Alerte Témoin

Philippe Gonon : la dérive de nos institutions locales

Publié le 18/08/2016 - 17:31
Mis à jour le 18/08/2016 - 17:31

Promulguée le 7 août 2015, la loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République confie de nouvelles compétences aux régions et redéfinit clairement les compétences attribuées à chaque collectivité territoriale. Philippe Gonon, vice président de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) du Doubs craint un "court-circuitage" des instances locales. 

13268510_10207155751706917_4970345152341273660_o.jpg
Philippe Gonon

Dans un communiqué du 17 août 2016, Phillippe Gonon explique que de nombreux élus sont préoccupés par le devenir de leur commune suite à la loi NOTRe du 7 août 2016. D’après lui, celle ci crée de nombreux problèmes entre les différentes strates de l’organisation du territoire français.

"La répartition des compétences entre différentes collectivités ( communes, communautés/agglo, département, métropole, région...) voulues par cette loi demande de nombreux transferts de personnels et de taches, exige la création de nouveaux services, et puis bien sûr,  nécessite de  trouver de nouvelles ressources, d’embaucher de nouveaux collaborateurs, quitte à défaire ce qui marche bien".

Il dénonce aussi un délestage sur les collectivités locales de la part de l’état français du fait des diminutions des dotations qui compensaient les allègements fiscaux.

D’après lui, beaucoup d’élus considèrent qu’ils n’ont pas les moyens humains et techniques pour appliquer cette loi et que les délais sont trop courts. "Plus encore, les élus  ont le sentiment, surtout les élus communaux,  d’être dépouillés : dépouillés de leurs compétences, dépouillés de leur légitimité, dépouillés de toute reconnaissance pour leur travail au service de tous".

Pour conclure, Philippe Gonon explique que la région, l’agglomération et la métropole sont des structures dans lesquelles les Français ne se reconnaissent pas : "qui seront demain  les interlocuteurs de nos concitoyens ?"

"La reforme territoriale en cours est à repenser de fond en comble pour restaurer la place centrale du citoyen dans l’organisation de la vie locale et reconstituer le lien de proximité avec les élus". 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

fusion des régions

Fusion Bourgogne-Franche-Comté : les dépenses de fonctionnement ont augmenté de 2,2 % entre 2015 et 2018

Trois régions sur treize ont réduit leurs dépenses de fonctionnement après la réforme territoriale de la fusion des régions. En Bourgogne Franche-Comté, les dépenses de fonctionnement - à périmètre constant - ont augmenté de 2,2 % entre 2015 et 2018.

Réforme territoriale : le coup de gueule de Gérard Quété, maire de Vuillafans

A la veille de la visite de la secrétaire d'État en charge des collectivités territoriales en Bourgogne Franche-Comté pour parler de la fusion des régions et de la réforme territoriale, nous avons reçu du maire de Vuillafans (village de 800 habitants de la vallée de la Loue) cette prise de position sans ambiguïté aucune concernant les communes de la réforme territoriale en cours et de son impact sur les communes.

Découvrez quelles directions régionales siègent à Besançon !

Marie-Guite-Dufay a dévoilé ce vendredi 24 juin 2016 lors du conseil régional à Dijon les directions des services régionaux qui siègeraient à Besançon et à Dijon. Il y en a 12 dans l'ex-capitale franc-comtoise et 17 dans le chef-lieu bourguignon. 

Politique

Conseil Municipal à venir : « les feuilles de route se construisent avec les objectifs proches des axes de notre programme » (A. Vignot)

Installé le 3 juillet dernier, le nouveau conseil municipal affiche 55 conseillers municipaux qui siégeront jusqu'en 2026 (voir notre article). Ce 15 juillet 2020, le premier Conseil Municipal sera l'occasion de faire le bilan de la crise sanitaire, mais également d'évoquer des thèmes chers à la nouvelle maire ainsi que les orientations budgétaires et le budget primitif 2020...

Quels élus pour le futur bureau exécutif de Grand Besançon Métropole ?

Les 123 élus du conseil communautaire de Grand Besançon Métropole se réuniront le jeudi 16 juillet 2020 au palais des sports de Besançon en vue de l'élection des membres du bureau :  président, vice-présidents et conseillers communautaires délégués. Ils formeront le bureau exécutif de la communauté urbaine. A l'issue du vote, Anne Vignot devrait être élue présidente. Gabriel Baulieu, maire de Serre-les-Sapins, devrait quant à lui être reconduit au poste de premier vice-président.

Les maires écolo et la 5G : le pouvoir n’est peut-être pas là où on le croit…

Lors de la campagne pour le second tour de l'élection municipale, le sujet du déploiement de la 5G à Besançon avait été remis sur le tapis notamment par le candidat de la droite Ludovic Fagaut. À cette question, Anne Vignot la candidate EELV qui a été élue le 28 juin dernier a toujours précisé qu'elle n'est pas pour, tout comme de nombreux maires écologistes… Mais concrètement, que les maires soient pour ou contre, peuvent-ils décider du déploiement ou non de la 5G pour leur ville ?

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     17.1
    ciel dégagé
    le 13/07 à 21h00
    Vent
    0.71 m/s
    Pression
    1020 hPa
    Humidité
    65 %

    Sondage