Réforme des rythmes scolaires : le Parti de gauche constate, critique et propose...

Publié le 05/06/2014 - 09:48
Mis à jour le 16/04/2019 - 15:31

La réforme des rythmes scolaires prendra effet dans toutes les écoles en Franche-Comté et en France dès la rentrée prochaine en septembre 2014. Selon le Parti de gauche du Doubs, "les solutions propose?es et qui seront mises en œuvre ne sont pas a? la hauteur des enjeux" et propose trois vidéos dans lesquelles Benoît Maillard-Salin, membre actif du parti, évoque le constat du Parti de gauche, critique la réforme et parle des propositions du parti.

dsc_1947.jpg
Image d'illustration ©roman
PUBLICITÉ

Le constat du Parti de gauche

Pour le parti, « les solutions propose?es et qui seront mises en œuvre ne sont pas a? la hauteur des enjeux : respect du rythme de l’enfant, lutte contre l’e?chec scolaire, de?veloppement des apprentissages et des compe?tences cognitives, artistiques… ». Selon lui, cette re?forme aurait ne?cessite? « d’avoir une vision globale autour d’un ve?ritable projet e?ducatif associant l’ensemble des partenaires : Etat, e?quipe e?ducative, parents, collectivite?s, associations.. »

La critique du Parti de gauche

Le Parti de gauche indique que « De nombreux spe?cialistes du rythme de l’enfant s’accordent a? dire que les longs week-ends sont de?re?gulateurs du rythme veille-sommeil de l’enfant ; et peuvent poser proble?me pour les enfants dan certaines familles de?favorise?es. Ce choix aurait e?galement permis de favoriser les contacts famille- enseignant dans le cadre des proble?matiques des familles recompose?es et des gardes alterne?es. »

Par ailleurs, le Parti de gauche pense que « l’enfant doit e?tre au centre du projet e?ducatif et a? ce titre, ce n’est pas tant la dure?e de la journe?e qui importe que son organisation temporelle et ses contenus » et « la cre?ation d’un ve?ritable me?tier d’animateur en milieu scolaire nous parait indispensable » pour que les temps pe?riscolaires « soient pense?s et re?fle?chis de manie?re cohe?rente avec les besoins de l’enfant ».

Les propositions du Parti de gauche

Le parti souhaite :
  • « Mettre en œuvre une ve?ritable re?flexion sur le choix de la demi-journe?e de classe supple?mentaire. Il nous parait important de re?fle?chir sans a? priori sur la question du samedi matin avec comme unique crite?re de choix, le respect du rythme et des besoins de l’enfant. »
  • « Mettre en œuvre un ve?ritable projet e?ducatif au service de l’e?panouissement de l’enfant dans les apprentissages, en associant l’ensemble des partenaires. Une re?flexion sur la pause me?ridienne aurait du? e?tre engage?e au regard des e?tudes re?alise?es sur la notion de « pics vigilance », a? condition de proposer aux enfants des activite?s adapte?es selon les moments de la journe?e. »
  • « Cre?er un ve?ritable me?tier d’animateur pe?riscolaire avec un statut, une formation, et une re?elle reconnaissance de son ro?le dans le cadre du projet e?ducatif global. »
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Vote sous tension à l’Assemblée sur le Ceta

Vote sous tension à l’Assemblée sur le Ceta

Après des débats musclés, l'Assemblée s'apprête à voter ce mardi 23 juillet vers 16h15 la ratification du controversé traité de libre-échange entre l'UE et le Canada (Ceta), "positif" pour l'économie française selon ses défenseurs, mais porteur de "risques" environnementaux et sanitaires d'après ses opposants.

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

A la veille du vote à l'Assemblée nationale sur le traité de libre-échange UE-Canada (Ceta), Nicolas Hulot a exhorté lundi 22 juillet 2019  les parlementaires à voter contre cet accord qui risque à ses yeux d'ouvrir la porte à des substances dangereuses via un abaissement des normes sanitaires.

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

"Liste Utinam" • Le régionaliste a tenu une conférence de presse jeudi 18 juillet 2019 afin de faire connaître sa candidature officielle pour l'élection municipale de mars 2020à Besançon. Jean-Philippe Allenbach dit avoir déjà au moins une vingtaine de noms sur sa liste et dévoile les propositions que les autres candidats " ne pourront pas lui prendre". 

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Après l'annonce officielle de son investiture ce mercredi 10 juillet 2019 dans la soirée , le candidat officiel d'En Marche à Besançon a réagi sur sa  page Facebook. Éric Alauzet a dévoilé une des quatre priorités issues de sa consultation auprès des Bisontins : la santé.

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Dans une lettre aux Bisontins, le candidat socialiste, place publique société civile, a souhaité faire part de ses priorités : transition écologique, qualité de vie pour tous et attractivité de Besançon et de sa communauté urbaine. Au-delà, Nicolas Bodin souhaite "ouvrir la voie vers de nouvelles méthodes de gouvernance plus ouvertes et inclusives".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.99
nuageux
le 24/07 à 0h00
Vent
1.54 m/s
Pression
1017.27 hPa
Humidité
82 %

Sondage