Quatre anciens collistiers FN jugés pour abus de faiblesse à Montbéliard

Publié le 31/03/2015 - 12:40
Mis à jour le 31/03/2015 - 12:40

Quatre anciens colistiers FN aux municipales à Montbéliard en 2014, suspectés d'avoir abusé de deux personnes vulnérables pour obtenir leur candidature sur la liste frontiste, seront jugés jeudi pour "abus de faiblesse" à Montbéliard (Doubs).

En cours d’instruction

PUBLICITÉ

Les prévenus, quatre anciens colistiers de Sophie Montel, candidate FN à la mairie de Montbéliard en 2014 et candidate à la législative partielle du Doubs en février dernier, comparaîtront dans deux affaires distinctes devant le tribunal correctionnel.

Dans la première affaire, Roland Hamitou et Martine Véjux, qui étaient en 2e et 9e position sur la liste de Mme Montel, sont soupçonnés d’avoir abusé de l’état de faiblesse d’une dame de 67 ans afin d’obtenir sa candidature, a indiqué à l’AFP la procureure de Montbéliard, Thérèse Brunisso.

Sur la liste FN sans l’avoir voulu

La sexagénaire a déposé plainte auprès du parquet de Montbéliard le 22 mars 2015, la veille de l’élection, après avoir découvert son nom sur la liste FN, a précisé la magistrate. La plaignante affirme qu’elle ignorait avoir signé un acte de candidature, pensant avoir signé une pétition pour permettre à une personne de présenter sa candidature en France malgré l’absence des soutiens nécessaires. Elle a reconnu qu’elle n’avait pas lu le document signé.

La seconde affaire concerne Robert Sennerich, l’époux de Mme Montel, et Catherine Piotrowski, qui étaient respectivement 12e et 19e sur la liste FN aux municipales. Ils sont poursuivis pour avoir obtenu la candidature d’une dame de 90 ans. Une expertise psychiatrique a montré la faiblesse psychologique de la nonagénaire et son état de santé n’a pas permis aux enquêteurs de procéder à son audition, a relevé Mme Brunisso. Cette situation avait été signalée à la justice par trois candidats UMP.

Lors de l’ouverture d’une enquête préliminaire en mars 2014, Sophie Montel a affirmé n’avoir « aucun intérêt » à faire inscrire des gens qui ne le souhaitaient pas sur sa liste, alors qu’il lui restait des candidats potentiels pour la constituer. La candidate frontiste avait dénoncé des « pressions » exercées sur ses colistiers, et déposé plainte contre l’UMP pour « dénonciations calomnieuses » et « manipulations frauduleuses ayant pour objet d’altérer la sincérité du scrutin ». Cette plainte a été classée sans suite par le parquet de Montbéliard.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.25
couvert
le 20/10 à 9h00
Vent
2.5 m/s
Pression
1006.49 hPa
Humidité
87 %

Sondage