Édouard Philippe confirme (bien) que le siège du Crous est à Besançon

Publié le 21/03/2018 - 08:42
Mis à jour le 18/04/2019 - 11:02

Après les soubresauts de l’automne suite au mécontentement de Dijon de ne pas accueillir le siège du centre régional des œuvres universitaires et scolaires (Crous), le Premier ministre a bien confirmé dans un courrier au sénateur Jacques Grosperrin que le siège du Crous reste bisontin.  

 ©
©

Le 5 octobre 2017, la ministre de l'Enseignement supérieur, de l'innovation et de la Recherche décidait d'attribuer le siège du Crous à Besançon. Dijon, et notamment son maire, François Rebsamen, s'étaient offusqué de cette décision. Les élus bisontins de tout bord  avaient alors appelé les élus de Dijon et de la Côte d’Or "à s’inscrire dans une logique de coopération et de partenariat plutôt qu’à contester les arbitrages déjà rendu" car visant " l’intérêt général pour le dynamisme et l’attractivité de l’ensemble des territoires en Bourgogne-Franche-Comté."

Après confirmation en début d'année que le Crous resterait bien à Besançon, Jean-Louis Fousseret, estime que le dossier était clos. Il l'est définitivement après la réception d'un courrier du Premier ministre en date du 13 mars au sénateur Jacques Grosperrin qui se félicite de l'aboutissement favorable de la démarche entreprise collégialement au mois de décembre avec l'ensemble des parlementaires de Franche-Comté.

Édouard Philippe explique dans son courrier en date du 13 mars 2018 que la "recherche d'équilibre" dans le cadre de la réforme territoriale a donné lieu à "de nombreuses discussions" notamment sur le positionnement du rectorat ou de l'ARS (agence régionale de santé). Le Premier ministre conclut en stipulant que l'organisation proposée avec un siège du Crous à Besançon répond au mieux au fonctionnement des services dans l'intérêt de la Bourgogne Franche-Comté. 

1 Commentaire

Et cependant : Besançon compte nettement moins d'étudiants que Dijon ; une seule université positionnée dans le classement de Shangaï ; contre deux pour la capitale régionale et Besançon est classée en 19 ième position ; derrière Dijon ( 17 ième) ; comme ville préférée des étudiants .. Artificiel ; donc provisoire .
Publié le 27 septembre 2019 à 07h35 par • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

fusion des régions

Fusion des régions Bourgogne Franche-Comté : « un résultat perdant-perdant » selon Alain Joyandet

Dans un communiqué du 7 décembre 2020, le président de la commission des Finances de la région Bourgogne Franche-Comté livre les résultats de son analyse de la gestion financière de la région au cours du mandat qui s’achèvera en 2021. Pour lui, la fusion des deux régions est « perdant-perdant » tandis que l’objectif était de réaliser une opération « gagnant-gagnant ».

Fusion Bourgogne-Franche-Comté : les dépenses de fonctionnement ont augmenté de 2,2 % entre 2015 et 2018

Trois régions sur treize ont réduit leurs dépenses de fonctionnement après la réforme territoriale de la fusion des régions. En Bourgogne Franche-Comté, les dépenses de fonctionnement – à périmètre constant – ont augmenté de 2,2 % entre 2015 et 2018.

Réforme territoriale : le coup de gueule de Gérard Quété, maire de Vuillafans

A la veille de la visite de la secrétaire d’État en charge des collectivités territoriales en Bourgogne Franche-Comté pour parler de la fusion des régions et de la réforme territoriale, nous avons reçu du maire de Vuillafans (village de 800 habitants de la vallée de la Loue) cette prise de position sans ambiguïté aucune concernant les communes de la réforme territoriale en cours et de son impact sur les communes.

Philippe Gonon : la dérive de nos institutions locales

Promulguée le 7 août 2015, la loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République confie de nouvelles compétences aux régions et redéfinit clairement les compétences attribuées à chaque collectivité territoriale. Philippe Gonon, vice président de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) du Doubs craint un « court-circuitage » des instances locales. 

Education

Balade-contée et lecture-performance à la Saline Royale d’Arc-et-Senans 

Le samedi 9 juillet, dans le cadre du Festival Partir en Livre, a eu lieu l’événement organisé par la Ligue de l’enseignement du Doubs, en partenariat avec la Saline Royale d’Arc-et-Senans. La balade-contée et la lecture-performance se sont déroulées dans les jardins de celle-ci, un cadre naturel pour faire rêver enfants et adultes, en suivant le fil des histoires en mouvement proposées par l’autrice Esmé Planchon.

Groupe scolaire Ste Famille | Ste Ursule : deux nouveaux BTS en apprentissage pour la rentrée 2022 !

PUBLI-INFO • Dès la rentrée scolaire prochaine, le Groupe scolaire Ste Famille | Ste Ursule à Besançon ouvre deux nouveaux BTS en apprentissage : un BTS Commerce international et un BTS Tourisme. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 31 août. Découvrez les forces, les débouchés et les conditions de formation lors d'un après-midi Portes ouvertes mercredi 29 juin !

Covid-19 : quel protocole sanitaire sera appliqué à l’école ?

L’Éducation nationale et la Santé ont présenté ce mardi 12 juillet aux syndicats enseignants le nouveau cadre du protocole sanitaire face au covid applicable à l’école dès la rentrée, prévoyant notamment un délai de 10 jours pour permettre aux équipes éducatives de s’adapter aux différents cas de figure, selon les syndicats.

Baccalauréat 2022 : c’est l’heure des résultats

Admis, au rattrapage ou recalé ? C'est le jour J pour près de 710.000 candidats au baccalauréat nouvelle formule qui découvriront ce mardi 5 juillet 2022 leurs résultats, dénouement d'une session qui s'est déroulée en intégralité, pour la première fois après deux années perturbées par le Covid.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.55
partiellement nuageux
le 12/08 à 0h00
Vent
2.18 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
65 %

Sondage