Réforme territoriale : Valls recadre Vallini sur la compétence de l'Etat sur l'emploi

Publié le 15/12/2014 - 13:04
Mis à jour le 18/04/2019 - 11:01

Manuel Valls a défendu lundi 15 décembre 2014 le maintien de la politique de l'emploi dans le giron de l'Etat dans le cadre de la réforme territoriale, recadrant ainsi son secrétaire d'Etat, André Vallini, qui s'était dit ouvert à un transfert.

1-dsc_5976.jpg
Manuel Valls ©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

Le gouvernement souhaite améliorer la concertation avec les régions, avec des réunions « très régulières » pour « mieux travailler sur les politiques économiques, de formation, d’emploi ou d’apprentissage », a expliqué le Premier ministre dans un discours prononcé au Conseil régional de Bourgogne, à Dijon. Mais « l’emploi doit rester de la prérogative de l’Etat, nous en parlons souvent avec le ministre du Travail« , a ajouté le Premier ministre, qui effectuait son déplacement avec François Rebsamen.

Dans une interview à l’agence AEF la semaine dernière, le secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale, André Vallini, avait jugé qu’« il y aurait une vraie cohérence à donner aux régions tout ce qui concerne l’emploi ». Un transfert de compétences défendu par la présidence de l’Association des Régions de France (ARF), et par la majorité sénatoriale.

M. Vallini avait notamment évoqué, « à titre expérimental, pour les régions volontaires », des mises à dispositions de personnels de Pôle emploi. Samedi lors d’un déplacement à Evry, Manuel Valls avait déjà appelé à « veiller à ne pas déstabiliser un système qu’il faut d’abord faire mieux fonctionner au plus près du terrain », jugeant qu’il n’y avait « pas besoin de transfert de compétence » en matière d’emploi.

Le projet de Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) prévoit déjà notamment de transférer aux régions la gestion des collèges, des routes, des transports interurbains et des transports scolaires, actuellement assurée par les départements.

Lors de l’audition de M. Vallini et de la ministre Marylise Lebranchu sur ce projet de loi, le 4 décembre, par la commission des lois du sénat, le président de cette commission, Philippe Bas (UMP) avait affirmé qu' »on ne comprendrait pas » qu’on accroisse les attributions des régions sans « qu’elles n’aient aucune responsabilité nouvelle dans la lutte contre le chômage et la reconversion des bassins d’emploi en difficulté »« Si on donne aux régions le développement économique et la formation professionnelle, il manque un pied à la table: l’emploi », avait aussi affirmé le rapporteur du texte, René Vandierendonck (PS). La commission des lois va « essayer de faire des propositions » à ce sujet, avait-il ajouté.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

fusion des régions

Réforme territoriale : le coup de gueule de Gérard Quété, maire de Vuillafans

Réforme territoriale : le coup de gueule de Gérard Quété, maire de Vuillafans

A la veille de la visite de la secrétaire d'État en charge des collectivités territoriales en Bourgogne Franche-Comté pour parler de la fusion des régions et de la réforme territoriale, nous avons reçu du maire de Vuillafans (village de 800 habitants de la vallée de la Loue) cette prise de position sans ambiguïté aucune concernant les communes de la réforme territoriale en cours et de son impact sur les communes.

Philippe Gonon : la dérive de nos  institutions locales

Philippe Gonon : la dérive de nos institutions locales

Promulguée le 7 août 2015, la loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République confie de nouvelles compétences aux régions et redéfinit clairement les compétences attribuées à chaque collectivité territoriale. Philippe Gonon, vice président de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) du Doubs craint un "court-circuitage" des instances locales. 

Découvrez quelles directions régionales siègent à Besançon !

Découvrez quelles directions régionales siègent à Besançon !

Marie-Guite-Dufay a dévoilé ce vendredi 24 juin 2016 lors du conseil régional à Dijon les directions des services régionaux qui siègeraient à Besançon et à Dijon. Il y en a 12 dans l'ex-capitale franc-comtoise et 17 dans le chef-lieu bourguignon. 

Dans la catégorie

Bourgogne-Franche-Comté : la production industrielle a progressé en août

Bourgogne-Franche-Comté : la production industrielle a progressé en août

Banque de France • Les derniers chiffres de la Banque de France concernant la conjoncture économique en Bourgogne Franche-Comté pour le mois d'août 2019. "La production industrielle a globalement progressé, mais les carnets de commandes restent faibles. Un recul de la production est attendu", est-il indiqué. Dans les services marchands, l’activité a été dynamique et les prévisions demeurent favorables.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 24.28
nuageux
le 17/09 à 9h00
Vent
2.37 m/s
Pression
1019.71 hPa
Humidité
60 %

Sondage