Fusion des régions : les économies annoncées "ne sont pas au rendez-vous"

Publié le 26/09/2019 - 10:45
Mis à jour le 04/10/2019 - 14:42

Trois régions sur treize ont réduit leurs dépenses de fonctionnement après la réforme territoriale de la fusion des régions. En Bourgogne Franche-Comté, les dépenses de fonctionnement - à périmètre constant - ont augmenté de 2,2 % entre 2015 et 2018.

conseil regional bourgogne franche-comte dijon
Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté © D Poirier

La réforme territoriale de 2016 qui a fait passer le nombre de régions métropolitaines de vingt-deux à treize n’a pas permis de réaliser suffisamment d’économies, a dénoncé la Cour des comptes dans un rapport publié mardi 24 septembre 2019.

Lors de la mise en place de la réforme en 2015, le secrétaire d’Etat en charge de  la réforme territoriale, André Vallini, avait estimé une économie de 10 milliards d’euros d’économies « à moyen terme »

PUBLICITÉ

« La fusion des régions a occasionné dans un premier temps des surcoûts importants (…). De fait, trois ans après la mise en œuvre de la réforme, les économies de gestion annoncées ne sont pas encore au rendez-vous« , pointe l’institution. « Les résultats attendus ne sont pas là« , a commenté Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes, lors d’une conférence de presse mardi, mais « il y a des marges en matière d’organisation et de gestion« .

Des dépenses en hausse

Seules trois régions ont réduit leurs dépenses de fonctionnement -à périmètre constant- par rapport à 2015: Auvergne-Rhône Alpes (-12,9%), Ile-de-France (-8,1%) et Hauts-de-France (-2,3%).

Toutes les autres les ont augmentées, le Centre-Val de Loire (+16%) et l’Occitanie (+11,7%) étant parmi les mauvais élèves.

En Bourgogne Franche-Comté, ces mêmes dépenses de fonctionnement ont augmenté de 2,2 % entre 2015 et 2018 et sont passés de 817,6 à 835,6 M€. 

  • Concernant les dépenses d’investissement, les magistrats observent une différence notable entre les régions fusionnées, qui ont augmenté ces dépenses de 14,5% entre 2015 et 2018, et les régions non-fusionnées, qui les ont diminuées de 4,2% sur la même période.

Côté endettement, l’Auvergne-Rhône-Alpes (-0,7%), la Normandie (-12%) et la Guadeloupe (-2,4%) sont les trois seules régions à avoir baissé leur dette entre 2015 et 2018. À l’inverse, celle-ci a bondi en Bretagne (+33,3%), en Nouvelle-Aquitaine (+35,6%) et en Occitanie (+27,7%).

« Les régions se sont approprié leurs nouvelles compétences en matière de développement économique et de transport sans que des difficultés majeures apparaissent« , note néanmoins la Cour des comptes.Depuis la réforme, la région est responsable de la politique de soutien aux petites et moyennes entreprises et aux entreprises de taille intermédiaire. Elle est également en charge de l’aménagement du territoire et des transports.

Et en Bourgogne Franche-Comté ?

Pour la Bourgogne Franche-Comté , le rapport de la Cour des Comptes dédié à notre nouvelle grande région sera dévoilé le 11 octobre 2019 lors de la l’assemblée du conseil régional. Elle donne notamment une bonne note à la région Bourgogne-Franche-Comté.

La Cour des comptes félicite les régions fusionnées où les dépenses d’investissement ont progressé « dans des proportions particulièrement significatives ». C’est le cas en Auvergne-Rhône-Alpes, Normandie et Bourgogne Franche-Comté ».

On peut noter que la Bourgogne Franche-Comté est la troisième région pour la hausse entre 2017 et 2018  des indemnités des agents titulaires (+18%), juste derrière la Nouvelle Aquitaine (+18,5%) et le Grand Est (+28%).

Dépenses annuelles supplémentaires de régime indemnitaire des régions entre 2016 et 2021 : 

« Des marges de manœuvre encore importantes en matière d’organisation et de gestion »

Pour garder un certain équilibre entre Dijon et Besançon, la présidente de région Marie-Guite Dufay avait privilégié « un schéma intermédiaire » et une organisation en bi-site « sur la base de mobilités professionnelles volontaires » : l’hôtel de région à Besançon et le siège administratif à Dijon.

