Quels sont les médicaments en ligne de mire ?

Publié le 01/02/2011 - 11:04
Mis à jour le 01/02/2011 - 11:04

77 médicaments et 12 familles de médicaments sont placés sous surveillance renforcée mais l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) précisent que les patients qui les utilisent ne doivent « en aucun cas les interrompre sans avoir consulté un pharmacien ou un médecin ».




 Tous les médicaments antidouleur à base de  dextropropoxyphène (Di-Antalvic, Propofan et génériques) feront l'objet d'un retrait d'autorisation de mise sur le marché le 1er mars. Déjà, en juin 2009, l’agence avait annoncé le retrait progressif de ces médicaments opiacés avant la demande de retriat définitif de la part de l'agence européenne du médicament (EMEA).

 

Le Noctran (troubles du sommeil), et qui recouvre trois principes actifs « sans intérêt », fait l'objet d'une proposition de retrait examinée en mars.

 

Le Celance, contre la maladie de Parkinson, ferait courir des risques de valvulopathie. L’arrêt de sa commercialisation a été demandé par le laboratoire

 

Le Multaq, médicament commercialisé en France depuis fin octobre 2010 et utilisé contre les troubles du rythme cardiaque, fait l’objet d’un suivi renforcé après le signalement de cas d’hépatites graves, notamment aux Etats-Unis.

 

Alli, une pilule anti-obésité vendue sans ordonnance va faire l’objet d’une réévaluation du rapport bénéfice/risque car elle pourrait entraîner des troubles pancréatiques et hépatiques.

 

L’antidiabétique Actos doit également être réévalué en raison de risques cardio-vasculaires et de cancer de la vessie.

 

Le Roaccutane (isotrétinoïne et génériques), médicaments contre l’acné, doit également  faire l’objet d’une surveillance accrue en raison de risques psychiatriques et d’un risque de malformation du fœtus.

 

Le Buflomédil (ou Fonzylane), un vasodilatateur, devrait aussi bientôt disparaîtra des rayons des pharmacies d’ici 15 jours à 3 semaines.

 

Le Noctran des laboratoires Menarini, utilisé pour les troubles du sommeil associant  trois principes actifs "sans intérêt" fera l'objet en mars  d'une proposition de retrait.

la liste complète des 77 médicaments sous surveillance

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.54
nuageux
le 27/02 à 3h00
Vent
2.62 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
94 %