980 traitées pour un coût de 22 000 €), contre 500 en 2021 (pour un coût de recyclage de 17 220 €). 

"Trop nombreux sont les consommateurs qui ne mesurent pas la dangerosité du protoxyde d’azote. Les effets (hilarité, sensation d’ébriété, distorsions auditives ou visuelles), apparaissent et disparaissent très rapidement, banalisant ainsi son usage", alerte la Ville. 

Asphyxies, pertes de connaissance, brûlures par le froid, vertiges...

Elle rapporte de l’ARS qu’"il peut cependant porter une atteinte grave à la santé, notamment des asphyxies, des pertes de connaissance, des brûlures par le froid et des vertiges. En cas de consommations répétées ou à de fortes doses, il peut conduire à de sévères troubles neurologiques, hématologiques, psychiatriques ou cardiaques". L’Agence Régionale de Santé précise également qu’il induit un risque avéré d’abus et de dépendance, encore largement méconnu et sous-estimé. 

Pour toutes ces raisons, la maire de Besançon Anne Vignot, avait en 2021 par arrêté, interdit sa consommation sur la voie publique ainsi que sa détention par les mineurs. "Le constat d’une consommation sans cesse croissante et la récente actualité mettent en avant l’importance d’informer sur cette problématique", conclut la Ville. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

L’efficacité de certains antidépresseurs remise en cause par une étude

Une étude scientifique qui ne manque pas de faire parler. L'intérêt des antidépresseurs serait remis en cause, car la dépression n'est pas liée à un déséquilibre chimique. La thèse, récemment soutenue par une psychiatre britannique, est largement contestée, mais cette polémique a l'intérêt d'illustrer les difficultés rencontrées pour comprendre cette maladie.

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Canicule : les déchetteries du Sybert adaptent leurs horaires d’ouverture

Les épisodes de fortes chaleurs se multiplient. Pour le confort des usagers et la sécurité de son personnel, le Sybert informe qu'il adaptera les horaires d’ouverture des déchetteries en fonction des alertes Météo France liées aux épisodes caniculaires. Ce sera la cas ce mercredi 3 et jeudi 4 août 2022. 

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.07
légère pluie
le 19/08 à 12h00
Vent
2.66 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
78 %

Sondage