Quelque 600 Français sortis ou en cours de sortie d'Ukraine (Le Drian)

Publié le 03/03/2022 - 12:58
Mis à jour le 03/03/2022 - 12:58

Quelque 600 Français sont sortis ou sont en cours de sortie d’Ukraine, sur le millier qui s’y trouvait encore en début de semaine, a indiqué jeudi le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

 ©
©

"Je conseille toujours à nos ressortissants de sortir par la voie Sud" de Kiev, a déclaré le chef de la diplomatie française. Une voie d'ailleurs empruntée par l'ambassadeur de France en Ukraine, qui est arrivé mercredi soir à Lviv (Ouest), nouveau siège de la représentation diplomatique française dans ce pays, a-t-il ajouté.

"Il y avait à peu près un millier de Français, à la fois binationaux et ressortissants Français direct. (...) Il y a 600 Français aujourd'hui qui sont déjà sortis ou sont en train de sortir, essentiellement par la voie sud", a poursuivi le ministre sur France 2.

"Nous les suivons individuellement, chaque voiture. Ils sont tous en relation directe avec le centre de crise et notre ambassade".

Jean-Yves Le Drian a également annoncé un voyage en Moldavie jeudi afin d'apporter "le soutien" français et européen à ce petit pays situé entre la Roumanie et l'Ukraine, qui fait face à "un afflux de réfugiés considérable".

Le ministre "exprimera à l'occasion de ce déplacement la pleine solidarité de la France et de l'Union européenne à la stabilité et à la souveraineté de la Moldavie face aux conséquences de la guerre en Ukraine", a fait savoir le Quai d'Orsay dans un communiqué.

M Le Drian s'entretiendra avec Maia Sandu, la Présidente moldave, et son vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères Nicu Popescu.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Pancartes anti-migrants à Besançon : le collectif Némésis soutenu par le Rassemblement national et Reconquête

Une militante d'un collectif "féministe identitaire" soupçonnée d'avoir brandi des pancartes anti-migrants dimanche 7 avril 2024 pendant le carnaval de Besançon a été placée en garde à vue mardi 9 avril pendant plusieurs heures, selon le procureur.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 20.98
partiellement nuageux
le 12/04 à 15h00
Vent
2.32 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
45 %