Alerte Témoin

Retour sur les débats Fousseret – Grosperrin – Mougin

Publié le 28/03/2014 - 11:01
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:48

Chacun des trois candidats est resté dans son rôle mercredi soir à l’hôtel Mercure lors du débat du 2e tour des élections. Jean-Louis Fousseret (PS, Verts , PC) , le maire sortant a fait valoir son bilan, son expérience et sa connaissance des dossiers tout en défendant sa "passion" pour Besançon et son programme "réaliste". En face, Jacques Grosperrin  (liste UMP Modem UDI) était logiquement plus offensif.  Enfin, le FN Philippe Mougin a montré un flegme et un calme distant en arguant ne pas être un " professionnel de la politique", mais "un petit gendarme (à la retraite) "pragmatique".  Jeudi soir sur France 3 Franche-Comté, un autre débat a été diffusé. Voilà ce que l’on savait déjà et ce que l’on ne savait pas forcément. 

2014-03-27_municipales.jpg
©

170 personnes ont assisté ce mercredi soir au débat du 2e tour des municipales à Besançon. Un débat à trois organisé par France Bleu Besançon, L’Est Républicain, France 3 Franche-Comté et Besançon.tv. Quel bilan peut-on en tiré ? Trois thèmes ont été abordés : l’économie, l’emploi et la fiscalité ; la sécurité et les grands projets.Il y a tout ce que l’on savait déjà, mais le débat a aussi permis de mettre à jour quelques informations

Jeudi soir, les trois candidats étaient à nouveau en débat sur le plateau de France 3 Franche-Comté. Un débat qui a principalement tourné autour des questions politiciennes des alliances et tractations de l’entre-deux tours et de la cacophonie des colistiers des listes déchues à voter tel ou tel candidat. Certainement accrocheur pour les sphères économico - médiatico politique, mais beaucoup moins pour le Bisontin lambda.

ÉCONOMIE

Tous les candidats s’engagent à ne pas augmenter les impôts et à mutualiser les services entre la ville de Besançon et le Grand Besançon.

Jacques Grosperrin veut améliorer l’offre de foncier mettre en place un comité de développement économique, sorte de service unique géré par Wilfrid Le Nahour. Son objectif : 5.000 emplois : 1.200 sur Saint-Jacques, 500 à Port Citadelle, 1.000 emplois émanant de trois entreprises "que nous allons prospecter", la création de 1.000 postes d’apprentis en lien avec le conseil régional. Le candidat estime à 1.000 emplois induits dans les services publics et privés. 

Pour Jean-Louis Fousseret "On est en train d’inventer des structures qui existent déjà alors que l’on veut mutualiser les services ailleurs (…) La réalité c’est que nous avons créé 2.200 emplois sur Témis innovation et 1.000 sur Témis Santé".  Il a mis en avant l’arrivée des entreprises Cartier et Breitling. Il annonce l’arrivée de Chronopost, d’un centre d’appel suisse et du laboratoire américain Génomic Health qui travaille avec l’institut fédératif contre le cancer qui a mis à disposition une signature génomique des tumeurs pour définir le type de thérapie à adopter selon les cas. "Nous ne créerons pas des emplois en l’air" a-t-il fustigé en parlant des projets de son adversaire. " Notre socle, ce sont les micros et les nano technologies, c’est l’industrie du luxe (…)Notre soutien maximum ira aux PME et PME. C’est une action de tous les jours"

LA SÉCURITÉ

L’embauche de 50 policiers municipaux et des patrouilles de nuit jusqu’à 6h du matin et mise en place d’une police canine pour Jacques Grosperrin : 1,4 million estime le candidat. Jen-Louis Fousseret conteste ce calcul : " Je sais que 50 policiers c’est 2 millions d’euros et que deux millions d’euros c’est 3 points d’impôts"

Jacques Grosperrin  veut prendre un arrêt municipal pour stopper la mendicité

Armer la police municipale ?

Jacques Grosperrin souhaite équiper la police municipale de Taser et flash-ball. " C’est criminel de ne pas armer les policiers municipaux" admet Philippe Mougin. " À Montrapon, six balles qui passent au-dessus des têtes ce n’est pas le Bronx, mais ça y ressemble "

Le débat a également porté sur la suppression de 15.000 postes de la police nationale sous l’ère Sarkozy.  Philippe Mougin a souligné que l’ancien député Jacques Grosperrinétait «partie prenante» de cette politique sous l’ère Sarkozy. " C’est à la police nationale d’aller dans les quartiers.  Ce n’est pas aux Bisontins et Bisontines de payer…"

Le FN renvoie dos à dos les candidats

Un second débat enregistré ce jeudi dans l’après-midi a été diffusé sur France 3 Franche-Comté à 23h le soir même.  Toujours avec un certain flegme Le FN Philippe Mougin a renvoyé ses deux adversaires dos à dos. "Je ne crois pas M Fousseret que le vote FN est un vote de désespérance, ce n’est pas un vote de mécontentement, mais un vote d’adhésion (…) Pour M. Grosperrin quand il dit "Voter utile – voter UMP", je ne pense pas que ce soir un vote utile, car ils ont la même politique de laxisme… " 

Ces deux débats ont, in fine, mis au grand jour l'inimitié entre les deux principaux candidats aux municipales à Besançon. Quel que soit l'issue du vote, les prochaines séances du conseil municipal s'annoncent agitées. Pas sûre que Besançon en sorte grandie...  

Revoir les débats 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Ludovic Fagaut appelle l’adjoint à la sécurité à « endosser le costume »

"L’insécurité ne doit pas devenir la norme..."  Suite aux récentes violences et incivilités dans le secteur de la Cité des Arts, le leader de l'opposition au conseil municipal de Besançon, le LR Ludovic Fagaut, appelle dans un communiqué Benoit Cyprinani à endosser le costume d'adjoint à la sécurité.

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Macron débloque 10 millions d’euros pour les policiers travaillant la nuit

Au cours d'une visite surprise dans un commissariat parisien dans la soirée du lundi 27 juillet 2020, Emmanuel Macron a annoncé le versement d'une "indemnité spécifique" pour les policiers travaillant de nuit, pour un montant total de 10 millions d'euros. Il s'agit d'une des revendications exprimées par les syndicats de police lors de leur rencontre avec le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le 20 juillet.

Climat : des mesures concrètes au menu du Conseil de défense écologique

La Convention citoyenne pour le climat trouve un début de traduction concrète : avant les lois prévues pour 2021, le gouvernement a annoncé lundi 27 juillet 202 de premières mesures "réglementaires" inspirées des propositions des 150 citoyens à l'issue du Conseil de défense écologique présidé par Emmanuel Macron, mais jugées timorées par les écologistes et des ONG.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     15.46
    ciel dégagé
    le 15/08 à 3h00
    Vent
    0.85 m/s
    Pression
    1017 hPa
    Humidité
    95 %

    Sondage