« Les directions générales ont été réparties entre les deux villes-centres (Dijon et Besançon), mais chacun de leurs services a été affecté à un site unique. Comme le relève la chambre régionale des comptes, cette organisation présente des contraintes de déplacements entre les deux sites (120 km) et a conduit à un fonctionnement en mode dégradé en 2017 du fait de ces déplacements, des problèmes de compétences et de vacances de poste, en plus de la nécessité de s’approprier les nouveaux outils et procédures de gestion« . Rapport de la Cour des Comptes – 24/9/19

La Cour précise par ailleurs que le coût du redéploiement des systèmes informatiques a représenté 30 M€  d’investissements entre 2015 et 2018  pour cinq régions  fusionnées (Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est, Hauts-de-France, Normandie)

Enfin, la Cour des comptes estime que « si la règle de maintien des effectifs dans les sièges des anciennes régions était sans doute inévitable dans la phase de mise en œuvre de la réforme, elle ne paraît pas devoir être pérennisée« .

3 Commentaires

Quelqu'un y avait cru, à cette histoire d'économies ???
Publié le 26 septembre à 13h31 par grlulu • Membre
Qui pouvait croire à pareil mensonge ????? la France est la championne du mille feuille administratif !!!! plus de conseillers , plus de présidents , plus de mètres carrés pour loger ce personnel , bien souvent excédentaire dans de nombreux services ou en doublette de la région associée !!!!! quelle catastrophe budgétaire nous a laissée les cinq années de François la poisse !!!!
Publié le 26 septembre à 13h40 par yvon belin • Membre
Ces fusions des régions auront été faites dans la précipitation ; au pas de charge avant la fin du mandat Présidentiel de François Hollande ; donc " vite faites , mal-faites".. il aurait été souhaitable de les envisager sur une période d'au moins 10 ans ; après en avoir bien ( et encore? ) envisager tous les avantages et ses contradictions.
Publié le 27 septembre à 09h22 par Patrick Lepak • Membre

3 commentaires

Laisser un commentaire

fusion des régions

Réforme territoriale : le coup de gueule de Gérard Quété, maire de Vuillafans

Réforme territoriale : le coup de gueule de Gérard Quété, maire de Vuillafans

A la veille de la visite de la secrétaire d'État en charge des collectivités territoriales en Bourgogne Franche-Comté pour parler de la fusion des régions et de la réforme territoriale, nous avons reçu du maire de Vuillafans (village de 800 habitants de la vallée de la Loue) cette prise de position sans ambiguïté aucune concernant les communes de la réforme territoriale en cours et de son impact sur les communes.

Philippe Gonon : la dérive de nos  institutions locales

Philippe Gonon : la dérive de nos institutions locales

Promulguée le 7 août 2015, la loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République confie de nouvelles compétences aux régions et redéfinit clairement les compétences attribuées à chaque collectivité territoriale. Philippe Gonon, vice président de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) du Doubs craint un "court-circuitage" des instances locales. 

Découvrez quelles directions régionales siègent à Besançon !

Découvrez quelles directions régionales siègent à Besançon !

Marie-Guite-Dufay a dévoilé ce vendredi 24 juin 2016 lors du conseil régional à Dijon les directions des services régionaux qui siègeraient à Besançon et à Dijon. Il y en a 12 dans l'ex-capitale franc-comtoise et 17 dans le chef-lieu bourguignon. 

Dans la catégorie

Micro-brasserie Les2FÛTS : « Intégrer Coopilote a facilité le démarrage de mon entreprise »

Micro-brasserie Les2FÛTS : « Intégrer Coopilote a facilité le démarrage de mon entreprise »

Dans le cadre des rencontres "Bienvenue dans mon entreprise" proposées par Coopilote, coopérative d'entrepreneurs salariés à Besançon, la micro-brasserie Les2FÛTS a ouvert ses portes pour découvrir et échanger autour de leur activité et de l’entrepreneuriat… L'occasion de faire un focus sur cette petite entreprise artisanale bisontine. 

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Le département de Côte-d'Or va envoyer deux bouteilles de Bourgogne au président américain Donald Trump pour tenter de le faire changer d'avis sur les sanctions douanières contre l'Union Européenne, qui doivent viser le vin français, a annoncé son président François Sauvadet le 14 octobre 2019 sur Twitter.

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Publi-infos • Le Crédit Agricole Franche-Comté a de bonnes raisons d’être présent au Salon de l’Habitat à Micropolis Besançon. D’abord, c’est un partenaire historique de cette manifestation. Et puis, c’est l’occasion de présenter son offre régionale à succès « Mon 1er toit comtois », un prêt Habitat à taux zéro %. C’est donc le moment idéal pour rencontrer les conseillers du Crédit Agricole Franche-Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.65
légère pluie
le 19/10 à 0h00
Vent
1.41 m/s
Pression
1011.21 hPa
Humidité
97 %

Sondage