Quatre anciens collistiers FN jugés pour abus de faiblesse à Montbéliard

Publié le 31/03/2015 - 12:40
Mis à jour le 31/03/2015 - 12:40

Quatre anciens colistiers FN aux municipales à Montbéliard en 2014, suspectés d’avoir abusé de deux personnes vulnérables pour obtenir leur candidature sur la liste frontiste, seront jugés jeudi pour « abus de faiblesse » à Montbéliard (Doubs).

En cours d’instruction

Les prévenus, quatre anciens colistiers de Sophie Montel, candidate FN à la mairie de Montbéliard en 2014 et candidate à la législative partielle du Doubs en février dernier, comparaîtront dans deux affaires distinctes devant le tribunal correctionnel.

Dans la première affaire, Roland Hamitou et Martine Véjux, qui étaient en 2e et 9e position sur la liste de Mme Montel, sont soupçonnés d'avoir abusé de l'état de faiblesse d'une dame de 67 ans afin d'obtenir sa candidature, a indiqué à l'AFP la procureure de Montbéliard, Thérèse Brunisso.

Sur la liste FN sans l'avoir voulu

La sexagénaire a déposé plainte auprès du parquet de Montbéliard le 22 mars 2015, la veille de l'élection, après avoir découvert son nom sur la liste FN, a précisé la magistrate. La plaignante affirme qu'elle ignorait avoir signé un acte de candidature, pensant avoir signé une pétition pour permettre à une personne de présenter sa candidature en France malgré l'absence des soutiens nécessaires. Elle a reconnu qu'elle n'avait pas lu le document signé.

La seconde affaire concerne Robert Sennerich, l'époux de Mme Montel, et Catherine Piotrowski, qui étaient respectivement 12e et 19e sur la liste FN aux municipales. Ils sont poursuivis pour avoir obtenu la candidature d'une dame de 90 ans. Une expertise psychiatrique a montré la faiblesse psychologique de la nonagénaire et son état de santé n'a pas permis aux enquêteurs de procéder à son audition, a relevé Mme Brunisso. Cette situation avait été signalée à la justice par trois candidats UMP.

Lors de l'ouverture d'une enquête préliminaire en mars 2014, Sophie Montel a affirmé n'avoir "aucun intérêt" à faire inscrire des gens qui ne le souhaitaient pas sur sa liste, alors qu'il lui restait des candidats potentiels pour la constituer. La candidate frontiste avait dénoncé des "pressions" exercées sur ses colistiers, et déposé plainte contre l'UMP pour "dénonciations calomnieuses" et "manipulations frauduleuses ayant pour objet d'altérer la sincérité du scrutin". Cette plainte a été classée sans suite par le parquet de Montbéliard.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.61
nuageux
le 21/04 à 21h00
Vent
1.57 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
91 %